La filière du collagène

Publié le 15 novembre 2017
Écrit par Dr Marita Schauch, b.sc., n.d.

La filière du collagène
GUT-FX fr

Le collagène, la protéine la plus abondante dans le corps humain, compose de 25 à 35 de la teneur totale en protéines de notre organisme. En d’autres mots, c’est lui qui tient littéralement nos pièces ensemble !

 

Quand nous évoquons le collagène, nous pensons pour la plupart à son rôle en matière de beauté. Alors, une peau saine et magnifique nous vient immédiatement à l’esprit. Mais ses effets vont bien au-delà : les fibres de collagène sont les principales pierres d’assise des os, des articulations (des tendons, des ligaments et du cartilage), et des vaisseaux sanguins (des artères et des veines). De plus, la quantité et la qualité du collagène dont notre corps dispose sont déterminantes de la santé et de la beauté de nos cheveux et de nos ongles.

Mais le vieillissement, l’inflammation chronique, l’environnement et notre mode de vie de même que les dérèglements hormonaux et le stress que nous subissons jouent tous un rôle dans la dégradation de notre collagène. Au fur et à mesure que ralentit l’activité des fibroblastes (les cellules qui fabriquent le collagène), notre risque d’être atteints d’arthrose, d’ostéoporose et de maladies cardiovasculaires augmente. Puis, le miroir commence à nous renvoyer l’image d’un visage de plus en plus ridé.

 

RELANCEZ VOTRE PRODUCTION DE COLLAGÈNE

Pour relancer la production du collagène qui bat de l’aile, il est essentiel de stimuler les cellules qui le génèrent. Pour y parvenir, l’une des meilleures stratégies consiste à prendre de la silice. Lorsqu’il s’agit d’aider notre corps à produire son propre collagène, l’efficacité de la silice est démontrée scientifiquement. En effet, elle constitue la substance active des voies enzymatiques particulières auxquelles le corps recourt naturellement pour générer le nouveau collagène. Dans le cadre d’une étude, des femmes à la peau vieillissante ayant pris 10 mg de silice chaque jour ont constaté une atténuation de leurs ridules de 30 %et une augmentation de l’élasticité cutanée de 89 %. Celles dont les cheveux étaient cassants et les ongles friables ont aussi observé une amélioration sur ces plans.

La silice a de plus favorisé la santé osseuse. Il faut savoir que la résistance des os ne dépend pas que de la quantité de tissu osseux, mais aussi de sa qualité. Cette qualité des os dépend de leur forme et de leur structure, ainsi que du taux de roulement de l’ostéoformation par rapport à celui de la dégradation osseuse qui s’y produit, de même que de leur teneur en minéraux et évidemment, en collagène. Le collagène sert de grillage retenant le calcium dans les os, ce qui en augmente la résistance et la flexibilité, des atouts qui évitent les fractures. La silice a produit des résultats cliniques impressionnants dans le cadre d’une étude à double insu à laquelle des femmes ménopausées à la densité osseuse faible ont participé. Après seulement un an de consommation quotidienne, la silice a augmenté de 15 % la teneur des os en collagène et de2% la densité minérale à la hanche.

Il convient aussi de souligner que la prévention de l’arthrite et des troubles articulaires dépend largement de la production de collagène par notre organisme. C’est sans compter que nos ligaments sont constitués jusqu’à 90 % de collagène, nos tendons d’environ 80 %, et notre cartilage de plus ou moins 70 % de fibres de collagène. L’arthrose est la forme la plus courante de l’arthrite, qui se décline en plus de 100 types et touche plus de 40 millions d’Américains. Quand les articulations sont en bonne santé, le cartilage couvre l’extrémité des os, ce qui empêche la friction entre ceux-ci et absorbe les chocs. Mais l’arthrose entraîne l’érosion du cartilage, ce qui fait en sorte que les os, dès lors en contact direct, s’usent plus rapidement. Cela cause une inflammation chronique qui achève la tâche de destruction des tissus conjonctifs et du collagène, et se transforme en une maladie inflammatoire chronique provoquant de vives douleurs et la dégénération articulaire à l’échelle de l’organisme.

