Le chromosome de la noblesse du coeur en bonus !

Publié le 16 novembre 2016
Écrit par Sylvie Leblanc, n.d.

Le chromosome de la noblesse du coeur en bonus !
GUT-FX fr

Savez-vous que la première semaine de novembre est reconnue mondialement comme la semaine consacrée à la trisomie 21, aussi appelé « syndrome de down » ?

 

Depuis quelques années, nous entendons beaucoup parler des êtres atteints d’autisme, mais connaissez-vous l’état de trisomie 21 ?

C’est le généticien Dr Jérôme Lejeune, chercheur et médecin français, à qui l’on attribue la découverte de la différence chromosomique responsable de la trisomie 21.

Le terme trisomie désigne la présence d’un chromosome en trois exemplaires, au lieu de deux. La mieux connue et la plus fréquente est la trisomie 21, mais il existe des trisomies d’autres chromosomes. La trisomie 21 est la 1re cause diagnostiquée de détournement d’origine génétique.

La trisomie 21 est une différence d’origine génétique qui touche toute la personne.

Elle résulte d’une « anomalie » chromosomique : normalement, l’homme possède 46 chromosomes* organisés en 23 paires. Dans la trisomie 21, le chromosome 21 est en trois exemplaires, au lieu de deux.

 

Le chromosome 21 est le plus petit des chromosomes, il compte environ 300 gènes. C’est la présence de ce chromosome supplémentaire qui « déséquilibre » l’ensemble du fonctionnement du génome et de l’organisme.

* Les 46 chromosomes humains sont normalement répartis comme suit :

  • 44 chromosomes s’organisant en 22 paires, communes aux deux sexes, appelées aussi « autosomes ». Ces paires sont numérotées de 1 à 22 et ont la particularité de ne pas porter les gènes déterminant le sexe.

Ces paires de chromosomes sont classées par taille, de la plus grande à la plus petite. Le chromosome 21 appartient donc à la 21e paire.

  • 2 chromosomes sexuels qui déterminent le sexe : XX chez la femme, et XY chez l’homme.

Dès la naissance, grâce à l’apparence physique (yeux bridés, nuque aplatie, fémur plus court, etc.), nous pouvons en général détecter la présence de ce chromosome en plus.

Bien entendu, il y a des contreparties au niveau de leur santé. Beaucoup d’entre eux peuvent naître avec possiblement :

  • des malformations cardiaques, pulmonaires, musculaires au niveau de certains sphincters, etc. ;
  • des orifices comme les conduits auditifs souvent plus petits ;
  • des possibilités de déficiences visuelles ou auditives ;
  • une lenteur de la thyroïde (hypothyroïdie), d’où la lenteur métabolique ou intellectuelle ;
  • la langue plus longue et épaisse, ce qui quelques fois amène des problèmes à la déglutition et une appréciation différente des textures des aliments, aussi des difficultés attribuables à l’ergonomie et l’espace guttural pouvant perturber la diction et la prononciation ;
  • des problèmes de peau;
  • des possibilités d’infections récurrentes (surtout au niveau des systèmes respiratoire et ORL) ;
  • une différence au niveau des courbes de croissance ;
  • bien entendu, une particularité qui diverge quant au développement intellectuel dit «normal»!

N’importe quel enfant a le droit et mérite des moyens d’améliorer sa santé globale. Aussi, plusieurs médecins d’ici et d’ailleurs, dont le docteur Jérôme Lejeune, généticien français (aujourd’hui décédé), mais aussi des médecins québécois, dont le Dr Serge Thérien (qui a beaucoup travaillé avec l’Association du syndrome de Down, trisomie 21, de l’Estrie), ont contribué à l’élaboration de protocoles utilisant l’homéopathie, les acides gras essentiels, l’oligothérapie et certains suppléments alimentaires afin d’améliorer la qualité de vie, de fortifier l’immunité, la vitalité intellectuelle et la croissance des jeunes enfants trisomiques.

Ce qui est préconisé dans certaines associations de parents, sous la supervision de spécialistes en médecine et en pharmacologie, est une des approches qui consistent à faire usage, selon l’enfant, de certains produits homéopathiques, de l’oligothérapie, de sels biochimiques Schüssler et d’acides gras essentiels.

La troisième vague consiste maintenant en une approche relative à l’homotoxicologie. Il s’agit d’une approche effectuant la fusion entre la médecine traditionnelle et l’homéopathie. Les bienfaits des deux approches mises ensemble sont remarquables, selon les associations participantes.

Plusieurs d’entre eux peuvent aussi avoir des sensibilités à certains aliments, voire des intolérances ou des allergies. Il est suggéré aux parents d’enfants atteints de trisomie de faire un bilan alimentaire réactionnel afin de constater les lacunes tant au niveau de la digestion, de l’e vacuation des selles, du comportement et des aliments pouvant être réactifs. Plusieurs d’entre eux souffrent de la maladie cœliaque ou d’une sensibilité au gluten, à différents niveaux.

