Féminité et traditions ancestrales

Publié le 13 janvier 2018
Écrit par Laurence Sala, naturopathe

Féminité et traditions ancestrales
Homeocan Petit Prince FR

On ne naît pas femme. On le devient.

 

Enfant intérieur, femme vierge, femme créatrice, femme sage. Autant de passages dans la vie d’une femme qui devraient être célébrés. Aujourd’hui, on a oublié ce savoir, cette transmission de femme à femme, cette sororité. Être femme, ce n’est pas être un homme. C’est accueillir sa vulnérabilité tout en puisant sa force dans sa matrice. On n’a plus besoin de montrer sa force par des actes ou de l’autorité. La force d’une femme réside dans sa douceur. Être qui elle est, sans masque, avec des rires et des larmes, en transparence, dans un échange de cœur à cœur.

 

LES LUNES… OU LE CYCLE DE LA FEMME

Depuis la nuit des temps, le cycle des femmes est lié au calendrier lunaire. L’ovulation et la menstruation correspondent généralement à la nouvelle lune ou à la pleine lune. Or aujourd’hui, nombreuses femmes ont un cycle « déréglé » et sont déconnectées de ce savoir ancestral. Le sang de nos règles est même devenu un tabou, un dégoût, une honte… alors qu’il est le reflet même de notre belle féminité.

Voici quelques outils pour se (re)connecter à son corps de femme.

 

  1. La méthode sympto-thermique : mise en place par un médecin, cette méthode se base sur trois signes du corps féminin (la température, la glaire et la position du col de l’utérus) pour connaître ses jours fertiles et infertiles. La contraception devient alors naturelle et sécuritaire. L’organisme Séréna Québec organise régulièrement des ateliers sur le sujet. http://fr.serena.ca/
  2. Les ovules vaginaux : faits d’argile ou d’huiles essentielles, les ovules sont des pansements de notre matrice. Ils apaisent, soignent, apportent de la douceur… surtout lorsqu’on a pu connaître un traumatisme comme une fausse couche, un avortement, une agression sexuelle, un protocole médical invasif, un accouchement traumatique. Prendre soin de son utérus permet de gagner confiance en sa force créatrice. Comme les huiles essentielles sont très puissantes, il est important de bien les connaître et de les respecter comme « les âmes des plantes ». Seuls un naturopathe et un aromathérapeute pourront vous fabriquer des ovules adaptés à votre condition.
  3. Les œufs de yoni : la pratique de l’œuf de jade, de quartz ou d’obsidienne est une autre voie intime pour prendre conscience de son anatomie féminine et dynamiser les muscles de son périnée. Dans les pratiques taoïstes, les femmes utilisent des œufs de yoni depuis des millénaires afin de cultiver l’épanouissement de leur intimité, de leur sensibilité et de leur sensualité. Le choix de la pierre permet de travailler à différents niveaux : le quartz rime avec douceur ; le jade apporte plus de connexion à sa féminité ; l’obsidienne vise la libération et la guérison des blessures féminines. Parlez-en à une amie ou une thérapeute avant de les utiliser. L’usage des œufs de yoni se transmet de femme à femme avant tout.

 

DOUCEURS FÉMININES

Eau florale de rose : laisser macérer 1 c. à soupe de pétales de rose séchées dans 1 litre d’eau de source. Filtrer. Cet élixir met du baume au cœur!

Tisane : préparer un pot avec 1⁄4 d’alchémille +1⁄4 de basilic sacré + 1⁄4 d ’avoine + 1⁄4 de mélisse. Infuser 3 c. à table de ce mélange dans 1 litre d’eau chaude. Ajouter un bâton de cannelle pour ajouter une pointe de sensualité à votre préparation.

Huile essentielle : la sauge sclarée accompagne la femme, de la puberté à la ménopause, pour harmoniser son féminin sacré, accepter son énergie yin, stimuler sa créativité et éloigner les peurs. Mettre une goutte (diluée dans de l’huile végétale de rose musquée) sur le plexus solaire et le chakra du cœur. Attention, ne pas utiliser enceinte et allaitante.

