Eczéma ou dermatite

Publié le 15 mars 2020
Écrit par Marie Michèle Breton, nd.a.

Eczéma ou dermatite
Herbasante FR

L’eczéma est aussi appelé « dermatite » et signifie « inflammation de la peau ».

Il est l’une des maladies de peau les plus fréquentes, atteignant environ 2 à 10 % des adultes et 17 % des enfants. Ce problème est très commun, surtout chez les enfants de moins de cinq ans1.

Il existe plusieurs types d’eczéma, mais les symptômes sont similaires : démangeaisons de la peau et rougeurs, mais gonflements ou bulles suintantes sur la peau apparaissent chez d’autres personnes.

 

Eczéma de contact

L’eczéma de contact est aussi appelé « dermatite de contact ». C’est une réaction cutanée survenant après une exposition à des substances allergènes. Les substances allergènes de l’eczéma de contact peuvent être le latex, les parfums, les conservateurs, etc.

 

Eczéma atopique

Les éléments suivants peuvent contribuer au développement de la dermatite atopique :

  • Facteurs génétiques
  • Dysfonctionnement de la barrière épidermique
  • Mécanismes immunologiques
  • Déclencheurs environnementaux

Les personnes souffrant d’allergies (asthme allergique, rhinite allergique, allergies alimentaires, certains types d’urticaire) ou ayant un proche parent qui en souffre sont plus à risque de faire de l’eczéma atopique. L’eczéma survient aussi plus fréquemment chez les personnes prédisposées aux allergies environnementales.

La dermatite atopique peut également être déclenchée par des situations de stress continu ou aigu ou être en lien avec l’environnement.

 

Les déclencheurs environnementaux les plus fréquents comprennent :

  • Les aliments (p. ex., lait, œufs, soja, farine, cacahuètes, poissons, etc.) ;
  • Les allergènes respiratoires (p. ex., acariens, champignons, plumes, poils) ;
  • La colonisation cutanée par Staphylococcus aureus ;
  • Les produits topiques (p. ex., cosmétiques, parfums, savons) ;
  • La sueur ;
  • Les tissus rugueux.

L’objectif en ce qui a trait à l’eczéma atopique est de trouver les déclencheurs alimentaires ou environnementaux, d’investiguer sur le fonctionnement de la sphère digestive, et de compléter avec des approches complémentaires : gestion du stress, hydratation, etc.

 

Barrière cutanée

La peau (« /po/ », provenant du latin « pellis ») est un organe composé de plusieurs couches de tissu. Elle est la première barrière de protection de l’organisme. Les personnes atteintes d’eczéma ont généralement une mauvaise intégrité cutanée et peuvent avoir des altérations génétiques à la production d’une protéine nommée « filaggrine », présente dans le renforcement de la barrière cutanée2.

La filaggrine fabrique des produits de dégradation qui contribuent à la formation de facteurs hydratants naturels de la peau. L’absence de ces produits de dégradation entraîne une perméabilité épidermique excessive, une perte en eau et une capacité accrue des allergènes à pénétrer la barrière cutanée. Cette augmentation de la perméabilité cutanée associée à la dermatite atopique peut ouvrir la porte à une colonisation accrue de bactéries telles que les espèces de Staphylococcus aureus.

 

Alimentation et nutrition

Dans le passé, on pensait à tort que la sensibilité aux aliments était principalement observée dans le tractus gastro-intestinal. Cependant, des preuves récentes indiquent que la peau peut être sensibilisée à un antigène alimentaire3.

Certains aliments peuvent être bons pour une personne et pas pour une autre. Certaines personnes peuvent réagir à certaines substances contenues dans un aliment. La personnalisation de la diète s’avère donc importante.

De plus, le développement de l’eczéma avant l’âge d’un an serait relié à la probabilité plus élevée d’allergie alimentaire. Les enfants atteints d’eczéma modéré ou grave ont une prévalence beaucoup plus élevée aux allergies alimentaires4.

 

Histamine

L’histamine est bien connue dans le processus des allergies saisonnières, car les médicaments antihistaminiques fournissent un soulagement rapide des symptômes.

Cependant, l’histamine peut aussi affecter l’état de la peau. Les symptômes peuvent être des démangeaisons, des rougeurs, des picotements et des plaques d’urticaire. En temps normal, l’histamine est détruite dans l’organisme sous l’action d’une enzyme appelée « diaminoxydase ». Chez les personnes souffrant d’intolérance à l’histamine, l’activité de cette enzyme peut être réduite. Par conséquent, l’histamine produite par l’organisme et celle absorbée par l’alimentation ne peuvent plus être détruites, ou seulement partiellement, ce qui peut provoquer certains problèmes de peau.

Un excès d’histamine peut être provoqué par des aliments eux-mêmes riches en histamine (p. ex., les œufs, le blé, les boissons alcoolisées, etc.) ou par des aliments libérateurs d’histamines mastocytaires (p. ex., germe de blé amenant la putrescine, extrait de levures amenant le glutamate, etc.)5-6.

 

Probiotiques

Il a été démontré que les probiotiques régulent la colonisation microbienne des nourrissons, atténuent la perméabilité intestinale, améliorent les réponses en IgA, et réduisent les réactions inflammatoires localisées et systémiques souvent altérées en présence d’allergie ou d’eczéma. Les souches de probiotiques les plus étudiées sont Lactobacillus reuteri et Lactobacillus rhamnosus GG7.