Une recherche toute récente a permis de constater que la silice a réduit la douleur et la raideur, de même qu’elle a amélioré les fonctions physiques chez les hommes qui en prenaient par rapport à ceux qui ont constitué le groupe témoin. Il a aussi été prouvé qu’elle diminue la dégradation du cartilage, ce qui préserve la santé articulatoire.

 

PRÉVENIR LA DÉGRADATION DU COLLAGÈNE

Comme indiqué ci-dessus, plusieurs phénomènes participent à la dégradation du collagène. Pour éviter les douleurs articulaires et maintenir la robustesse et la flexibilité de vos os tout en donnant à votre peau une allure aussi saine que jeune, suivez les précieux conseils suivants :

  • Les antioxydants protègent vos cellules saines, y compris celles de votre peau, de vos cheveux et de vos ongles, contre les dommages du stress oxydatif et des radicaux libres. Les vitamines C, E et A (le bêtacarotène) en font partie, de même que des substances phytochimiques telles que les polyphénols.
  • Le fait qu’une consommation excessive de sucre peut entraîner divers troubles de la santé et l’inflammation n’est plus un secret pour personne. Une trop grande quantité de sucre peut donner lieu à des produits terminaux avancés de glycation. Ces molécules peuvent déclencher une réaction immunitaire de la peau et y provoquer une inflammation qui détruira le collagène, ce qui favorisera l’apparition de rides, la perte d’élasticité, la raideur et l’accélération du vieillissement.
  • Consommez des ingrédients tels que les baies foncées, les bioflavonoïdes d’agrumes, les catéchines issues du thé vert, les caroténoïdes comme le lycopène, la lutéine et l’astaxanthine ainsi que le resvératrol issu du vin rouge (modérément !). Ces substances maximisent la protection que procurent les antioxydants à la peau.
  • Contrôlez votre stress ! Des taux élevés de cortisol (une des principales hormones du stress) peuvent avoir des conséquences néfastes pour l’organisme en intensifiant l’inflammation. Les résultats d’études sur le stress réalisées chez des rats de laboratoire ont démontré qu’en présence de stress chronique, la perte de collagène dans la peau est dix fois plus importante que celle observée dans n’importe quel autre tissu.
  • Plusieurs facteurs environnementaux, notamment l’alimentation (les aliments transformés, les sucres raffinés, une consommation excessive d’alcool ou de caféine), le rayonnement ultraviolet (plus particulièrement pour la peau), l’usage du tabac et les polluants (pesticides, BPA, phtalates), ont également une incidence sur la destruction du collagène. De fait, les chercheurs ont recruté 79 tandems de jumeaux identiques : l’un de chacun des tandems fumait la cigarette tandis que l’autre l’avait fumé pendant moins de cinq ans ou jamais. Les observations ont révélé que les jumeaux qui fumaient paraissaient considérable- ment plus vieux, leurs paupières supérieures étant plus tombantes et le contour de leurs yeux, plus bouffi. Ils ont aussi remporté la palme sur le plan des rides faciales, particulièrement en haut et en bas des joues. Fumer réduit l’irrigation cutanée en oxygène, ce qui accélère la dégradation du collagène.
  • Les acides gras oméga-3 contribuent à atténuer l’inflammation, favorisent la santé des systèmes cardiovasculaire et nerveux ainsi que la beauté de la peau !
  • Atténuez l’inflammation à l’échelle de votre organisme en consommant moins de viande rouge, de matières grasses et d’huiles hydrogénées, de produits laitiers, de gluten et de sucres raffinés et en ne faisant pas d’excès d’alcool et de caféine.
  • Ajoutez à la fois de la vitamine C et de la lysine à votre alimentation ou prenez-en sous forme de suppléments, car elles constituent les éléments clés du processus de production de collagène. Certaines enzymes ont besoin de ces vitamines pour former des fibres saines de collagène.

 

Vous êtes à même de constater à quel point préserver son collagène et sa qualité est important pour le corps humain. De fait, à compter de 21 ans, la production de collagène cutané diminue d’environ 1 % par année, ce qui amincit la peau et compromet son élasticité. Alors, il va sans dire qu’il vaut mieux commencer à stimuler ces cellules productrices de collagène dès à présent !