Le top 5 des actions à entreprendre pour réduire notre consommation d’électricité à la maison

Publié le 30 octobre 2023
Écrit par Gabriel Parent-Leblanc, B. Sc., M. Env.

Le top 5 des actions à entreprendre pour réduire notre consommation d’électricité à la maison
Now pour mai 2024

Hydro-Québec s’attend à ce que la demande d’électricité de la province augmente de 14 % d’ici 2032, ce qui représente une quantité astronomique d’énergie (25 TWh, soit l’équivalent de la production de trois centrales hydroélectriques). Des choix devront être faits, car la consommation d’électricité au Québec approche désormais le niveau de ce qui est disponible dans le réseau d’Hydro-Québec. Nous avons même dû importer une quantité substantielle d’électricité en 2022, à cause des périodes de pointe en hiver (2,3 TWh).

Il n’y a pas trente-six solutions pour régler le problème : soit on produit plus d’énergie, soit nous consommons celle que nous avons de manière plus intelligente.

La première option est le statu quo, qui consiste à rester dans le dogme de la croissance infinie en continuant d’augmenter sans cesse notre consommation de toute sorte et en harnachant nos dernières grandes rivières pour y construire de nouveaux barrages hydroélectriques. Si, comme moi, vous avez vu le documentaire « Chercher le courant » et sa suite « Après la Romaine », vous savez que les coûts environnementaux, sociaux et financiers d’une telle opération sont injustifiables. Le futur PDG d’Hydro-Québec a même parlé récemment de nucléaire et de petites centrales privées, de la vraie folie.

La seconde option, et c’est pour moi la seule, c’est la sobriété et la décroissance, en misant le plus possible sur l’efficacité énergétique et le gros bon sens. Après tout, je le dis depuis longtemps, l’énergie la plus propre, c’est celle que l’on ne consomme pas !

Tout d’abord, parlons de l’éléphant dans la pièce. Le gouvernement de la CAQ et particulièrement son nouveau ministre de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, ne s’y prennent vraiment pas de la bonne façon pour faire passer le message. Se faire dire de « démarrer son lave-vaisselle la nuit et baisser le chauffage à la maison » est démotivant et simplement insultant pour n’importe qui, encore plus pour quelqu’un qui fait déjà des efforts pour réduire sa consommation.

D’autant plus que, de l’autre côté de la clôture, ce même ministre est tout souriant à l’idée de fournir plus d’électricité bon marché (en moyenne 3,87 cents le KWh, pas mal moins que pour vous à la maison) à des industries mégapolluantes comme les alumineries. À elle seule, en 2020, l’industrie de l’aluminium et des métaux non ferreux a consommé approximativement 49 TWh d’électricité. Pour vous donner une meilleure idée à quel point ceci représente beaucoup d’électricité, le secteur résidentiel au grand complet a consommé 71 TWh en 2019 !

Je dis ça de même, mais peut-être que ça encouragerait les gens à diminuer leur consommation d’électricité si tout le monde, y compris les grands industriels, faisait des efforts.

Cela dit, vous et moi n’avons malheureusement pas grand pouvoir là-dessus. Je tiens à vous rassurer cependant, il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire à la maison pour diminuer votre consommation d’énergie et vous n’êtes même pas obligés de le faire par soucis de l’environnement, car c’est également payant monétairement !

Dans cet article, nous allons nous pencher sur le top 5 des actions que vous pouvez entreprendre à la maison pour diminuer votre consommation d’électricité et votre facture !

 

Première action : installer une pomme de douche à faible débit

Ça va vous paraître vraiment niaiseux comme action, mais les économies en eau chaude, et donc en électricité et en dollars dépensés, sont astronomiques ! Je n’exagère pas quand j’affirme que c’est de loin l’action la plus facile, rapide et économique que vous pouvez réaliser.

