À go, les cuistots, on vide le frigo !

Publié le 7 mai 2022
Écrit par Sylvie Leblanc, n.d.

À go, les cuistots, on vide le frigo !
Now pour mai 2024

En mai, le beau temps revient, et nous voulons profiter au maximum de tout : de nos aliments, du soleil, du temps qui nous est imparti.

Mes cuistots, avez-vous le sentiment d’apprécier tous les bons ingrédients et aliments qui vous sont offerts et d’en utiliser le plein potentiel ? Avez-vous déjà pris conscience de tous les gestes et de toutes les personnes nécessaires afin que vous ayez à la maison des fruits, des légumes, etc. ?

Sans compter que, si vous et votre famille consommez des aliments de source biologique, les charges de travail ainsi que les précautions environnementales pour produire une telle qualité sont beaucoup plus importantes.

Peut-être avez-vous entendu dire dernièrement que le prix des aliments a augmenté ?

Il y a de nombreuses raisons à cela. C’est donc dire que la nourriture que vous consommez est encore plus précieuse, non seulement en ce qui a trait au coût, mais aussi aux efforts pour se rendre à votre table.

Aussi, je voudrais vous proposer un défi ce mois-ci, soit de perdre le moins possible d’aliments que nous avons à notre disposition. À vous de voir si vous voulez devenir des créateurs de chefs-d’œuvre gustatifs à partir des beaux restes de la veille. C’est amusant de relever des défis, mais surtout utile pour la bonne gestion du garde-manger ainsi que pour la santé des humains et de la planète, qui est si importante pour notre avenir à tous.

Certains de mes cuistots des années passées se souviendront peut-être que, lors des semaines d’initiation culinaire estivales, le jeudi était consacré aux défis. Déjà à l’époque, j’offrais la possibilité aux jeunes d’utiliser leur imagination afin de créer une recette en équipe avec tous les produits en trop de notre semaine, de façon à ne pas gaspiller de bonne nourriture biologique. Voici quelques critères qui régissaient nos « défis du jeudi » et qui pourraient servir à votre famille lors de votre défi :

  • une judicieuse utilisation des produits restants;
  • le goût;
  • la présentation;
  • la créativité;
  • l’économie.

Mes cuistots, vous pourriez chaque semaine faire un défi « vide-frigo » et vous prévaloir de privilèges (à voir avec vos parents), mais surtout, avoir la grande satisfaction d’avoir utilisé astucieusement de bons aliments déjà cuits avec l’aide d’autres ingrédients du garde-manger ; encore mieux, développer l’habitude de ne rien perdre. Serez-vous des champions de la planification en famille des beaux restes afin de préparer d’autres menus rapides en semaine ?

 

Voici donc quelques suggestions pour réutiliser de bons restes de nourriture :

 

La pomme de terre :

Lorsque vous faites cuire des pommes de terre (ce que nous appelons ici traditionnellement les « patates »), faites-en cuire, en cubes ou en morceaux, un peu plus, pour les retransformer le lendemain :

  • en croquettes de poisson;
  • en pommes de terre rissolées, pour le petit déjeuner ou en accompagnement;
  • en salade de pommes de terre niçoise (avec du thon en boîte ou des œufs cuits durs), grecque (avec du fromage feta, entre autres) ou traditionnelle à l’américaine (avec de petits légumes, de la mayonnaise, de la ciboulette du jardin);
  • en fricassée (avec un reste de viande de poulet, de dinde, ou d’une autre viande, déjà cuite, ou même des lanières de végé-poulet, avec des oignons et de la sauce brune) : rapide et réconfortant;
  • en potage, en passant au mélangeur des légumes cuits, du bouillon, le reste de pommes de terre et des assaisonnements;
  • en pâté chinois végé ou en accompagnement des restes de viandes s’il s’agit d’un reste de pommes de terre pilées;
  • en d’autres suggestions.

