Ah ! Les fameuses croyances populaires !

Publié le 13 février 2016
Écrit par Nancy Richard, B. ÉD., n.d. Accompagnante à la naissance et B. ÉD.

Ah ! Les fameuses croyances populaires !
Homeocan Petit Prince FR

Cette année, le mois de février est ô combien mystérieux …

 

L’ANNÉE 2016 en est une bissextile, donc le mois de février comprend un jour supplémentaire au calendrier, mais pour moi, spécialiste en périnatalité, il s’agit d’un mois sans pleine lune.

La pleine lune est déjà fascinante, mais bon nombre de mythes planent dans les salles d’accouchement à ce sujet.

Le phénomène me pousse à me pencher sur les mythes entourant la maternité (un sujet passionnant et sans fin), dont la fameuse croyance populaire avançant qu’il y aurait plus de naissances les soirs / nuits de pleine lune.

 

PLEINE LUNE ? NAISSANCES À LA UNE !

Penchons-nous maintenant sur cette croyance intrigante.

Déjà, durant la période historique de l’Antiquité, cette fausse croyance était très répandue. Aristophane l’a même citée dans un de ses écrits (discours du Banquet de Platon). Il semble donc plus difficile de briser un mythe qui perdure depuis des siècles.

Il est vrai que la pleine lune a une influence certaine sur les marées, donc en milieu aqueux. On pourrait donc croire que le liquide amniotique (dans la poche des eaux) en ressentirait un effet. Or, de par la minime quantité en jeu (entre 800 ml et 1 litre), aucune étude à ce jour ne peut corroborer cette hypothèse.

D’ailleurs, une étude a été effectuée en 2005 par l’American Journal of Public Health (collecte des données de 1997 à 2001, soit sur une durée de 62 cycle lunaire). L’échantillon reposait sur un bassin de 600 000 parturientes.

On a ainsi pu conclure qu’il n’existe aucun lien de corrélation entre la phase de la lune et l’augmentation du nombre d’accouchements, avec ou sans complications ni autres variables telles que la gémellité.

La durée de la grossesse : 9 mois ou 40 semaines ? Là est la question ! Le tableau à la page 25 indique la durée de votre grossesse en mois et parallèlement en semaines.

Au Québec, les protocoles obstétricaux en vigueur permettent aux femmes de poursuivre la grossesse jusqu’à un terme de 41 semaines et 6 jours. Toutefois, certaines études en cours tendent à prouver qu’un bébé post-terme dans de bonnes conditions pourrait poursuivre sa croissance et son développement intra-utérin sans problème au-delà de ce terme.

Comme convention de calcul, voici une formule mathématique afin de fixer la date approximative de l’accouchement.

DDM + 40 semaines = DPA = 280 jours de gestation

DDM=date du début de la dernière menstruation

DPA=date prévue d’accouchement

Toutefois, selon la médecine traditionnelle chinoise, le calcul de la date d’accouchement se ferait de la façon suivante :

10 lunaisons de 28jours = 280 jours de gestation

 

Il est donc possible de faire un parallèle avec le cycle menstruel, lui aussi basé sur la durée d’un cycle lunaire.

Bref, ne rangez pas vos bagages dans le coffre de votre voiture en route vers l’hôpital ou la maison de naissance parce que la lune atteint son apogée de belle rondeur et luminosité.

Attendez que votre bébé décide de lui-même de se montrer le bout du nez!

 

BEDAINE RONDE, FILLE À METTRE AU MONDE !

Bon nombre de gens s’amusent à deviner le sexe de l’enfant à naître en observant le ventre de sa mère.

Beaucoup d’entre eux avancent qu’un ventre tout en courbes et en rondeurs annoncerait la venue au monde d’une fille, tandis qu’un ventre plus avancé vers l’avant et arborant une forme pointue serait annonciatrice d’un petit garçon.

Au risque de vous décevoir, je dois vous annoncer que la forme du ventre de la mère n’aiderait pas le moins du monde à déterminer le sexe de l’enfant à naître.

Pour avoir porté deux filles, je peux vous affirmer que je n’ai pas obtenu de forme de bedaine identique de par le positionnement de mes bébés dans mon ventre.

En fait, il n’existe aucun lien de corrélation entre la forme du ventre et le sexe de l’enfant. Les facteurs déterminants seraient plutôt le positionnement du bébé dans le ventre de sa mère et la physionomie de celle-ci( longueur du torse, largeur du bassin, etc.).

Le bébé peut adopter diverses positions dans le ventre de la mère, la première étant la plus favorable à un accouchement vaginal (engagement plus facile dans le bassin maternel, rotation plus aisée par la suite pour la naissance, etc.) :

  • Position occipito-antérieure;
  • Position occipito-postérieure;
  • Position transverse;
  • Position ensiège.

Ainsi, c’est la position du bébé qui modifie la forme du ventre de sa mère.

 

CŒUR VITE POUR UNE  FILLE ET CŒUR LENT POUR UN GARÇON

Lors d’un rendez-vous typique de suivi de grossesse, le médecin ou la sage-femme procède à un questionnaire et à un examen physique sommaire, dont la prise de la mesure du cœur fœtal.

Grâce à l’appareil Doppler, le professionnel mesure le nombre de battements cardiaques par minute. Lors du premier trimestre, le cœur du fœtus a tendance à osciller tout près de la barre des 180 battements par minute. Par la suite, le rythme ralentit, variant entre 120 et 160 battements par minute.

Longtemps les gens ont pensé qu’un petit cœur qui battait vite (140 battements ou plus) annonçait la venue d’une fille et, à son opposé, qu’un cœur ayant une rythmique plus lente serait annonciateur d’un garçon.

Or, le rythme cardiaque du fœtus est plutôt influencé par son âge gestationnel et ses mouvements. Patience ! Seule l’échographie pourra vous fournir un indice sûr concernant le sexe de votre enfant, et la naissance de ce dernier pourra vous le confirmer. Il m’est arrivé d’avoir des clients qui s’attendaient à avoir une fille et qui ont plutôt fait la rencontre de leur garçon lors du jour J…

 

CONCLUSION

Il existe tant de mythes à briser entourant le vaste univers de la parentalité. Allons-y un à la fois. Démystifions et rétablissons les faits derrière ces croyances erronées. Les sceptiques seront confondus !

 

RÉFÉRENCES

  • RICHARD, Nancy. De bedon à poupon : Guide d’informations prénatales et postnatales, Québec, 2013, 215 p.
  • RICHARD, Nancy. Les femmes et les enfants d’abord… ou l’art des soins en période périnatale, Québec, 2014, 389 p.
  • American Journal of Public Health
  • Doctissimo
  • Wikipédia