Ayez la convergence à l’œil !

Publié le 15 septembre 2017
Écrit par Sylvie Leblanc, n.d.

Ayez la convergence à l’œil !
GUT-FX fr

Avec la saison chaude, notre alimentation change. Les aliments et les boissons qui sont souvent les chouchous de l’été contiennent souvent des résidus plus acides qu’alcalins.

 

Mais saviez-vous qu’au niveau de votre vision, la déficience de convergence peut apporter de nombreux symptômes ? Avec le mois de septembre vient le retour en classe, le retour à une routine qui généralement sollicite encore plus de lecture, de travail à l’ordinateur et d’apprentissage !

Selon l’ophtalmologiste William H. Bates, auteur de Better eyesight without glasses (un classique indémodable), les yeux humains sont faits pour voir l’horizon au loin. Hélas, force est de constater que nos vies sont trop souvent, dans notre société actuelle, branchées à de nombreux écrans, sans compter que notre vision semble limitée par nos vies citadines.

Au printemps dernier, la Société canadienne de pédiatrie a publié des recommandations sur le sujet : « Il est recommandé de ne pas laisser les enfants de 2 à 5 ans devant des écrans pendant plus d’une heure (…) » Imaginez, une heure semble bien peu quant à toutes les tentations sur écrans (télé, ordi, téléphone intelligent, console de jeu, etc.).

Ayant le privilège de travailler avec les enfants par l’entremise de mon programme « Les petits cuistots », je suis à même de constater le nombre croissant d’enfants ayant des problèmes d’attention et de lecture. Lire une recette, ce n’est pas que des mots, c’est aussi avoir une compréhension dans l’espace des volumes des ingrédients.

Afin de valider la pleine capacité sensorielle visuelle, il est recommandé, avant le retour en classe, de consulter un spécialiste de la vision afin de confirmer ou de corriger la vision de nos enfants.

Bien que les yeux soient associés généralement strictement à la vision, ils sont en fait beaucoup plus qu’un organe sensoriel ne nous servant qu’à voir. Grâce à leurs six muscles et à leurs connexions nerveuses, ils permettent au corps de conserver son équilibre dans trois directions dans l’espace. Les yeux et leurs muscles en lien avec la perception neurosensorielle qui découle des connexions nerveuses sont aussi importants que l’oreille pour notre posture et notre équilibre. Physiologiquement, les yeux envoient au système nerveux des informations visuelles et extraoculaires, par la rétine et la musculature des yeux. Advenant une asymétrie de tensions ou un manque de coordination afférent aux six muscles, cela pourrait expliquer des défauts de convergence ou un trouble du parallélisme, ce qui peut se répercuter sur la posture, la bascule ou la rotation des épaules ou du bassin, mais aussi la position de la tête et des pieds dans l’espace !

C’est donc dire que votre vision peut influencer un déséquilibre musculaire et créer des problèmes posturaux, des tensions musculaires et de nombreux malaises.

 

Voici quelques symptômes (enfants et adultes) qui peuvent être reliés à la motricité oculaire ou à l’insuffisance de convergence :

  • Fatigue et problèmes à la lecture et problèmes de concentration ;
  • Fatigue visuelle ou somnolence (télé, écrans et ordinateur) ;
  • Sensation de sable dans les yeux (plus en fin d’après-midi) ;
  • Baisse de l’acuité visuelle si vous fermez ou cachez un œil pour lire ou regarder la télé ;
  • Sensation inconfortable au niveau des yeux malgré plusieurs types de lunettes (inconfort visuel inexpliqué) ;
  • Fatigue en conduisant le soir ;
  • Trouble de la mémoire ;
  • Vertiges, pertes d’équilibre inexpliquées, « fausse » labyrinthite ;
  • Coup de fatigue inexpliqué en fin d’après-midi ;
  • Vous accrochez souvent les coins de meubles ou les poignées de porte, ou trébuchez souvent ;
  • Maux de tête fréquents, migraines ;
  • Torticolis à répétition, tensions musculaires chroniques dans le cou, douleurs persistantes dans le haut du dos et les épaules ;
  • Nausées, mal des transports (voiture, bateau, avion, etc.) ;
  • Difficulté à marcher droit ;
  • Dyslexie et troubles de l’apprentissage chez l’enfant ;
  • Maladresse dans les sports où l’œil intervient, etc.

Notez que certains liens ont été établis entre la motricité oculaire et l’hétérophorie ou le strabisme latent mineur ou des problèmes de posture globale (pied, yeux et occlusion dentaire, etc.).

Si vous ou quelqu’un que vous aimez êtes affublé de plusieurs symptômes, il serait intéressant d’examiner votre oculomotricité et de faire certaines vérifications posturales en ostéopathie ou en posturologie ou quelques exercices en rééducation chez un orthoptiste.

Dans quelques cas, des lunettes de correction ne sont pas le seul atout pour une vision globale.

Au même titre que des troubles auditifs centraux peuvent se cacher malgré des tests d’audition considérés comme normaux, il se peut que, sous des tests conventionnels proposant même une vision de 20/20, il se cache des problèmes de convergence ou de motricité oculaire.

 

LA DYSLEXIE

Les yeux et leurs structures extraoculaires peuvent influencer des problèmes tels que la dyslexie et d’autres problèmes reliés au développement.

