Gestion de la douleur avec les huiles essentielles

Publié le 27 septembre 2022
Écrit par Stéphanie Plamondon, Ac., M. Sc. aromathérapeute certifiée

Gestion de la douleur avec les huiles essentielles
Expo Manger Santé 2 dates

Septembre est le mois de la sensibilisation à la douleur, et il est utile de se rappeler que les huiles essentielles possèdent de grandes propriétés analgésiques qui, lorsqu’elles sont choisies et utilisées judicieusement, peuvent être d’un grand secours dans la gestion des douleurs, qu’elles soient aiguës ou chroniques.

 

Définition de la douleur

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la douleur est « une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, en réponse à une atteinte tissulaire réelle ou potentielle ou décrite dans ces termes ». Elle est une alerte transmise par le cerveau face à une atteinte qui menace l’intégrité de l’organisme à la suite d’une maladie ou d’un traumatisme et est souvent accompagnée d’une émotion (peur, inquiétude, désespoir).

Une douleur se développe ainsi dans notre corps dans le but d’attirer notre attention afin que nous nous occupions d’une situation qui en compromet l’équilibre et s’avère un mécanisme de préservation qui joue un rôle important dans l’évolution des êtres vivants.

 

La douleur peut être causée par quatre différents types de stimulus : mécaniques (traumatismes), chimiques (produits toxiques), thermiques (froid ou chaleur) ou inflammatoires. Elle se manifeste lorsque des nocicepteurs (terminaisons sensorielles) envoient des impulsions nerveuses d’abord à la moelle épinière et ensuite au thalamus, centre nerveux qui reçoit les informations sensitives avant de les transmettre au cortex cérébral. Le cerveau répond alors rapidement par une réaction motrice et/ou biochimique dans le but de mettre fin à ce qui cause la douleur.

 

Il existe deux grands types de douleur :

  1. Aiguë
  2. Chronique

 

Les douleurs aiguës

Les douleurs aiguës se manifestent habituellement en présence d’une inflammation importante et annoncent parfois une atteinte tissulaire qui doit rapidement être prise en charge. Elles peuvent provoquer beaucoup de détresse, épuiser l’organisme et se chroniciser si elles ne sont pas gérées adéquatement.

 

Les douleurs chroniques

Une douleur est dite chronique lorsqu’elle dure depuis plus de trois mois malgré des traitements analgésiques ou que sa cause initiale soit résorbée. Avec près de 30 % de la population qui en souffre, les douleurs chroniques sont une raison de consultation fréquente, en médecines tant officielle qu’alternative et complémentaire.

Les douleurs chroniques peuvent causer de l’anxiété ainsi que de la dépression, et diminuer considérablement la qualité de vie de ceux et celles qui en souffrent. Dans certains cas, elles peuvent même mener au suicide. Les douleurs chroniques, ainsi que les symptômes de détresse qu’elles causent, doivent donc tout autant être prises au sérieux que les douleurs aiguës.

 

De quelle façon les huiles essentielles agissent-elles sur les douleurs ?

Bien que leurs mécanismes d’action restent encore à être élucidés, de plus en plus d’études scientifiques confirment les effets analgésiques des huiles essentielles. Jusqu’à ce qu’ils soient entièrement compris, on peut supposer qu’elles agissent sur au moins une des voies suivantes :

  1. Théorie du portillon

Il est possible que les huiles essentielles, comme d’autres substances pharmacologiques, empêchent les influx douloureux, qui empruntent différents portillons situés dans le système nerveux, d’atteindre la moelle épinière et le cortex cérébral. Le message nerveux serait ainsi bloqué, ce qui aurait comme effet de calmer la douleur.

 

  1. Stimulation des endorphines

Une autre possibilité réside dans le fait que les huiles essentielles pourraient stimuler la production d’endorphines, des polypeptides très proches des opiacés tels que la morphine, reconnus pour leurs grandes propriétés analgésiques. Certaines huiles essentielles pourraient en augmenter les niveaux, diminuant ainsi la sensibilité à la douleur.

 

  1. Effets sur les neurotransmetteurs

Des études ont démontré que plus les taux de sérotonine sont élevés, plus la douleur diminue. Les médicaments qui augmentent la sérotonine sont d’ailleurs le traitement de choix dans la gestion de certaines douleurs, notamment celles qui sont reliées à la migraine. Les huiles essentielles pourraient diminuer la douleur en stimulant la production de certains neurotransmetteurs, dont la sérotonine.

 

Voici une trousse d’huiles essentielles analgésiques les plus efficaces :

Clou de girofle (Eugenia caryophyllus)

De nombreux produits de dentisterie sentent le clou de girofle. Et pour cause ! Une de ses principales molécules, l’eugénol, est synthétisée et incorporée dans ces produits dans le but de diminuer certaines douleurs dentaires et gingivales. L’huile essentielle de clou de girofle en contient naturellement une concentration très élevée, soit près de 75 %. Ses propriétés analgésiques et anesthésiantes sont reconnues depuis longtemps et pourraient aider à gérer les douleurs dentaires en attendant de pouvoir consulter un dentiste. Il faut toutefois être très prudent avec cette huile chez les jeunes enfants.

