Le syndrome de Raynaud ou la maladie de Raynaud

Publié le 16 janvier 2016
Écrit par Marie Michèle Breton, ND.A.

Le syndrome de Raynaud ou la maladie de Raynaud
Omega Alpha Digestion FR

La maladie de raynaud se définit principalement par une mauvaise circulation dans les extrémités, le plus souvent les doigts et les orteils, mais aussi, dans certains cas, le nez, les lèvres et les lobes des oreilles.

 

Cette maladie doit son nom au médecin français Maurice Raynaud, qui a été le premier à décrire cette maladie, vers le milieu des années 1800. Selon le Dr Fredrick Wigley, rhumatologue et professeur à la Johns Hopkins School of Medicine, de trois à cinq pour cent de la population souffrirait du phénomène de Raynaud à des degrés différents.

 

IL EXISTE DEUX TYPES DE MALADIES¹ :

  • La forme primaire ou la maladie de Raynaud, qui est la forme courante et ne cache aucun problème médical sous-jacent. Cette affection survient habituellement entre 15 et 25 ans ;
  • La forme secondaire, aussi appelée phénomène de Raynaud, est souvent causée par un problème sous-jacent.

Moins fréquente que la forme primaire, elle est toutefois plus grave et plus incommodante. Elle apparaît habituellement plus tard dans la vie, soit vers la quarantaine.

 

LES SIGNES ET LES SYMPTÔMES²

Les principaux signes et symptômes sont les suivants :

  • Des picotements et une légère perte de sensibilité ou des engourdissements dans les doigts, les orteils, le nez ou les oreilles ;
  • Le changement de couleur des doigts.

En période de crise, 20 % des gens atteints verront les parties touchées, principalement les doigts, devenir soudainement blanchâtres, puis bleutées. Une crise prend fin lorsque la peau devient rouge. Cette dernière peut durer de quelques minutes à quelques heures. Souvent, les doigts blanchissent puis redeviennent roses ou rouges. Mais pourquoi ?

Ce processus est dû aux rétrécissements des vaisseaux sanguins et au spasme vasculaire qui se produit. Le sang étant incapable de pénétrer correctement dans les vaisseaux sanguins et d’acheminer l’oxygène vers les extrémités, ces dernières changent alors de couleur.

Les signes et symptômes sont amplifiés lors d’un choc émotif et par temps froid. La fréquence, la durée et l’intensité des spasmes des vaisseaux dépendent de l’évolution individuelle.

 

LES CAUSES³

Voici les causes possibles :

  • Une maladie auto-immune qui touche les tissus conjonctifs, comme la sclérodermie, le lupus et la maladie de Sjögren, puisqu’ils conduisent à un durcissement des artères et des veines pouvant prédisposer au phénomène de Raynaud ;
  • Les maladies liées aux artères, telle l’athéroclérose, augmentent les risques puisque les plaques d’athérome ou un trouble des vaisseaux sanguins des mains et des pieds prédisposent également au phénomène de Raynaud ;
  • Le tunnel carpien, qui crée une pression sur un nerf important dans la main (le nerf médian), engourdissant la main touchée. La main peut devenir plus sensible aux températures froides et à des épisodes de Raynaud.

 

LES FACTEURS DE RISQUES4

Les principaux facteurs de risque sont les suivants :

  • Le tabac, qui favorise le resserrement des vaisseaux sanguins, ce qui augmente le risque, l’intensité et la fréquence des crises ;
  • La pratique d’une activité dans laquelle on écrase, presse ou tord des objets avec la main, comme travail au clavier effectué par les agents de bureau et les pianistes, et l’utilisation régulière de la paume de la main en tant « qu’outil » ;
  • Le travail dans une poissonnerie (alternance de chaud et de froid et manipulation de glace ou de tout autre produit réfrigérant) ;
  • Le travail nécessitant l’utilisation d’outils mécaniques générant des vibrations (scies à chaîne, marteaux-piqueurs, marteaux perforateurs de roc, etc.), qui rendent les ouvriers très vulnérables. De 25 % à 50 % d’entre eux peuvent être touchés, et ce pourcentage peut atteindre 90 % chez ceux ayant 20 ans et plus d’expérience ;
  • La prise de certains médicaments, comme les bêta-bloquants, certains agents de chimiothérapie, ceux prescrits contre la migraine (contenant de l’ergotamine ou le sumatriptan) et contre le déficit de l’attention et l’hyperactivité, qui peuvent causer un rétrécissement des vaisseaux sanguins ;
  • Des fractures, des chirurgies et des engelures dans le passé.

