Activités antivirales des huiles essentielles

Publié le 21 mai 2020
Écrit par Stéphanie Plamondon, Ac., M. Sc.

Activités antivirales des huiles essentielles
Omega Alpha FR (premier line)

Les huiles essentielles possèdent des propriétés anti-infectieuses remarquables et s’avèrent efficaces autant dans la prévention que dans le traitement de plusieurs types d’infections, que celles-ci soient d’origine bactérienne, parasitaire, fongique ou virale. La science s’intéresse d’ailleurs depuis longtemps aux propriétés antimicrobiennes des molécules aromatiques, comme l’atteste l’abondance d’études scientifiques qui existent sur le sujet.

 

Les infections respiratoires qui sévissent durant la saison froide, et plus particulièrement la pandémie de la COVID-19 qui s’est récemment déclarée, incitent plusieurs à rechercher auprès des huiles essentielles des moyens de prévenir le développe- ment de maladies virales, de neutraliser les virus qui en sont à l’origine et de fortifier le système immunitaire.

 

Bien qu’il soit impossible à l’heure actuelle de prétendre que certaines molécules aromatiques agissent directement sur le SARS-CoV-2, le coronavirus à l’origine de la maladie COVID-19, puisque son apparition est encore trop récente, il peut être intéressant de recourir à des huiles essentielles qui sont reconnues efficaces dans la prévention et la diminution des symptômes reliés à d’autres types d’infections respiratoires qui s’y apparentent, notamment des huiles immunostimulantes et antivirales.

 

Un peu de microbiologie

Contrairement aux bactéries, il est surprenant de constater à quel point un virus peut causer des dommages alors qu’il est un organisme simple, composé d’une molécule d’acide nucléique ADN ou ARN, incapable de vivre par lui-même.

En effet, un virus est un agent infectieux qui doit nécessairement infiltrer une cellule et ses mécanismes de réplication afin de pouvoir se multiplier. C’est alors qu’il peut croître et causer de nombreux problèmes de santé. À noter cependant que sur les quelque 3600 virus répertoriés, seuls environ 130 sont pathogènes.

 

Certains virus possèdent une enveloppe composée de protéines, de glucides et de lipides qu’on appelle « cellule enveloppée », contrairement à d’autres qui ne possèdent aucune enveloppe et qui se nomment « cellule nue ». Ces dernières sont plus résistantes, car les lipides contenus dans l’enveloppe des cellules enveloppées les rendent plus vulnérables aux agents antiviraux. Les virus de l’influenza, de l’hépatite C, du V.I.H. et de la COVID-19 sont des exemples de virus enveloppés.

 

Les virus causent des pathologies en provoquant la lyse des cellules qu’ils parasitent et dont ils détournent les mécanismes d’action. Telle une photocopieuse, ce sont ensuite des millions de copies du matériel génétique du virus qui s’introduisent dans la circulation et qui provoquent le développement de maladies, telles que le rhume, la grippe, la varicelle ou la rougeole.

 

Mécanismes antiviraux des huiles essentielles

Certaines huiles essentielles possèdent de fortes propriétés antivirales, notamment par leur capacité à empêcher des virus de se développer, soit :

  • en inhibant leur réplication au sein des cellules hôtes ;
  • en détruisant l’enveloppe des virus enveloppés ;
  • en neutralisant et en provoquant leur destruction (pouvoir virucide).

 

 

Familles thérapeutiques des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont catégorisées dans des familles thérapeutiques différentes selon leurs propriétés et mécanismes d’action. Dans le combat contre les virus, certaines huiles sont particulièrement utiles, notamment celles qui s’avèrent :

  • anti-infectieuses à large spectre d’action ;
  • antivirales et virucides ;
  • désinfectantes ;

 

Huiles essentielles anti-infectieuses à large spectre d’action

Il s’agit d’huiles essentielles riches en phénols possédant des propriétés anti-infectieuses puissantes et qui agissent sur des pathogènes peu importe que leur origine soit bactérienne, parasitaire, fongique ou virale. Les huiles essentielles d’origan à fleurs compactes, de clou de girofle, de thym à thymol et de sarriette des montagnes en sont des exemples.

