La santé intégrative en bref

Publié le 10 avril 2021
Écrit par Par Chantal Levesque, M.Sc santé publique et Samuel Blain, médecin de famille

La santé intégrative en bref
Midi Vitalité Anny Schneider

Il existe différentes définitions pour faire référence à la santé intégrative, la médecine intégrative ou la médecine complémentaire, etc.  Devant un nombre important de définitions, Rosenthal et al., ont documenté la question et publié une recherche sur le sujet en 2014.  Cette publication a permis, entre autres, de dégager des éléments communs des définitions de la santé intégrative, dont :

 

– Attention portée sur la globalité de la personne (considération des dimensions physique, émotionnelle, mentale, sociale et spirituelle).

– Considération des données probantes et des pratiques émergentes.

– Orientée sur la santé optimale et le mieux-être notamment la promotion et la prévention en plus de tout le continuum de soins.

– Combinaison des approches thérapeutiques conventionnelles (celles offertes dans le réseau de la santé) avec les approches complémentaires (acupuncture, ostéopathie, yoga, art-thérapie, etc.).
Collaboration interprofessionnelle incluant les praticiens en approches complémentaires (acupuncteur, ostéopathe, etc.).

– Respect de la culture et préférence de soins  et de traitements des patients.

 

La santé intégrative et la médecine intégrative étaient antérieurement considérées comme des termes interchangeables. Comme les tendances actuelles misent davantage sur les bénéfices de l’interdisciplinarité, l’utilisation du terme santé intégrative apparaît davantage rassembleur, d’où son utilisation désormais plus importante dans la littérature.  

Les approches complémentaires font références aux pratiques qui ne font pas encore partie de l’offre de services du réseau québécois de la santé et des services sociaux, à l’exception de quelques expérimentations.  Les approches complémentaires sont toutefois largement utilisées par la population puisqu’elles sont accessibles à l’extérieur des établissements de santé —acupuncture, yoga, méditation, produits de santé naturels, chiropratique, ostéopathie, naturopathie, alimentation fonctionnelle, etc. 

L’organisation mondiale de la santé (OMS) s’est positionnée en faveur de la santé intégrative considérant le corpus d’études disponibles et les possibilités que cette approche offre aux systèmes de santé pour répondre de manière efficace et efficiente aux problèmes de santé du 21e siècle—prévalence des maladies chroniques, coûts des soins de santé, crise des opioïdes,  partenariat de soins et respect des choix thérapeutiques des individus, utilisation élevée des approches complémentaires par les populations, flux migratoire vers les sociétés occidentales et culture de soins, etc.  

 

L’utilisation des approches complémentaires au Québec : phénomène répandu ou pratique marginale ? 

L’Institut Fraser documente périodiquement la prévalence d’utilisation des approches complémentaires au Canada. Le dernier rapport de 2017 démontre que 79 % de la population canadienne disent avoir utilisé des approches complémentaires en plus de l’offre de soins conventionnels.  L’étude met aussi en lumière une prévalence d’utilisation plus élevée dans les provinces où les lois et l’encadrement des pratiques professionnelles ont été modifiées pour permettre la considération accrue des approches complémentaires parmi les possibilités thérapeutiques (ex. C-B 89 %, AB 84%, ON 81% vs Qc 69 %). Une enquête menée à l’été 2017 par Léger Marketing démontre que 71 % des québécois sont favorables à l’introduction des approches complémentaires comme possibilités thérapeutiques au Québec. Avec ces données, il est difficile de considérer l’utilisation des approches complémentaires comme un phénomène marginal au Québec comme ailleurs au Canada.  

 

 

Qu’en est-il des compétences des professionnels de la santé du Québec en lien avec la santé intégrative ?

Des chercheurs québécois se sont intéressés à l’intérêt ainsi qu’aux besoins de formation en santé intégrative des médecins en exercice.  Selon les résultats de l’étude de Gaboury et al.(2016), la majorité des répondants disent avoir besoin de formations et souhaitent y avoir accès parce qu’ils sont confrontés à une demande d’information par les patients. Un sondage réalisé par Levesque (2016) auprès de professionnels de la santé en exercice de la FEP (infirmières, travailleurs sociaux, psychologues, éducateurs spécialisés, etc.) affiche des résultats similaires à ceux de Gaboury et al.  En effet, dans les deux études, les répondants disent ne pas se sentir compétents dans les situations professionnelles où les patients utilisent ou s’informent au sujet des approches complémentaires.

D’après les répondants, il semble urgent de développer ces compétences professionnelles au Québec pour différentes raisons : l’utilisation élevée par la population québécoise, les bénéfices documentés dans la littérature, les défis pour lesquels les approches complémentaires semblent répondre, le respect de la culture de soin des usagers, l’actualisation des principes du partenariat de soin, la contribution à la réduction de la surprescription et de ses effets dévasteurs, la réduction des coûts de santé comme l’amélioration de la santé de la population et celle des professionnels de la santé.

