101 idées pour le climat

Publié le 13 février 2020
Écrit par Gabriel Parent-Leblanc. B. Sc., M. Env.

101 idées pour le climat
Homeocan Petit Prince FR

Octobre 2018

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) annonce, dans son dernier rapport, que pour rester sous le seuil critique du réchauffement de la planète (+ 1,5 °C), l’humanité devra réduire ses émissions de gaz à  effet de serre (GES) de 45 % d’ici 2030, et être carboneutre d’ici 2050.

 

Juillet 2019

Il ne reste pas 12 ans pour agir, mais plutôt 18 mois, selon un groupe d’experts. Leur raisonnement, en utilisant les mêmes données que le rapport du GIEC : « comme les pays définissent généralement leurs plans sur cinq ou dix ans, si l’on veut atteindre l’objectif de réduction de 45 % des émissions de carbone d’ici 2030, ces plans doivent vraiment être mis sur la table d’ici la fin de 2020 » (traduction libre de McGrath, 2019). D’autant que le rapport du GIEC nous informait déjà en 2018 que les émissions devraient être à leur apogée en 2020, toujours selon le même scénario…

 

Septembre 2019

Le Québec se mobilise pour le climat : 500 000 personnes à Montréal (une des plus grosses manifestations de l’histoire du Québec, ce n’est pas rien !), 25 000 à Québec ainsi que plusieurs dizaines de milliers dans la cinquantaine de marches organisées un peu partout à travers la province.

 

Les revendications officielles des participants à cet événement (La planète s’invite au parlement, s.d.):

 

  1. S’assurer, à travers des campagnes de sensibilisation régulières, que la population est pleinement informée de la gravité des dérèglements climatiques et de l’effondrement de la biodiversité ;

 

  1. Adopter une loi climatique qui force l’atteinte des cibles de GES recommandées par le GIEC, pour limiter le réchauffement du climat à 1,5 °C ;

 

  1. Interdire tout nouveau projet d’exploration ou d’exploitation des hydrocarbures, et mettre un terme à toutes les subventions directes ou indirectes aux entreprises œuvrant dans les combustibles fossiles ;

 

  1. Créer des structures régionales permettant à la population de contribuer à une transition juste porteuse de justice sociale.

 

Avez-vous participé à la marche du climat le 27 septembre 2019 ? Si oui, félicitations ! Ce fut vraiment une journée historique et un message assez clair lancé aux décideurs. Mais l’entendront-ils ? Feront-ils les efforts requis par la crise climatique actuelle ? Excusez mon pessimisme, mais j’ai de sérieux doutes.

 

De votre côté, après avoir participé à la marche, avez-vous apporté des changements dans vos habitudes et comportements ? Gageons que oui, si vous souhaitez être cohérents dans votre démarche ! Vous avez peut-être décidé de manger moins de viande, commencé à composter, acheté une voiture électrique ou commencé à prendre le transport en commun, expérimenté le zéro déchet, etc.

 

Je ne veux pas être rabat-joie de nouveau, mais ce n’est tout simplement pas assez. Même si tous les Occidentaux devenaient des citoyens écomodèles en étant véganes et en ne prenant que les transports en commun, ça ne serait probablement toujours pas assez. La problématique est systémique et on se rend maintenant compte que plusieurs lobbies puissants se font un malin plaisir à transférer le blâme sur nos épaules, nous, les simples citoyens.

 

Vous avez assurément déjà entendu des reproches du genre, peut-être même de ma part ! Mais la réalité, c’est que notre contribution individuelle face à l’urgence climatique est infiniment petite si on la compare à celle des grands pollueurs (industries et ultra-riches).

 

Pour vous donner un exemple qui en dit long sur le dossier qui nous intéresse, soit le changement climatique, un récent rapport nous indique que :

 

71 % des émissions de GES depuis1988 proviennent de seulement100 compagnies. À elles seules, les 25 pires compagnies (privées ou appartenant à des États) sont responsables de plus de la moitié des émissions industrielles mondiales de GES, au cours de la même période (Byskov, 2019).

 

Évidemment, la majorité de ces compagnies se trouvent à être des géants de l’industrie pétrolière.

 

En tant que citoyens, nous avons plusieurs moyens d’action et de pression, mais notre pouvoir contre les compagnies est mince ; je n’en vois qu’un seul, le boycottage. Les entités qui ont le pouvoir et le devoir de pousser les entreprises à agir contre le réchauffement climatique, ce sont nos gouvernements.

 

En passant, le message que j’essaie de véhiculer n’est pas que l’on est impuissant ou que vos efforts ne valent rien. Bien au contraire, continuez à être actif et à contribuer à un monde meilleur en ayant de meilleures habitudes de consommation ! Toutes les contributions comptent et c’est bien souvent en montrant l’exemple que l’on est capable de faire changer les choses… Le message est plutôt qu’on a besoin d’un vrai projet de société qui place notre planète et notre environnement au cœur de nos actions et qui englobe toutes les sphères d’activités humaines.

 

Mais comment en arriver là ? Il y a tellement à faire en si peu de temps ! Je me suis moi-même très souvent posé la question, sans jamais y trouver de plan concret, seulement des pistes de solution par- ci, par-là… Avouons-le, la question « comment sauver la planète ? » est excessivement complexe…

 

C’est là qu’interviennent les 101 idées pour le climat.