 

Nutriments

L’un des nutriments les plus importants pouvant améliorer l’eczéma est la vitamine D. Le taux de vitamine D aurait une influence sur l’immunité cutanée et diminuerait l’effet exacerbant des micro-organismes tels que Staphylococcus aureus sur l’eczéma.

Le zinc permet une régénération et une cicatrisation normales de la peau. Il est démontré que le niveau de zinc dans les globules rouges est plus bas chez les gens atteints de dermatite atopique que chez les autres et que la gravité de la dermatite augmenterait avec des niveaux de zinc plus bas dans les globules rouges8.

Certaines personnes profiteraient même d’une exposition modérée aux rayons du soleil.

 

Perméabilité intestinale

« Il est maintenant admis que le dysfonctionnement de la barrière intestinale est impliqué dans diverses maladies inflammatoires de la peau, notamment la dermatite atopique9. »

Lorsqu’elle fonctionne normalement, la barrière intestinale permet ainsi aux nutriments de passer et de protéger le corps contre les molécules étrangères et les agents pathogènes, lorsque nos intestins s’irritent et s’enflamment, ces jonctions se desserrent. Les éléments indésirables (comme les particules de protéines non digérées, les toxines ou les mauvaises bactéries) peuvent se glisser entre les cellules épithéliales, par lesquelles ils pénètrent dans notre circulation sanguine et affectent notre système immunitaire9-10. La première action à poser serait alors d’éliminer les aliments qui ne nous conviennent pas11.

 

Hygiène

Le pH naturel de la surface de la peau est en moyenne de 4,7. Une peau au pH en dessous de 5,0 serait en meilleur état qu’une peau au pH au-dessus de 5,0.

L’utilisation de produits cosmétiques, spécialement les savons, aurait une grosse influence sur le pH, le rendant plus basique. C’est pourquoi l’utilisation de certains savons est déconseillée. Le choix des produits corporels est donc important. Un vaste choix de produits sains et locaux est maintenant offert sur le marché.

Évitez les détergents qui contiennent des phosphates, des parfums ou des adoucissants. De plus, les bains et les douches prolongés plus de 10 minutes semblent aussi affecter l’hydratation de la peau. Les bains additionnés de minéraux tels que le sel d’Epsom ou d’avoine seraient profitables. L’avoine contient des composés antioxydants et anti-inflammatoires tels que les avenanthramides (un polyphénol) et de la vitamine E. L’avoine en poudre (flocons d’avoine moulus) mélangée à de l’eau chaude forme un mélange colloïdal qui se dépose à la surface de la peau pour créer une barrière protectrice apaisant celle-ci12.

De même, un bain quotidien d’amidon de riz peut améliorer l’eczéma et la barrière cutanée. La couche externe du grain de riz peut réduire l’inflammation et l’irritation de la peau chez les gens atteints d’eczéma.

Certaines huiles végétales, comme l’huile de calendula, de cumin noir ou de moringa, par exemple, peuvent être appliquées sur la peau, mais en étant pures, c’est-à-dire non diluées. Ces huiles sont beaucoup plus hydratantes que les crèmes, par leur contenu élevé en acides gras.

 

Conclusion

Bien que difficile à traiter, l’eczéma peut être soulagé par des changements dans le mode de vie, des modifications nutritionnelles, l’ajout de suppléments alimentaires et la gestion du stress.

 

RÉFÉRENCES

  1. https://eczemahelp.ca/.
  2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18620134.
  3. INOMATA, N., NAGASHIMA, M., HAKUTA, A., AIHARA, M. « Food allergy preceded by contact urticaria due to the same food: Involvement of epicutaneous sensitization in food allergy », Allergol Int., vol. 64, no 1, 2015, p. 73-78.
  4. EIGENMANN, P.A., SICHERER, S.H., BORKOWSKI, T.A. et coll. « Prevalence of IgE-mediated food allergy among children with atopic dermatitis ». Pediatrics, vol. 101, no 3, 1998, p. E8.
  5. https://www.consoglobe.com/intolerance-histamine-cg/2.
  6. https://www.histamine-sensitivity.com/histamine_joneja.html.
  7. https://www.cps.ca/fr/documents/position/probiotiques-au-sein-de-la-population-pedi- atrique.
  8. « Erythrocyte zinc level in patients with atopic dermatitis and its relation to SCORAD index »,

Postepy Dermatol Allergol, octobre 2016, vol. 33, no 5, p. 349-352. EPUB 21 octobre 2016.

  1. Peter A. Lio, M.D., assiste le professeur à la Clinique de dermatologie et de pédiatrie. Tiré du site Web https://nationaleczema.org/leaky-gut/.
  2. https://www.biokplus.com/blog/fr_CA/sante-intestinale/intestin-poreux-mieux-comprendre-le-syndrome-intestin-permeable.
  3. https://www.learnskin.com/articles/leaky-gut-and-atopic-dermatitis-what-is-the-connection.
  4. https://www.healthline.com/health/oatmeal-bath-for-eczema et https://www.merckmanu- als.com/fr-ca/professional/troubles-dermatologiques/dermatite/dermatite-atopique-eczéma.