 

Huiles essentielles antivirales et virucides

Ces huiles essentielles possèdent des molécules qui agissent de façon plus spécifique sur les virus, qu’elles inhibent et anéantissent et qui sont riches en oxydes (romarin à cinéole, laurier noble, eucalyptus radié, ravintsara), monoterpènes (citron (z), thé du labrador, sapin, pin et épinette) ou en aldéhydes terpéniques (eucalyptus citronné, verveine des Indes, mélisse officinale).

Huiles essentielles désinfectantes

Les huiles désinfectantes sont notamment utilisées pour assainir et nettoyer les mains ainsi que des surfaces possiblement contaminées par des gouttelettes porteuses de virus. Quoiqu’une grande majorité d’huiles essentielles soient désinfectantes, celles qui sont riches en monoterpénols le sont de façon toute particulière, notamment celles du tea tree, du palmarosa, de la lavande vraie, de la menthe poivrée et du bois de hô.

 

Huiles essentielles immunostimulantes

Enfin, certaines huiles essentielles exhibent de grandes capacités à stimuler le système immunitaire afin de le rendre plus fort et performant face à des attaques virales. Elles augmentent le nombre de cellules immunitaires spécialisées, notamment les lymphocytes et les leucocytes phagocytaires, afin de les rendre plus efficaces dans la neutralisation des virus pathogènes. Parmi ces huiles, on retrouve celles qui sont riches en oxydes précédemment énumérées, dont l’eucalyptus radié, le romarin à cinéole et le ravintsara. De plus, les huiles riches en oxydes ont un tropisme d’action spécifique sur les poumons, qu’elles tonifient et décongestionnent.

Trousse d’huiles essentielles antivirales

Certaines huiles et essences aromatiques possèdent des propriétés antivirales reconnues qui font d’elles des incontournables dans le combat contre des virus pathogènes.

Cannelle Cassia

Anti-infectieuse à large spectre, cette huile essentielle de cannelle (Cinnamomum cassia) fait partie des huiles antimicrobiennes puissantes. Elle stimule le système immunitaire, aide à combattre la fièvre et déploie ses molécules antivirales pour agir à la source de l’infection, peu importe son origine. En raison de sa dermocausticité, elle est habituellement réservée pour l’usage interne.

 

Citron (z)

L’essence de zeste de citron (Citrus limonum) est un antiviral des plus efficaces. Son usage est recommandé en diffusion pour désinfecter les locaux tels que les hôpitaux, les cliniques ou habitations dans lesquelles des per- sonnes malades sont ou ont été présentes.

 

L’essence de citron (z) rappelle la propreté et est utilisée pour fabriquer des solutions désinfectantes permettant de nettoyer des surfaces sur lesquelles les virus peuvent survivre jusqu’à 78 h ou parfois même plus. Il s’agit d’ajouter 35 gouttes de citron à 250 ml de savon liquide neutre et de bien nettoyer les surfaces souillées. L’essence peut également être utilisée à l’interne pour son effet immunostimulant et antiviral (voir formule plus loin).

Laurier noble

L’huile essentielle de laurier noble (Laurus nobilis) est à la fois antibactérienne, antivirale, antitussive et expectorante. Elle est tout particulièrement performante pour prévenir des infections des voies respiratoires, telles que la grippe et la bronchite. Elle est utilisée dans des formules cutanées, des sirops, ainsi que pour fabriquer des suppositoires.

Sapin baumier

Cette belle huile essentielle du Québec (Abies balsamea) est utilisée pour réguler le système immunitaire et décongestionner les voies respiratoires. Elle augmente la production de leucocytes, renforçant ainsi l’organisme contre les virus. De plus, elle aide à retonifier l’organisme lors de la convalescence. Elle est utilisée en diffusion et pour fabriquer des suppositoires.