Notez que plusieurs autres professionnels de la santé peuvent, en conjonction avec les soins médicaux plus traditionnels ou alternatifs, favoriser le développement des enfants trisomiques. Les ergothérapeutes, les orthophonistes, les ostéopathes, les naturopathes, les nutritionnistes, entre autres, sont des atouts précieux qui peuvent personnaliser et cibler des plans plus appropriés pour chacun. Parce que chaque enfant, qu’il soit trisomique ou non, vient au monde avec un héritage génétique familial unique !

Vous l’aurez surement deviné, je suis la fière marraine et tante d’un jeune homme qui illumine nos jours !

De par ma formation, dès sa naissance, j’ai fait de nombreuses recherches pour définir des protocoles alternatifs afin de maximiser ses chances de bien se développer. Il a eu droit à des acides gras essentiels pour sa matière grise, des suppléments alimentaires, certains oligo-éléments et ajouts pour fortifier son immunité. Malgré plusieurs interventions, il a fait son primaire au régulier, il ne peut résister à un livre, il est un as à l’ordinateur ! Bien entendu, il est suivi en orthophonie et en ostéopathie. Il nous ramène, avec sa spontanéité et son amour inconditionnel, aux vraies valeurs.

Ces êtres sont dotés, comme je le mentionnais dans le titre de l’article, d’une noblesse du cœur, qui est vraiment appréciable, tous les jours. Ils ont une perception des gens qui les entourent bien au-delà des jugements, ils ne voient pas nos mimiques ou ne boivent pas nos paroles, ils perçoivent « l’essentiel », ou comme le disait Saint-Exupéry : la sincérité de nos sentiments.

En fait, ils sont nettement plus évolués que la majorité d’entre nous en ce sens !

Grâce à des tests génétiques, la médecine peut à l’heure actuelle, durant la grossesse, dépister cette différence. Pour certains, il s’agit d’une option essentielle. Malheureusement, l’attitude que l’on pourrait qualifier « d’eugénisme » par rapport à la divulgation de cette différence génétique aux futurs parents amène trop souvent comme seule option à la trisomie 21 de « liquider » cette vie qui serait différente. Alors que les départements de néonatalité se font une gloire de sauver des fœtus de 20 semaines qui peuvent eux aussi avoir des déficiences multiples dans leur développement. Voici donc une situation qui pourrait être analogue, qui pourtant ne transmet pas les mêmes efforts ou attitudes morales de la part de la médecine.

Bien entendu, les enfants étant atteints d’un chromosome de plus (trisomie 21) sont différents, mais cela ne devrait pas être vu comme une tare.

Permettez-moi une analogie, ici, imaginez si nous pouvions par des tests génétiques savoir d’avance que les gens seront atteints de maladies fatales, de cancer, de diabète juvénile, qu’ils pourraient devenir des tueurs, des voleurs, des manipulateurs, et que la médecine vous le disait. Voudriez-vous avorter avant la naissance, auriez-vous la même attitude ?

Loin de moi l’idée d’être moralisatrice, d’être pro-vie ou pro-choix, cela ne m’appartient pas, tout cela demeure un choix qui appartient à chaque famille qui attend la naissance d’un enfant qui, génétiquement (trisomie 21 et autres), a une différence relativement à ce que nous considérons comme faisant partie de la normalité.

Mais avant de prendre une décision, il serait intéressant que les médecins et l’équipe multi-disciplinaire qui accompagnent les parents en devenir puissent recommander de rencontrer des responsables d’associations de parents d’enfants atteints de trisomie 21, de constater que ces enfants et adultes ont beaucoup à apporter à notre société en valeurs morales et remises en question de ce qui est vrai. Une expression dit « qu’il faut un village pour éduquer un enfant », pourquoi en serait-il autrement pour les enfants et adultes en état de trisomie 21, et du chromosome de la noblesse du cœur, en plus !

Avec cette période de festivités à nos portes, où plusieurs d’entre nous retissent leur tissu social et offrent une inclusion plus vaste lors d’événements de partage et de repas en famille, ouvrez votre cœur et les institutions à la différence, nous avons tous à y gagner ! Passez une belle fin d’année 2016.

Protocole thérapeutique holistique, disponible sur le site www.asdet21.org (Association du syndrome de Down, trisomie 21, de l’Estrie) Canadian Down Syndrome Society (CDSS)

APETL de Lanaudière

 

RÉFÉRENCE

Fondation Jérôme Lejeune, France (http://www.institutlejeune.org/Trisomie-21-et- autres-pathologies-genetiques/trisomie-21.html)