 

LE RITUEL REBOZO : HONORER LES PASSAGES DE SA VIE DE FEMME

Inspiré de la tradition mexicaine, le rituel rebozo (châle de tissage artisanal) trouve des variantes dans le reste de l’Amérique centrale et latine. Principalement connu en Occident comme soin postnatal, c’est traditionnellement un rituel de célébration qui magnifie TOUS nos passages et transitions de vie. Il gagne donc à être connu !

Ce puissant soin psychocorporel, offert à 4 mains, permet un délicieux retour à soi. Après un bain aux fleurs et plantes médicinales, ainsi qu’un léger massage, on effectue un serrage du corps en 7 points avec le rebozo, afin de refermer la matrice physique et énergétique. Une expérience où le corps peut s’abandonner, laisser aller les mémoires encombrantes pour faire peau neuve et s’ouvrir à un nouveau chapitre de vie. Puberté, maternité, mariage, ménopause, deuil, changement de carrière, etc. sont autant de passages à célébrer avec le rebozo.

 

TENTE ROUGE* : POUR QUI, POUR QUOI ?

Depuis des temps immémoriaux, à travers tous les continents et différentes cultures, on relève l’existence de cercles de femmes. Réguliers, saisonniers ou ponctuels, ces cercles étaient le lieu sacré où les femmes se retrouvaient pour célébrer, accompagner, questionner leurs grands passages de vie, de la puberté à la ménopause, en passant ou non par la maternité. Les tentes rouges s’inscrivent dans la lignée de ces traditions ancestrales et fleurissent aujourd’hui un peu partout sur le globe, au gré des femmes qui les réhabilitent, reconnaissant le potentiel soutenant et curatif de ces espaces (con)sacrés au Féminin dans un monde en quête d’équilibre et de douceur.

Une tente rouge est un lieu de rencontre et de partage exclusivement dédié aux femmes. Hors du temps et du quotidien ordinaire, elles s’y retrouvent et s’y racontent. Ne se connaissant pas au préalable (généralement), c’est à travers l’essence profonde des partages que se tisse une familiarité singulière : la sororité. Femme, sœur, fille, mère, cousine, voisine… je me reconnais dans tes mots… dans tes maux.

La tente rouge est ainsi un espace intime et sacré, où chaque femme vient déposer les émotions et le vécu du moment dans un silence consacré. Pas de bavardages ici, ni de conseils ou de jugements. On y préfère l’écoute active et bienveillante. Assise dans le cercle, on peut tout dire. Se dévoiler sans filtre, sans masque. En toute confidentialité.

La tente rouge est ouverte à toute femme, quels que soient son âge et sa situation. Renseignez-vous, car il se peut également qu’une tente rouge aborde une thématique spécifique (maternité, sexualité, fertilité, etc.) qui l’oriente différemment. Il existe également des tentes roses pour les jeunes filles, afin d’honorer leur passage à la puberté. Un beau rituel à offrir à nos filles… et à nous-mêmes !

Si l’expérience vous intrigue ou vous appelle, faites le pas ! Le petit trac du « que vais-je dire ou faire » tombera lors des premières paroles déposées, et vous découvrirez le cadeau et la magie de ces espaces. Un cœur ouvert est tout ce dont vous avez besoin pour pousser la porte de la tente rouge.

Le groupe Facebook « Tentes rouges au Québec » vous guidera pour trouver une prochaine édition près de chez vous. Si vous êtes à Montréal, vous pouvez suivre le calendrier des tentes rouges sur le site www.laurencesala.com/tenterouge.

Nous organisons aussi des tentes rouges en maison de naissance pour accompagner les (futures) mamans dans ce passage si important. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus.

* La première occurrence du terme « tente rouge » viendrait de la publication du roman éponyme d’Anita Diamant, The Red Tent, dans lequel elle personnifie sous cette appellation le lieu de rencontre des femmes. La tente fait aussi référence au lieu de communion, et le rouge symbolise le sang menstruel, celui de l’enfantement et donc de la matrice féminine créatrice.