 

Gaulthérie (thé des bois) (Gaultheria procumbens)

L’huile essentielle de gaulthérie est reconnue pour ses grandes propriétés analgésiques et anti-inflammatoires en raison de sa forte concentration en salicylate de méthyle. Cette molécule se transforme en acide salicylique au contact de la peau, qui est le même principe actif, bien que synthétisé, que celui de l’Aspirine®. Bien que la molécule de salicylate de méthyle présente dans la gaulthérie soit naturelle, il est tout de même recommandé aux personnes allergiques à l’Aspirine de l’utiliser avec parcimonie ou de s’en abstenir.

Petite distinction : l’huile essentielle de Gaultheria procumbens contient une plus grande quantité de salicylate de méthyle (plus de 99 % !) que celle de Gaultheria fragrantissima.

 

Laurier noble (Laurus nobilis)

L’huile essentielle de laurier noble possède des propriétés analgésiques majeures, utiles dans la gestion des douleurs tant musculaires qu’articulaires. Elle est également très efficace pour apaiser les douleurs névralgiques, particulièrement difficiles à gérer. Elle sera diluée dans une huile végétale avant d’être utilisée en raison de son potentiel légèrement irritant pour la peau. Elle complète également très bien le clou de girofle pour atténuer les douleurs dentaires et gingivales.

 

Lavande vraie (Lavandula angustifolia)

Un classique qui a toute sa place dans la trousse d’huiles essentielles analgésiques en raison de ses grandes propriétés apaisantes, anti-inflammatoires, antispasmodiques et calmantes. Elle agit sur les douleurs, peu importe leur origine et localisation. Ses effets antalgiques sont dus à sa richesse en acétate de linalyle.

 

Menthe poivrée (Mentha X piperita)

C’est la sensation de froid dégagée par le menthol présent dans l’huile essentielle de menthe poivrée qui lui confère ses grandes propriétés analgésiques. Elle a comme effet d’anesthésier et de « geler » les douleurs grâce, notamment, à son action vasoconstrictrice, la sensibilité à la douleur s’en trouvant ainsi grandement diminuée.

 

Ylang ylang (Cananga odorata)

L’huile essentielle d’ylang-ylang est particulièrement efficace pour agir sur les douleurs profondes et lancinantes. Pour une action systémique (qui touche l’ensemble du corps), il est recommandé d’utiliser l’huile essentielle d’ylang-ylang en application sous les pieds. Son action est si puissante qu’on la compare parfois à celle des opiacés (opioid-like). Elle est également antispasmodique, permettant ainsi d’apaiser les douleurs qui découlent de spasmes et de contractures musculaires, connus pour être très douloureux.

 

Voici quelques formules thérapeutiques qui permettent d’utiliser les huiles essentielles analgésiques judicieusement :

Formule pour douleurs dentaires

Quantité : 5 ml

Conservation : 3 ans à température ambiante

100 gouttes d’huile essentielle de clou de girofle

50 gouttes d’huile essentielle de laurier noble

Verser les gouttes dans une bouteille d’huile essentielle vide de 5 ml, bien mélanger et étiqueter. Prélever 2 ou 3 gouttes de la formule et masser sur les zones douloureuses avec les doigts propres. Répéter au besoin. Éviter le contact avec les lèvres et bien se laver les mains après application pour éviter tout contact accidentel avec les yeux. Éviter son utilisation chez les jeunes enfants.

 

Formule pour douleurs céphaliques

Quantité : 5 ml

Conservation : 3 ans à température ambiante

100 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée

30 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie

20 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie

Verser les gouttes dans une bouteille d’huile essentielle vide de 5 ml, bien mélanger et étiqueter. Prélever 3 gouttes de la formule et masser sur les tempes et la base des cheveux à l’avant et à l’arrière de la tête. Répéter au besoin. Bien se laver les mains après application pour éviter tout contact accidentel avec les yeux. Même si l’application ne se fait pas si proche des yeux, l’effet refroidissant de la menthe poivrée peut les faire pleurer. Aucun danger à cela, mais attention de ne pas se frotter les yeux avec les doigts pleins d’huiles essentielles !

 

Formule pour douleurs musculaires

Quantité : 5 ml

Conservation : 3 ans à température ambiante

75 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie

40 gouttes d’huile essentielle de lavande vraie

20 gouttes d’huile essentielle de laurier noble

15 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée

Verser les gouttes dans une bouteille d’huile essentielle vide de 5 ml, bien mélanger et étiqueter. Prélever 10 gouttes de la formule, ajouter le même nombre de gouttes d’huile végétale (amande douce, pépins de raisin, noyau d’abricot) et masser sur les zones douloureuses. Répéter au besoin.

 

Formule pour douleurs ostéoarthritiques

Quantité : 5 ml

Conservation : 3 ans à température ambiante

75 gouttes d’huile essentielle d’ylang-ylang

40 gouttes d’huile essentielle de laurier noble

35 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie

Verser les gouttes dans une bouteille d’huile essentielle vide de 5 ml, bien mélanger et étiqueter. Prélever 5 gouttes de la formule, ajouter le même nombre de gouttes de macérat de millepertuis et masser sur les zones douloureuses. Répéter au besoin.

 

Les douleurs, qu’elles soient aiguës ou chroniques, signalent toujours qu’une attention doit être portée envers un problème médical ou un traumatisme qui compromet l’équilibre et l’intégrité de l’organisme. Les huiles essentielles, par leur action soit sur les portillons, les endorphines ou la sérotonine, participent à calmer les douleurs et à apaiser les inflammations qui la plupart du temps les accompagnent, afin de permettre au système nerveux de se détendre et de retrouver son homéostasie.

 

Écrit en collaboration avec Sarah Milon, aromathérapeute certifiée.