La réalité des professionnels de la santé au Québec est similaire à celle qui prévalait antérieurement dans les autres provinces canadiennes. En effet, la plupart des provinces canadiennes (6 provinces, 1 territoire), ont apporté des changements légaux permettant aux professionnels d’avoir une pratique en santé intégrative à l’intérieur de laquelle figure les approches complémentaires ou des recommandations thérapeutiques. À ces changements, s’ajoute l’encadrement légal de la naturopathie et l’ostéopathie.

 

Les bénéfices de la santé intégrative pour le système de santé : possibilité ou utopie ?

L’abondance d’études et de recherches s’intéressant aux différentes dimensions de la Santé intégrative nous permettent d’observer tout son potentiel, notamment en ce qui concerne l’amélioration de la santé et du mieux-être des populations et l’économie pour les systèmes de santé grâce …  

  au potentiel de traitement de plusieurs maladies chroniques;

  au potentiel de ralentissement de la progression de certaines maladies;

– à l’amélioration de la santé et du mieux-être des professionnels suite à la mise en place des principes de la santé intégrative dans leur propre vie;

– à l’importante réduction des coûts pour les systèmes de santé notamment par la réduction du nombre de jour d’hospitalisation, la réduction du nombre de consultations médicales, la réduction du taux de mortalité, la réduction du nombre de prescription de médicaments, la réduction du risque de surdose d’opioïdes, etc.

 

D’après plusieurs grandes organisations dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le National Institute of Health des États-Unis, la Santé intégrative est sans contredit une solution désormais incontournable compte tenu des problèmes auxquels les gouvernements et les sociétés sont confrontés : incidence et prévalence élevées des maladies chroniques, vieillissement de la population, surmédicalisation, fardeau financier de la maladie, etc.

Toujours selon l’OMS, plusieurs pays occidentaux ont emboité le pas, dont les États-Unis, étant donné les bénéfices démontrés scientifiquement.  Les actions des pays considérant la santé intégrative s’inscrivent au cœur des axes retenus par la stratégie de l’OMS notamment le développement des compétences des professionnels de la santé par l’offre de formations universitaires, l’encadrement légal et la formation universitaire de certaines pratiques (naturopathie, ostéopathie, etc.), l’offre des approches complémentaires au même titre que les soins et services conventionnels, le respect des préférences de traitements des patients désormais considérés comme de véritables partenaires de leur santé.  

Ces enlignements rejoignent les préoccupations québécoises de santé publique comme les revendications de la majorité des citoyens québécois, des professionnels de la santé et des praticiens en approches complémentaires.  Le Québec n’est-il pas confronté aux mêmes défis ?  

 

La douleur chronique, prévalence et risques des  traitements pharmaceutiques

Il est estimé que le quart de la population souffrira de douleur chronique. Malheureusement, le traitement de la douleur est aussi reconnu comme l’une des causes des surdoses aux opioïdes.  Le Canada serait le deuxième pays, après les États-Unis, à faire un usage excessif de médicaments opioïdes dans son système de santé selon Dr Rehm dans une entrevue à Radio-Canada. Il ajoute aussi que “(…) ce ne sont plus les toxicomanes qui abusent des opioïdes”. D’après le rapport de l’Institut Fraser, les patients souffrant de douleur au dos et au cou se disent insatisfaits de l’approche thérapeutique actuel considérant la persistence de leur problème d’où le recours aux approches complémentaires.

Face au phénomène grandissant de la prévalence de la douleur chronique et des risques associés aux opioïdes, le Consortium Pain Task Force et le Collège des médecins américains ont entériné des guides de bonnes pratiques pour le traitement de la douleur. Selon ces nouvelles directives, les traitements non-pharmaceutiques devraient être priorisés, ce qui inclut les approches complémentaires et ce pour différentes raisons dont :

· la disponibilité des données probantes démontrant l’efficacité de plusieurs approches complémentaires;

· les risques associés à certains traitements pharmaceutiques comme les surdoses;

· la réduction des coûts des traitements.

