Étre réaliste par rapport au quotidien !

Publié le 16 octobre 2016
Écrit par Sylvie Leblanc, n.d.

Étre réaliste par rapport au quotidien !
Coffret Deuil (1)

Cet automne, plusieurs se questionneront sur le chemin parcouru dans les derniers mois. Pour bon nombre, cette remise en question constructive pourrait être reliée à un mode de vie impétueux, voire exalté.

 

Il faudra se poser des questions et faire la part des choses entre les bénéfices des gestes et le temps alloué par rapport aux habitudes à changer afin d’alléger le quotidien et de mieux vivre. Il serait bien entendu sage d’adopter un mode de vie conforme à notre propre héritage génétique, notre potentiel de santé. Notez que ceci s’adresse aux enfants tout autant. Cependant, comme le dit l’expression, « nous sommes tous humains », et c’est souvent devant un problème de santé ou une grosse épreuve que nous prenons conscience de nos limites.

Ces dernières nous amènent irrémédiablement, par défaut, à chercher quels sont les correctifs à apporter à notre mode de vie si nous voulons améliorer notre situation, ou simplement rester debout.

L’aspect saisonnier en cette période, n’est pas à négliger, particulièrement pour plusieurs personnes ayant des prédispositions à un esprit morose ou qui présentent des troubles affectifs saisonniers attribuables au manque d’ensoleillement. Prenez du temps pour profiter de la lumière du jour, et si votre moral est plus que morose ou que votre condition vous laisse dans un état qui semble sans ressource, consultez ! Vous méritez du soutien !

 

LE FACTEUR TEMPS ET LA COURSE DU QUOTIDIEN

La réplique « je manque de temps ! » est sûrement la plus populaire quant à la gestion du quotidien. Établir les réelles priorités essentielles à votre bien-être et celui de votre famille est primordial.

De plus en plus de gens veulent VIVRE et non survivre aux dictats de notre société de consommation. Ils optent pour des demeures beaucoup plus petites (mini-maisons), partagent des services, achètent moins de vêtements, adoptent une saine alimentation et ont plus de loisirs. Ils choisissent de vivre, d’être au lieu de paraître. Bien entendu, à la suite d’une maladie, plusieurs devront vivre la simplicité volontaire par défaut !

 

FAIRE DE BONS CONSTATS, POUR MIEUX RÉAGIR

Pour établir les limites et mettre en place de bonnes bases afin de corriger la gestion de votre quotidien, il faut tout d’abord faire des constats honnêtes.

Comme tout bon gestionnaire, il faut trouver où se situent par exemple les dépenses énergétiques, émotionnelles et financières, les carences, le manque de temps et de repos, qui fragilisent votre santé et compromettent votre potentiel de santé.

 

ÊTRE RÉALISTE ET NE PAS FAIRE DE LA NÉGATION SUR SA SITUATION ET SES LIMITES
J’ai vu de nombreux piliers de nos communautés, actifs en affaires ou au niveau communautaire, toujours prêts pour de nouveaux projets, s’effondrer parce qu’ils ne connaissaient pas leurs limites ou ne les ont pas respectées.

Il existe un nombre grandissant de personnes souffrant de détresse mentale et émotionnelle, d’épuisement professionnel, de douleurs chroniques, etc.

La situation du manque de limites raisonnables dans notre quotidien serait en partie attribuable au conditionnement incessant de la « performance », qui se positionne à tellement de niveaux dans nos vies : couple, famille, travail, études, aidant familial, etc. Comme s’il était normal pour tous d’être positifs et de faire preuve d’optimisme au jour le jour. Mais qui n’a pas connu de « superwoman » ?

Tout ça a un prix.

Et à tous les perfectionnistes de ce monde, la perfection est dans l’œil de celui qui regarde ; aussi, il est irréaliste et illusoire de penser que l’on peut faire plaisir à tous ! « Il faut savoir respecter sa monture » communique une leçon difficile aux gens performants.