Le chauffage de l’eau est la deuxième plus grande dépense énergétique (20 %) d’une résidence, derrière le chauffage des pièces (54 %). Selon une publication de l’organisme Écohabitation à propos du potentiel des économies d’énergie dans les habitations, pour une famille de quatre personnes qui passe d’une pomme de douche standard (9,5 l/min) à une pomme à haute performance (6,6 l/min), les économies annuelles sont les suivantes :

  • 42 340 litres d’eau
  • 1 180 KWh d’énergie
  • 102 $

Comme une pomme de douche certifiée Watersense se vend entre 25 et 50 $ selon le modèle et le débit, elle pourra se rentabiliser en à peine quatre mois… En termes de rentabilité dans le monde de la rénovation écologique, c’est du jamais vu ! Courez en magasin, vite !

 

Deuxième action : changer ses vieux thermostats

Comme mentionné précédemment, c’est le chauffage qui consomme le plus d’électricité dans une année pour une habitation au Québec (54 % de la facture). Plusieurs actions peuvent influencer les coûts de chauffage, mais celle qui aura le plus d’impact est le remplacement de vos vieux thermostats par des thermostats électroniques. Plus précis que les vieux modèles bimétalliques, ils permettent de ne pas dépasser de 0,5 °C la température voulue en tout temps, ce qui évite de chauffer les pièces de la maison pour rien.

Selon Hydro-Québec, leur utilisation permet d’économiser jusqu’à 150 $ par année ou 10 % de vos coûts de chauffage annuels.

Il existe de nombreux modèles : non programmables, programmables et même intelligents (application mobile).

Ce qui est intéressant avec les modèles programmables ou intelligents, c’est de pouvoir gérer la température de chaque pièce en fonction du moment de la journée. Par exemple, il est possible de baisser votre chauffage de 3 °C la nuit ou une partie de la journée lorsque tout le monde est au boulot. Toujours selon Hydro-Québec, cette fonction ajoute de 4 à 5 % d’économie annuellement, ce qui est significatif.

Voilà donc une autre action qui se rentabilise rapidement, en considérant que le coût d’un thermostat non programmable est d’environ 30 $, alors que le programmable est d’environ 45 $. Vu leur coût exorbitant (environ 150 $), les thermostats intelligents ne devraient pas se trouver sur votre liste d’achat si la rentabilité est recherchée.

 

Troisième action : des petits ajustements pour l’étanchéité de vos portes et fenêtres

On ne va pas se le cacher, malgré l’installation des meilleurs thermostats électroniques, c’est l’isolation et l’étanchéité de votre résidence qui va faire la plus grosse différence.

Force est de constater que ce n’est pas tout le monde qui a le budget ou le temps pour effectuer des travaux majeurs (pour ceux que ça intéresse, on en parle dans la dernière action !).

Il y a tout de même moyen de faire plusieurs petites actions simples et économiques qui auront un impact surprenant, surtout en ce qui concerne l’étanchéité des portes et des fenêtres :

  • Ouvrez vos rideaux et stores le jour pour profiter de l’apport énergétique du soleil et fermez-les le soir pour réduire vos pertes thermiques par les fenêtres. Ça peut paraître niaiseux, mais je connais beaucoup de monde qui ne ferme pas leurs rideaux le soir, ce qui représente une perte énergétique énorme, surtout si vos vieilles fenêtres sont à changer.
  • Installez une pellicule de plastique sur vos fenêtres si elles sont vieilles ou si vous ne pouvez pas y installer un rideau. La couche d’air coincée entre la vitre et la pellicule viendra ajouter un facteur isolant fort intéressant, pour un coût et un travail minimes.
  • Vérifiez toute ouverture dans l’enveloppe de votre bâtiment, pour voir s’il y a des fissures apparentes ou si vous sentez un courant d’air. Colmatez au besoin avec du silicone ou un autre produit servant à réduire les fuites d’air.
  • Installez un coupe-froid à vos portes extérieures qui n’en sont pas munies (regardez le bas de vos portes, il s’agit d’une petite « jupe », souvent en plastique). Si les coupe-froid sont endommagés, pensez à les remplacer. Ça ne coûte pas très cher et c’est très efficace pour réduire les infiltrations d’air.