 

Il s’agit d’une plateforme Web (https://101ideespourleclimat.ca/) qui a été lancée par les organisateurs du Pacte pour la transition, document sensibilisateur ayant été signé par plus de 280 000 personnes, depuis son lancement en novembre 2018.

 

Dans un premier temps, si vous ne connaissez pas le Pacte pour la transition, je vous encourage fortement à aller lire son contenu. En le signant, vous vous engagez déjà à agir et de nombreux documents sont à votre portée pour vous donner une meilleure idée sur quoi vous concentrer.

 

Pour des détails sur le Pacte pour la transition : www.lepacte.ca.

 

Là où la nouvelle plateforme 101 idées pour le climat frappe fort, c’est par la simplicité de la présentation et du contenu bien synthétisé. Les auteurs ont déterminé, à l’aide d’une quarantaine d’experts et de scientifiques, quelles idées et actions seraient les plus efficaces pour agir face à l’urgence climatique. Le tout est présenté de manière simple, et est extrêmement complet. La solution, si elle existe, je crois sincèrement qu’elle est là ! J’ai donc pensé vous les présenter, sans toutefois donner des détails sur chacune, car le nombre de mots m’est limité dans cet article.

 

À noter que la plateforme était à la base une consultation publique, active de juin à octobre 2019. Les résultats de cette consultation seront analysés par un comité d’experts et de scientifiques, présidés par Laure Waridel, et les résultats seront publiés sous forme d’un document synthèse.

 

 

Les 91 autres idées sont réparties sous diverses catégories :

° Énergie

° Transports

° Industrie

° Bâtiment

° Consommation

° Déchets et matières résiduelles

° Agriculture et alimentation

° Biodiversité et protection du territoire

° Ressources naturelles

° Science et éducation

° Santé et services sociaux

° Sécurité, plan d’urgence et adaptation

° Lois et politiques

 

Votre rêve pour le Québec de 2050

Évidemment, plusieurs de ces idées ne vous diront pas grand-chose ; elles doivent vraiment être accompagnées de leur texte dans la plateforme (ou le rapport final) pour être comprises. Je vous recommande vraiment d’aller jeter un coup d’œil au site Web https://101ideespourleclimat.ca/ C’est une vraie mine d’or. Le tout est extrêmement bien présenté, et ça permet de conceptualiser le projet de société dont nous avons tant besoin.

 

Osons passer de la parole aux actes ! Et vous, quel est votre Québec de rêve pour 2050 ?

 

POUR ALLER PLUS LOIN

Êtes-vous prêts ?

Voici les 10 thèmes majeurs :

  1. Déclarer l’urgence climatique
  2. Un plan d’action pour l’atteinte des cibles de réduction de 45 % des GES d’ici 2030 (par rapport à 2010) puis l’atteinte de la carboneutralité d’ici 2050.
  3. Retrait du pétrole et du gaz :

Nous sommes tous conscients que notre indépendance face aux produits pétroliers ne se fera pas demain matin, mais la transition doit absolument se faire, mais, en ce moment, pratiquement rien n’est fait par nos gouvernements. Quelques pistes proposées par la plateforme :

  • Mettre fin à tout projet d’exploration et d’exploitation de pétrole et de gaz ;
  • Éviter tous les grands projets industriels gaziers ou pétroliers, incluant le financement de nouvelles infrastructures de transport de gaz naturel ;
  • Procéder au désinvestissement du secteur des énergies fossiles.
  1. Électrification du Québec : transport, industrie et bâtiment.
  2. Une gouvernance efficace :

Création d’un bureau de la transition pour superviser, évaluer et faire la gestion de l’ensemble des actions à entreprendre.

  1. Réduction du gaspillage.
  2. Une économie verte et circulaire.
  3. Science, éducation et consultation populaire.
  4. Municipalités et aménagement du territoire.

Les milieux municipaux sont souvent les plus actifs lorsque des changements sont requis. Une politique nationale d’aménagement du territoire et d’urbanisme pourrait aider à limiter des phénomènes comme l’étalement urbain, la protection des milieux naturels et de la biodiversité, la transition, etc.

  1. Justice et respect des droits

La transition ne doit pas se faire au détriment des droits des moins fortunés, qui ont historiquement moins de responsabilités quant à l’urgence climatique et qui seront malheureusement les premiers à être touchés par les conséquences du changement climatique.

 

Références

101 idées pour le climat. 101 idées pour le climat. [en ligne], www.101ideespourleclimat.ca (consulté le 30 septembre 2019).

Byskov, m. F. Climate change: focusing on how individuals can help is very convenient for corporations. The conversation. [en ligne], 2019, https://theconversation.com/climate- change-focusing-on-how-individuals-can-help-is-very-convenient-for-corporations- 108546 (consulté le 30 septembre 2019).

La planète s’invite au parlement. 27 septembre, grève mondiale pour le climat.

[en ligne], https://laplanetesinvite.org/ (consultée le 30 septembre 2019).

Mcgrath, m. Climate change : 12 years to save the planet ? Make that 18 months. Bbc news. [en ligne], 2019, https://www.bbc.com/news/science-environment-48964736 (consulté le 30 septembre 2019).