 

PERSONNALISEZ ET RESPECTEZ LES BESOINS TEMPORELS DE CHACUN

Il semble que dans notre société nous ayons oublié que chaque être humain a des besoins vitaux et un bagage de vie unique. Malheureusement, pour tous les programmes gouvernementaux, les entreprises et les écoles, il serait tellement plus simple d’un point de vue administratif que nous reposions tous sur un même modèle… ça faciliterait tellement la gestion !

 

ÊTRE POSITIF N’EST PAS TOUJOURS SUFFISANT

Il y a plusieurs points de vue sur le sujet, certains auteurs et libres penseurs vous diront « pensez positifs et faites de la programmation positive ». C’est excellent, il faut toujours penser et conserver l’espoir que notre situation peut s’améliorer avec l’apport des professionnels de la santé. Mais, il faut surtout agir et avoir un plan d’action complet et réaliste pour y parvenir lors de situations nécessitant des soins. Certaines personnes, des battants, pourraient avoir tendance à faire du déni par rapport à leurs limites et aller au-delà de leur potentiel vital en se fiant uniquement à des pensées de programmation positive. La pensée magique seule n’est pas toujours efficace ; il faut un protocole thérapeutique complet tenant compte de tous les aspects de la personne.

 

DES CARENCES QUI SE VIVENT AU JOUR LE JOUR

À la suite de problèmes de santé sérieux ou de traumatismes, il est parfois essentiel pour améliorer les limites ou maintenir une qualité de vie d’avoir recours à des suppléments nutritionnels plus concentrés. Je voudrais vous partager l’histoire d’une personne qui était des plus performantes et actives. À la suite d’une méningite, elle se retrouva avec des douleurs neurologiques constantes, des vertiges, des pertes d’équilibre, des problèmes de vision et de la photophobie, des céphalées diverses, de la fatigue intense (physique, intellectuelle), etc. Or, pour cette personne ultra-active, le moindre excès la ramène indubitablement à ses nouvelles limites, qui sont difficiles à recalibrer ayant été si entreprenante. Après de nombreuses années de symptômes, ce sont deux suppléments alimentaires qui lui ont permis de réduire les vertiges, les pertes d’équilibre, les problèmes de vision et les céphalées. Dans ce cas-ci, ces deux suppléments, soit un complexe d’antioxydants pour les yeux et une formule pour favoriser la concentration et l’acuité mentale, lui auront redonné une qualité de vie. Certes, se reposer et revisiter ses limites auront été deux mesures importantes, auxquelles elle ne peut déroger sans réminiscence de symptômes. Ce n’est pas facile d’acepter, d’apprivoiser et d’adopter de nouvelles limites !

Comme vous pouvez le constater, pour bien cerner les limites du quotidien, à la suite d’une maladie grave, d’un traumatisme, d’une dépression ou d’un syndrome post-traumatique, il est bon de formuler des constats de manière honnête, dans un état de lucidité et en tenant compte des symptômes; il faut surtout prendre le temps de le faire.

Bien entendu, en ce qui concerne cette personne, elle est suivie par son médecin, et une batterie de tests neurologiques, notamment en ORL, ont été effectués afin d’éliminer toutes causes ou maladies graves, c’est important ! Mais dans ce cas-ci, c’est l’analyse des facteurs de santé et l’ajout de formules antioxydantes précises qui lui ont permis de retrouver une meilleure qualité de vie.

Il faut se rappeler qu’on peut pendant un certain temps ou épisodiquement aller au-delà de ses limites. Mais à long terme, cela devient presque toujours un vecteur de maladies ou d’épuisement. Permettez-moi cette analogie : on ne peut éternellement étirer une bande élastique !

Pour être et demeurer en santé, je vous souhaite d’apprivoiser avec réalisme votre quotidien. Comme le dit l’adage, « le présent est un cadeau », qu’il faut déballer individuellement avec gratitude ! Soyez heureux !