Si vos portes et fenêtres sont vraiment finies, je vous recommande de les remplacer par des nouvelles certifiées « Energy Star » qui peuvent vous faire économiser un autre 10 % sur vos coûts annuels de chauffage, selon Hydro-Québec. Des subventions sont disponibles pour ce faire, on en parle au dernier point !

 

Quatrième action : surveillez les charges fantômes

Après le chauffage des pièces et de l’eau, ce sont les électroménagers et les appareils électroniques qui consomment le plus d’électricité dans une maison, avec 18 % de la facture annuellement.

Pour cette catégorie, c’est pas mal plus difficile de réaliser des économies, car vos appareils remplissent un besoin souvent impossible à remplacer (pensons au frigo ou au four, par exemple). Pour d’autres, c’est plus facile (pensons à la sécheuse facilement remplaçable par la corde à linge l’été, par exemple). Je ne suis pas là pour vous dire que vous n’avez pas besoin de tel ou de tel appareil, le tout demeure absolument subjectif, et nous avons tous des besoins différents.

Il y a cependant une consommation d’énergie que l’on retrouve dans toutes nos maisons et dont personne n’a besoin : les charges fantômes.

Effectivement, de nombreux appareils électroniques consomment de l’énergie, même lorsqu’ils sont éteints ou en mode veille. C’est le cas, par exemple, pour tous les nouveaux appareils « intelligents » qui échangent en continu des données via Internet et même pour des appareils conventionnels qui doivent faire fonctionner un indicateur lumineux ou tenir à jour une horloge interne. Ça peut être n’importe quoi et vous seriez surpris d’apprendre que toute cette énergie gaspillée représente de 5 à 10 % de vos coûts d’électricité. Ça fait beaucoup d’énergie pour des appareils que l’on n’utilise même pas, n’est-ce pas ?

De manière générale, pour les éviter, vous pourriez vous équiper d’un moniteur de consommation électrique, trouver les coupables et les débrancher après chacune des utilisations. La solution la plus simple demeure, cependant, le branchement de tous vos appareils dans une multiprise que vous débranchez au besoin.

Pour obtenir plus de renseignements sur les actions à prendre en fonction de différentes gammes d’appareils, rendez-vous au : https://www.hydroquebec.com/residentiel/mieux-consommer/appareils-electroniques/charges-fantomes.html

 

Cinquième action : profiter des divers programmes de subventions pour les rénovations écologiques

Comme la maison moyenne au Québec est un vrai fromage gruyère, même toutes ces actions ne seront peut-être pas suffisantes pour réduire de manière drastique votre consommation d’électricité. Peut-être vaudrait-il la peine d’y aller pour des travaux de rénovation écologique, comme le remplacement de vos portes et fenêtres, l’isolation de vos murs et plafonds, l’installation de membranes d’étanchéité, etc.

Heureusement, il existe plusieurs programmes forts intéressants qui subventionnent de tels travaux et c’est honnêtement le meilleur temps pour en profiter. Je n’ai effectivement jamais vu autant de programmes en même temps ; ça peut vite devenir très avantageux, tant pour votre habitation, que pour vous et votre portefeuille !

Le programme Rénoclimat, par exemple, est absolument génial. Un technicien viendra à votre domicile pour faire une inspection et vous recommander quels travaux seraient les plus appropriés et les plus rentables selon votre situation. Un test d’infiltrométrie sera réalisé par le technicien afin d’évaluer l’étanchéité de votre maison et un rapport d’évaluation énergétique incluant la Cote ÉnerGuide vous sera envoyé. Tout cela est gratuit et vous donne la possibilité d’obtenir par la suite des subventions allant jusqu’à 5 000 $ pour une foule de travaux.