Origan à fleurs compactes

Reine des huiles anti-infectieuses, l’origan à fleurs compactes est reconnu pour provoquer la lyse des agents pathogènes en s’attaquant à leur enveloppe et en bloquant leur multiplication. Sa molécule active, le carvacrol, fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques, ce qui fait de l’huile essentielle d’origan une incontournable dans la trousse d’huiles essentielles anti-infectieuses à large spectre.

 

Thym à thymol

Tout aussi intéressante et puissante, l’huile essentielle de thym à thymol freine les processus de développement et de croissance de plusieurs agents infectieux et inhibe les virions. Elle agit de façon toute particulière sur les microbes qui affectent les poumons. Des études ont également déterminé que l’huile essentielle de thym à thymol possède de grandes propriétés aseptisantes et est utilisée notamment à l’interne ou pour fabriquer des produits désinfectants.

 

Formules désinfectantes, immunostimulantes et antivirales

Afin de bénéficier des grandes propriétés anti-infectieuses des huiles essentielles, voici quelques formules :

 

Formule décongestionnante et assainissante de l’air

50 gouttes d’essence de zeste de citron (Citrus limonum)

50 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata)

50 gouttes d’huile essentielle de sapin baumier (Abies balsamea)

 

Verser ces gouttes dans une bouteille à codigouttes de 5 ml. Bien remuer et étiqueter. Déposer 15 gouttes de ce mélange dans un diffuseur ou dans l’eau d’un nébulisateur, et diffuser pendant 20 minutes, 3 fois par jour.

 

Gel désinfectant pour les mains

5 c. à soupe de gel d’aloès

3 c. à soupe d’hydrolat de cannelle

2 c. à soupe d’alcool isopropylique

1 pincée de gomme de xanthane

 

 

50 gouttes d’huile essentielle de tea tree (Melaleuca alternifolia)

35 gouttes d’huile essentielle de verveine des Indes (Cymbopogon flexuosus)

15 gouttes d’huile essentielle de thym à thymol (Thymus officinalis thymoliferum)

 

 

Dans un bol, mélanger tous les ingrédients à l’aide d’un pied mélangeur. Verser dans une bouteille à pipette ou un contenant à pressoir et étiqueter. Déposer 5 gouttes du produit et masser sur les mains et les ongles.

 

Suppositoires décongestionnants et antiviraux

13 gouttes d’essence de zeste de citron (Citrus limonum)

13 gouttes d’huile de laurier noble (Lauris nobilis)

13 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata)

13 gouttes d’huile essentielle de sapin baumier (Abies balsamea)

13 gouttes d’huile essentielle de thym à thymol

(Thymus officinalis thymoliferum)

 

Dans une casserole et à feu très doux, faire fondre 40 g de beurre de cacao. Une fois fondu et hors de la source de chaleur, ajouter les gouttes d’huiles essentielles et mélanger à l’aide d’un bâtonnet en bois. Avec une pipette, remplir 21 moules à suppositoires. Laisser figer sur le comptoir et étiqueter, puis placer dans un sachet au congélateur. Utiliser un suppositoire par voie rectale, 3 fois par jour, pendant une semaine. (Il est possible de faire fabriquer ces produits par un spécialiste en aromathérapie.)

 

Formule antivirale buccale

50 gouttes d’essence de zeste de citron (Citrus limonum)

50 gouttes d’huile essentielle d’origan à fleurs compactes (Origanum compactum)

50 gouttes d’huile essentielle de laurier noble (Laurus nobilis)

 

Placer les gouttes d’huiles essentielles dans une bouteille à codigouttes de 5 ml. Bien remuer. Prendre 2 gouttes du mélange dans ¼ c. à thé d’huile végétale, 3 fois par jour après les repas. (Ne pas pro- longer le traitement pendant plus de 7 jours sans l’avis d’un aromathérapeute certifié).

 

À l’heure où sévit une pandémie de COVID-19 et où l’Organisation mondiale de la santé prévoit une augmentation des épidémies dans les années à venir, les propriétés anti-infectieuses des molécules aromatiques, combinées aux recommandations d’hygiène des mains, représentent un arsenal de taille dans la prévention des infections qui en résultent.

 

Écrit en collaboration avec Sarah Milon, stagiaire en aromathérapie scientifique.