 

RÉFÉRENCES :

ASSOCIATION QUÉBÉCOISE DES OSTÉOPATHES (2017), Les Québécois en faveur d’un encadrement official des médecines alternatives et complémentaires, Résultats de sondage Léger Marketing (consulté en ligne le 17 septembre 2017 http://www.newswire.ca/fr/news-releases/les-quebecois-en-faveur-dun-encadrement-officiel-des-medecines-alternatives-complementaires-629861093.html)

COLLEGE OF PHYSICIANCS AND SURGEONS OF ONTARIO (2011), Policy Statement #3-11—Complementary/Alternative Medicine, Dialogue, Issue 4, Ottawa, 8 p. (en ligne consulté le 18 septembre 2017 http://www.cpso.on.ca/CPSO/media/uploadedfiles/policies/policies/policyitems/complementary_med.pdf?ext=.pdf)

ESMAIL, NADEEM (2017), Complementary and Alternative Medicine : Use and Public Attitutes 1997, 2006, and 2016, Fraser Institute, Alberta, 79 p. (en ligne consulté le 18 septembre 2017 https://www.fraserinstitute.org/sites/default/files/complementary-and-alternative-medicine-2017.pdf

GARDINER, PAULA, D. Dresner, K. Gergen Barnett, et al., Medical Group Visits : A Feasibility Study to Manage Patients With chronic Pain in an Underserved Urban Clinic, Global Advances in Health and Medicine journal, volume 3, numéro 4, July 2014, pp. 20-26.

TICK, Heather, T., A. Nielsen, et al., (2017) Evidence-Based Nonpharmacologie Strategies for Comprehensive Pain Care The Consortium Pain Task Force White Paper,  (en ligne http://nonpharmpaincare.org/

HELLER, Tom, G. Lee-Treweek, J. Katz, et al, (2005), Perspectives on Complementary and Alternative Medicine, Routledge, Abingdon, 445 p. 

INTEGRATIVE HEALTHCARE POLICY CONSORTIUM, « Integrative Health and Medicine : Today’s Answer to Affordable Healthcare” – Health Creation Economics, Booklet, USA, 16 p.

LEVESQUE, Chantal (2015), Résultats de sondage réalisé auprès des étudiants de la Faculté de l’éducation permanentes au sujet de la Santé intégrative, Université de Montréal.

LEVESQUE CHANTAL, S. BLAIN et al., (2017), Vidéo Santé intégrative, Faculté de l’éducation permanente, Université de Montréal  (en ligne consulté le 17 septembre 2017 https://www.youtube.com/watch?v=y42fBxI1bNo)

MANN, JD, Gaylord, SA, and Norton SK, (2004), Integrating Complementary & Alternative Therapies With Conventional Care (The Convergence of Complementary, Alternative and Conventional Health Care : Educational Resources for Health Professionals, University of North Carolina at Chapel Hill, Program on Integrative Medicine, 35 p.

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (2014), Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle , Genève, Organisation mondiale de la santé, 72 p. (enligne 17 septembre 2017 http://apps.who.int/medicinedocs/documents/s21201fr/s21201fr.pdf

OASEEM AMIR, T.J.Wilt, R.M. McLean (2017), Noninvasive Treatments for Acute, Subacute, and Chronic Low Back Pain : A Clinical Practice Guideline From the American Colloge Of Physicians (en ligne consulté le 17 septembre 2017,  http://annals.org/aim/article/2603228/noninvasive-treatments-acute-subacute-chronic-low-back-pain-clinical-practice)

RADIO-CANADA, Reportage sur la prescription opiacée  (en ligne consultée le 12 septembre 2017, http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1000162/hausse-hospitalisation-surdose-opioides-canada)

ROSS, Brenda., TRUAHT, Tracy, (2014), Les pratiques complémentaires et le cancer : préparer les infirmières en oncologie à répondre aux besons des patients, Groupe d’intérêts spéciaux Pratiques complémentaires, CONJ-RCSIO, automne, 321-324.

ROSENTHAL, Beth, A.J. Lisi (2014), A Qualitative Analysis of Various Definitions of Integrative Medicine and Health, Topics in Integrative Health Care, vol. 5(4). (en ligne consulté le 10 mai 2018 http://www.tihcij.com/Articles/A-Qualitative-Analysis-of-Various-Definitions-of-Integrative-Medicine-and-Health.aspx?id=0000441

SEWITCH Maida J., Monica. CEPOIU , et al. (2008), A literature Review of Health Care Professionnal Attitudes Toward Complementary and Alternative Medicine, Complmentary Health Practice Review, pp. 139-154.

The Bravewell Collaborative (2010) Integrative Medicine—Improving Health Care for Patients and Health Care Delivery for Providors and Payors, The Bravewell Collaborative, Minneapolis, 45 p. (en ligne, consulté le 17 septembre 2017, http://www.bravewell.org/content/pdf/IntegrativeMedicine2.pdf)

The Bravewell Collaborative (2010), Integrative Medicine—The Efficacy and Cost Effectiveness of Integrative Medicine – A Review of the Medical and Corporate Literature, The Bravewell Collaborative, Minneapolis, 45 p. (en ligne, consulté le 17 septembre 2017 http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1550830710001448?via%3Dihub)

UNIVERSITÉ DE  MONTRÉAL, 2014, Douleur chronique (en ligne consulté le 12 septembre 2017 http://nouvelles.umontreal.ca/article/2014/11/24/la-douleur-chronique-est-un-grave-probleme-de-sante-publique/)