Après la visite du technicien, vous pouvez faire les travaux que vous voulez, prendre rendez-vous pour une deuxième visite et enfin recevoir la subvention, en fonction de travaux et de l’amélioration de votre cote ÉnerGuide. Il est très important de faire vos travaux APRÈS la visite du technicien, sans quoi ceux-ci ne seront pas admissibles aux subventions.

Le fédéral a aussi lancé un programme similaire, la Subvention canadienne pour des maisons plus vertes. En vous inscrivant au programme Rénoclimat, vous y aurez aussi accès, pour d’autres travaux et d’autres subventions pour un autre montant maximum de 5 000 $.

Pour finir, Hydro-Québec est en train de développer un nouveau programme de subventions : LogisVert. Lancé dans le contexte exposé en introduction (économiser 25 TWh d’ici 2032), ce programme de la société d’État va offrir des montants supplémentaires pour des travaux d’isolation, l’achat de cuisinière à induction, de sécheuse à pompe à chaleur, de thermopompes à haute efficacité et même de capteurs solaires thermiques pour la piscine.

Avec ces trois programmes, vous allez être en mesure de récupérer une grande partie des sommes investies dans vos travaux de rénovation, tout en économisant à long terme sur votre facture d’électricité !

Bref, il est aisé de constater que le Québec est à la croisée des chemins en ce qui concerne l’énergie : allons-nous continuer à toujours consommer plus ou allons-nous comprendre que la croissance infinie dans un monde aux ressources limitées est une utopie ? La bonne nouvelle est, comme vous avez pu voir, qu’il est possible de réduire sa consommation énergétique assez facilement, sans trop d’efforts ou d’investissements. Par quoi allez-vous commencer ? Que faites-vous déjà ?

 

RÉFÉRENCES :

Fauteux. A. (2023). Pénurie d’électricité en vue. La Maison du 21e siècle. Été 2023. p. 5.

Gerbet, T. (2022). Les Québécois doivent réduire leur consommation d’électricité, prévient Fitzgibbon. [En ligne]. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1938229/fitzgibbon-chauffage-quebecois-electricite-eoliennes (page consultée le 9 juin 2023)

Girard, P. (2022). Pierre Fitzgibbon ouvert à fournir plus d’hydroélectricité à Rio Tinto. [En ligne]. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1947862/hydro-quebec-megawatts-projets-rio-tinto (page consultée le 9 juin 2023)

Hydro-Québec. (s.d.a.). Répartition de la consommation d’un ménage. [En ligne]. https://www.hydroquebec.com/residentiel/espace-clients/consommation/consommation-electrique-sources.html (page consultée le 9 juin 2023)

Hydro-Québec. (s.d.b.). Thermostats électroniques. [En ligne]. https://www.hydroquebec.com/residentiel/mieux-consommer/fenetres-chauffage-climatisation/thermostats-electroniques.html (page consultée le 12 juin 2023)

Hydro-Québec. (s.d.c.). La consommation en mode veille (charges fantômes). [En ligne]. https://www.hydroquebec.com/residentiel/mieux-consommer/appareils-electroniques/charges-fantomes.html (page consultée le 12 juin 2023)

Prévost, H. (2023). Hydro-Québec : Michael Sabia rejette la privatisation, mais pas le nucléaire. [En ligne]. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1984333/hydro-quebec-michael-sabia-entrevue (page consultée le 12 juin 2023)

Régie de l’Énergie du Canada (2023). Profils énergétiques des provinces et territoires – Québec. [En ligne]. https://www.cer-rec.gc.ca/fr/donnees-analyse/marches-energetiques/profils-energetiques-provinces-territoires/profils-energetiques-provinces-territoires-quebec.html (page consultée le 9 juin 2023)

Vailles, F. (2022). Le manque à gagner est de 1,4 milliard pour Hydro. [En ligne]. https://www.lapresse.ca/affaires/chroniques/2022-12-15/aluminerie/le-manque-a-gagner-est-de-1-4-milliard-pour-hydro.php (page consultée le 9 juin 2023)