 

LORS D’UNE CRISE, QUE FAIRE ?

Tout d’abord, réchauffez vos mains, vos pieds ou les autres zones touchées. Pour réchauffer doucement vos doigts et vos orteils :

  • Rentrez ou allez dans un endroit plus chaud ;
  • Remuez vos doigts et vos orteils ;
  • Placez vos mains sous vos aisselles quelques minutes ou mettez-les dans l’eau tiède en continuant de les remuer ;
  • Faites de larges cercles avec vos bras (des moulins à vent) ;
  • Massez vos mains et vos pieds et, si vous le désirez, utilisez une huile essentielle de thym à thujanol diluée dans un peu d’huile végétale.

 

LA PROTECTION CONTRE LE FROID

Le principal déclencheur est le froid. De ce fait, pendant la saison froide, il est très important de porter lors de chaque aller-retour dehors des gants pour la protection des mains et de bons bas de laine ou des chaussettes en coton pour éviter la transpiration. Mais il faut aussi bien couvrir le reste du corps, car une baisse de température interne peut parfois suffire à déclencher une crise. Un chapeau est aussi indispensable, car l’organisme perd beaucoup de chaleur par le cuir chevelu. Par temps très froid, l’utilisation de chauffe-pieds et de chauffe-mains peut être un bon truc.

 

LE MODE DE VIE

Plusieurs facteurs liés au mode de vie peuvent aider à réduire les symptômes :

  • Rester actif, car l’exercice augmente la circulation sanguine et favorise la détente ;
  • Contrôler le stress et apprendre à reconnaître et à éviter les situations stressantes peut aider à contrôler la fréquence des crises de Raynaud, puisqu’une poussée d’adrénaline freine la circulation sanguine ;
  • Éviter les changements de température rapides. Essayez de ne pas passer d’un environnement chaud à une salle climatisée. Si possible, évitez la section des surgelés des épiceries.

 

LES HERBES ET LES ÉPICES

Certaines herbes et épices ont démontré leur efficacité pour améliorer la circulation et ainsi augmenter la chaleur corporelle.
Les quatre herbes et épices principales sont la cannelle, la cayenne, l’ail et le gingembre2 5 .

La cannelle est une épice ayant des propriétés anticoagulantes sur les plaquettes sanguines et des effets sur la circulation. En poudre, elle peut être ajoutée aux aliments courants, comme le gruau, les fruits, les rôties, etc.

La cayenne (piment de Cayenne) est reconnue pour augmenter la température corporelle. Elle peut être saupoudrée sur des aliments froids d’une à deux fois par jour. Elle peut également être saupoudrée dans les chaussures pour réchauffer les pieds froids ou lors de la pratique d’activités extérieures.

L’ail, quant à lui, a des effets sur la circulation sanguine en diminuant la coagulation de celle-ci. L’utilisation de l’ail peut se faire sous plusieurs formes : cru, en poudre ou déshydraté. Il peut être intégré à presque tous les aliments ou même être pris sous forme de capsules concentrées.

Le gingembre a la vertu de réchauffer. Il peut être utilisé en poudre ou sous forme de tisane. La tisane se prépare avec deux cuillerées à soupe de gingembre frais râpé finement dans une tasse d’eau bouillante, qu’on laisse infuser 10 minutes.

Les huiles de poisson sous forme de compléments de même qu’une alimentation crue à 50 % pourraient augmenter la tolérance au froid et sembleraient être très favorables pour l’ensemble des causes du phénomène de Raynaud6 .

L’Organisation mondiale de la santé reconnaît l’usage de l’extrait des feuilles de ginkgo biloba pour les troubles liés à la résistance artérielle périphérique. Assurez-vous que votre supplément contient les deux principes actifs, soit les terpènes-lactones et les glucoflavonoïdes. Certaines données indiquent que le ginkgo biloba réduirait les symptômes liés à la maladie6.

Pour obtenir un diagnostic et s’assurer qu’aucune autre cause sous-jacente n’est présente, un bilan médical est essentiel dans cette démarche, de même que certains tests médicaux. Pour obtenir une approche holistique, consultez votre naturopathe agréée.

Au plaisir !

 

RÉFÉRENCES

  1. http://www.mayoclinic.org
  2. http://www.cchst.ca/oshanswers/diseases/raynaud.html
  3. http://www.webmd.com/arthritis/tc/raynauds-phenomenon-topic-overview
  4. http://www.cchst.ca/oshanswers/diseases/raynaud.html
  5. Site : naturalnews.com
  6. BALCH, Phyllis A. Prescription for nutritional healing, 4e éd.