Si vous faites cuire un mets au four, profitez-en pour faire cuire des pommes de terre entières avec la peau, pour en faire des gnocchis (pâtes alimentaires) ou des pelures de patates (« Potato Skins » toutes garnies, très populaires chez nos voisins états-uniens) ou encore en faire des bonbons aux patates.

Dans le même ordre d’idée, faites cuire des bulbes d’ail entiers en papillote, pour en faire une purée d’ail exquise ; cette idée est aussi bonne pour ceux qui préfèrent la cuisson sur le grill plutôt que celle au four en été.

En mai, mes cuistots, il arrive souvent que, lorsqu’on épluche des pommes de terre, surtout biologiques, il y ait déjà des germes qui poussent de la pomme de terre. Si vous plantez ces derniers dans la terre, vous aurez, à la fin de l’été, de petites patates qui vous attendront dans la terre. J’ai appris ce truc de mes parents et, tous les ans, je récolte des pommes de terre à partir de morceaux d’épluchures de pommes de terre qui ont fait des germes.

C’est simple, je les dépose sur un linge de papier absorbant écologique mouillé, que j’humidifie pendant quelques jours, le temps que mes pelures fassent des racines, et je les plante en terre à la fin mai. Ça, c’est ce que l’on appelle « maximiser un aliment », qu’en pensez-vous, mes cuistots ? Essayez, c’est fascinant, la nature !

 En mai, il y a aussi des légumes hâtifs et des herbes aromatiques vivaces qui refont surface. Profitez-en pour faire le plein de fines herbes comme la menthe, l’origan, le thym, la ciboulette, l’ail semé l’automne passé (en jeunes pousses, ces dernières débordent de saveurs et de belles valeurs alimentaires). Ajoutez-les à vos salades, à vos soupes, à vos pâtes, par exemple. Ou, comme ici, avec un reste de pommes de terre : de la fraîcheur, des parfums et pas de gaspillage.

 

Salade de patates à la grecque version Sylvie

 

Ingrédients

1 tasse de pommes de terre, déjà cuites (beaux restes)

½ tasse de fromage feta, en menus morceaux

½ petite boîte d’olives noires, égouttées et tranchées finement

¼ oignon rouge bio, en rondelles très fines (ou 1 oignon vert bio, haché)

Ciboulette du jardin (quelques branches)

Thym du jardin (selon vos goûts)

Origan du jardin (selon vos goûts)

Huile d’olive de qualité extra vierge bio ou mayonnaise bio, au goût

 

Préparation

Couper les pommes de terre déjà cuites (beaux restes de la fin de semaine). Préparer la feta, les olives, les oignons et les aromates.

Bien mélanger tous les ingrédients, dans un grand bol, puis servir à la température de la pièce. Bon appétit !

Cette recette fait partie du répertoire de recettes du livre Alimentation thérapeutique pour petits et grands, tome II.

 

Le riz :

Un autre exemple d’aliment que l’on peut décliner de plusieurs façons est le riz, qu’il s’agisse d’un riz basmati, jasmin ou autre. Cela peut s’appliquer aussi aux restes de quinoa ou de millet, cuit : faites-en toujours cuire un peu plus, car vous pourrez transformer les beaux restes :

  • en riz aux légumes avec des légumineuses;
  • en l’utilisant pour farcir des poivrons, réaliser des bateaux farcis de courgettes (il en va de même pour les feuilles de vigne et les tomates au four);
  • en salade avec des légumineuses, de petits légumes et une bonne vinaigrette maison;
  • en omelette asiatique;
  • en d’autres suggestions.

S’il s’agit d’un reste de riz collant, vous pouvez utiliser ce dernier, si vous n’avez pas ajouté de vinaigre, pour les sushis desserts, avec du lait de coco.