La dyslexie est un problème qui se définit comme une difficulté à lire, souvent héréditaire. Selon le Dr Gabriel Élie, ophtalmologiste, les différents types de dyslexie affecteraient plus de 10 % de la population scolaire.

Plusieurs ophtalmologues français, dont les docteurs Nathalie Guépratte et Marc Timsit, chirurgien-ophtalmologue, recommandent de mentionner à votre spécialiste de la vue lors d’un examen les symptômes mentionnés précédemment si ces derniers vous « handicapent » dans vos journées, car ils peuvent se traduire par des muscles oculomoteurs un peu faibles qui ont du mal à converger et à faire leur travail.

Notez que les personnes qui sont ou ont été atteintes de strabisme ou d’astigmatisme peuvent être plus sujettes à des problèmes reliés à une déficience de convergence oculomusculaire et quelques fois de dyslexie.

Les personnes ayant subi un AVC ou un traumatisme crânien, une spasmophilie, ainsi qu’une maladie telle que la méningite pourraient aussi bénéficier d’une rééducation orthoptique, selon les recommandations de professionnels de la vue (optométristes, ophtalmologistes, etc.).

 

Voici quelques suggestions associées à divers facteurs de santé globale qui, selon les déficiences, pourraient être salutaires :

  • Assurez-vous de ne pas avoir de carence en magnésium. Voici quelques aliments riches en magnésium à privilégier dans l’assiette quotidienne : les algues, l’avocat, le cantaloup, les céréales à grains entiers, la banane, le soya, les figues, les fruits de mer, les légumes verts foncés, la mélasse (notamment la verte), les noix, les poissons, les pommes, les produits laitiers, les graines de sésame, les graines de chanvre, les graines de chia, la poudre de cacao pure, etc. ;
  • Certains aliments sont des plus réputés pour la santé des yeux en raison de leur contenu en antioxydants et en lutéine : le chou frisé (ou le cresson, les épinards, le persil, le brocoli, les choux de Bruxelles, les pousses), les bleuets, tous les aliments vert foncé et riches en caroténoïdes orangés sont des gagnants pour les yeux (les courges d’hiver, les melons, les pêches, les abricots, les poivrons rouges, les patates douces, les carottes, etc.). Les aliments constituant une source de zinc sont aussi importants pour la santé des yeux : les graines de citrouille, les noix de pécan, les légumineuses, la levure alimentaire, les graines de tournesol, les champignons, le soya, etc. ;
  • Une correction par lunettes d’un astigmatisme, d’une hypermétropie ou d’une presbytie est parfois nécessaire ;
  • Réglez vos problèmes de sommeil, car l’insomnie et le manque de repos physiologique aggravent la fatigue visuelle ;
  • Une bonne oxygénation améliore la vision. Il est donc recommandé de faire des respirations conscientes ou yogiques, etc. ;
  • Une activité modérée et agréable quotidienne est recommandée de même qu’une période de relaxation ;
  • Il y a plusieurs recommandations si vous faites un travail devant un écran d’ordinateur : notez que ce sont les astigmates qui sont les plus gênés par le travail sur écran, suivis par les hypermétropes :

 

*Il est très important de calculer au mieux la position du poste de travail pour que l’axe du regard descende vers l’écran ;

*La position de l’écran doit correspondre à la distance d’accommodation, variable selon la personne, de 60 à 80 cm ;

*L’écran doit être placé directement en face de l’utilisateur et non sur le côté ;

*Il vaut mieux augmenter la taille des polices que diminuer la distance de l’écran ;

*L’écran doit être nettoyé souvent, selon les recommandations du fabricant, et il doit être inclinable. Il ne doit pas être l’occasion de reflets parasites et ne doit jamais être placé devant une fenêtre, la lumière du jour doit arriver par le côté. L’écran doit être préférablement traité antireflet ;

*L’éclairage ambiant ne doit pas être éblouissant ;

*Il est essentiel que les écrans soient aisément lisibles ; les caractères (polices) doivent être de bonne définition ;

*Les écrans portables sont généralement plus pénalisants, dans la mesure où l’on s’en sert n’importe où. Les conditions ergonomiques sont plus aléatoires avec un portable, soyez vigilant ;

*Finalement, limitez la durée du temps de travail à l’ordinateur.

 

Il est fortement recommandé de l’entrecouper de pause de cinq minutes par heure et, toutes les deux heures, faire un peu de gymnastique afin de délier les tensions pour alléger la posture et le regard. Dans le doute, revoyez l’ergonomie du poste de travail.

Si nos yeux sont garants de notre posture, de notre équilibre, de notre apprentissage, de notre compréhension de ce monde en trois dimensions, assurez-vous que votre station de travail soit bien ajustée sur le plan ergonomique et que vos écrans ne soient pas trop près. Vérifiez votre posture sur tous les types d’écrans. Aussi, pour certains, une analyse et une correction posturale avec des orthèses et des chaussures appropriées peuvent maximiser leur qualité de vie, leur équilibre et leur vision des choses !

Alors, que vos efforts convergent vers une saine musculature oculaire.

Considérez donc votre vision comme un tout, car tant votre apport alimentaire que votre posture globale, de la tête aux pieds, vous permettront d’obtenir une vision et une vie équilibrées.

Car les yeux ne sont pas que le miroir de l’âme, ils sont bien plus précieux ! Voyez-y !