 

Une idée de sushis desserts avec un reste de riz cuit

Ingrédients (donne 6 portions de 125 ml)
1 boîte (400 ml) de lait de coco bio, non sucré
1 ¼ tasse riz calrose (collant) à sushis, déjà cuit
1 ou 2 c. à soupe de sucre bio
¼ c. à thé de vanille naturelle, en poudre, ou de cannelle bio, moulue

Fruits : fraises, mangues, nectarines ou pêches en saison, framboises, etc.

Feuilles de riz carrées ou rondes

Il vous est aussi possible d’ajouter de jeunes feuilles de menthe fraîche venant de votre jardin afin d’ajouter de la fraîcheur à vos sushis desserts.

 

Préparation

Préparer le riz au lait. Dans un grand chaudron, faire chauffer le lait de coco à feu moyen. Lorsqu’il est sur le point de bouillir, ajouter les restes de riz déjà cuit et bien mélanger. Couvrir et baisser le feu. Cuire en brassant souvent pendant environ 10 à 12 minutes.

Ajouter le sucre et la vanille, puis bien mélanger. Laisser reposer à couvert (tout le liquide doit être absorbé : attention, le riz épaissit beaucoup en refroidissant !). Réserver le riz (laisser tiédir).

Peler les fruits et les couper en lanières ou en bâtonnets, selon vos goûts.

Faire les sushis en famille. Déposer délicatement la feuille de riz, réhydratée, dans l’eau tiède, sur une serviette propre et la garnir de riz au centre. Se mouiller les mains et étendre une quantité de riz au lait (pas trop, sinon les sushis sont trop lourds). Prendre soin de laisser une bordure de 2 cm sur un des côtés. Déposer les fruits près du côté opposé à celui où on a laissé la bordure.

Ne pas mettre trop de fruits, car les sushis seront très difficiles à rouler ! Rouler le sushi, de la même façon qu’on roule les sushis au poisson. Avant de sceller, appliquer un peu d’eau sur la bordure qui n’a pas de riz. Sceller le sushi sans trop le serrer, car les fruits ont tendance à sortir du rouleau !

Déposer dans une assiette. Servir, avec un petit bol de coulis de framboises ou de fraises au sirop d’érable, pour tremper votre sushi dessert ! Miam !

Toute la famille peut participer et s’amuser à confectionner ses propres sushis desserts, et surtout les déguster, c’est une belle activité ou présentation pour la fête des Mères, en mai, c’est santé et, surtout, délicieux.

 

Quelles que soient les recettes choisies, lors de vos défis, faites un inventaire de ce qui reste au frigo et n’oubliez pas de faire votre mise en place. Il est important de vérifier si vous avez tous les ingrédients nécessaires et de sortir le matériel (les ustensiles, par exemple) ainsi que d’avoir un plan de travail propre qui convient à votre grandeur. Il est toujours de mise de s’être soigneusement lavé les mains.

Une fois que vous aurez fait plusieurs rotations de recettes « vide-frigo », vous serez en mesure de faire une planification de plusieurs des recettes préférées de la majorité de la famille. Qui sait, peut-être même faire votre propre livre ou registre de recettes maison ; j’ai bien hâte de voir ou de lire vos créations et vos suggestions.

Si vous avez la chance d’avoir un lopin de terre et de pouvoir faire un petit jardin, d’y faire pousser des légumes, de petits fruits et des herbes fraîches, profitez-en !

De plus, savoir utiliser tous les bons aliments qui sont présents dans votre maison sans gaspiller permet d’acquérir ce qu’on appelle une certaine autonomie alimentaire. C’est beaucoup plus que ce que vivent d’autres habitants sur cette terre, pensez-y ! Ne pas jeter, réutiliser, recycler… ce sont des clefs vers une certaine liberté, qui est si chère à tous les humains. Alors, mes cuistots, à go, on vide le frigo ?

Bon mois de mai, sans oublier une bonne fête aux mamans et aux mamies de ce monde, qui, depuis toujours, sont des maîtres créatrices de bonheur recyclé à partir de petits riens, préparés avec amour !