Le traitement des allergies saisonnières à base d’huiles essentielles

Publié le 10 avril 2017
Écrit par Stéphanie Plamondon, Ac., M. Sc.

Le traitement des allergies saisonnières à base d’huiles essentielles
Omega Alpha Digestion FR

Toute personne qui souffre d’allergies saisonnières sait à quel point elles sont difficiles à traiter en raison de la ténacité de leurs symptômes et de la tendance qu’elles ont à se chroniciser.

 

Malgré les nombreuses publicités vantant les mérites des médicaments antihistaminiques, la personne allergique se retrouve souvent dépourvue devant l’hypersensibilité de son système immunitaire alors que peu de remèdes permettent une réduction, ne serait-ce que temporaire, de ses symptômes. L’aromathérapie et l’herboristerie traditionnelle offrent des pistes de traitement et de soulagement encourageantes des symptômes de l’allergie saisonnière.

 

L’ALLERGIE SAISONNIÈRE

Près de 30 % de la population des pays occidentaux est atteinte d’une forme ou d’une autre d’allergie, et d’ici 10 ans ce chiffre grimpera à 50 %. De toute évidence, il semble exister un lien étroit entre le mode de vie des pays industrialisés et le développement d’hypersensibilités immunitaires.

Les principaux symptômes de l’allergie saisonnière sont la congestion nasale (rhinite allergique), les éternuements, le larmoiement et la rougeur des yeux. Dans les cas plus avancés, il y a également présence de difficultés respiratoires telles que la congestion et l’asthme.

Cette réaction est due à l’inhalation d’une substance habituellement bien tolérée par l’organisme, comme le pollen ou la poussière, qui provoque chez la personne allergique la libération d’histamine, responsable des symptômes parfois spectaculaires de l’allergie. Le traitement médical repose essentiellement sur le recours à des remèdes antihistaminiques.

 

TRAITEMENT PAR LES HUILES ESSENTIELLES ET LES PLANTES MÉDICINALES

Huile essentielle d’estragon (Artemisia dracunculus)

L’huile essentielle d’estragon contient de l’estragole (de 60 à 75 %), ce qui lui confère des propriétés antispasmodiques, anti-inflammatoires et antiallergiques intéressantes. Elle atténuera, en périodes de crise, les symptômes d’éternuements et de larmoiement. Il s’agit d’en prendre 3 gouttes à l’interne, diluées dans ¼ c. à thé d’huile végétale (olive, tournesol, etc.), et ce, 3 fois par jour, après les repas. Cette huile essentielle ne possède aucune contre-indication connue et n’interagit pas avec les médicaments.

 

Huile essentielle de tanaisie (Tanacetum  annuum)

L’huile essentielle de tanaisie (camomille bleue) possède du chamazulène (de 15 à 30 %), qui lui confère des propriétés antihistaminiques puissantes. C’est la présence de chamazulène qui lui donne sa belle couleur bleue. Elle est anti-inflammatoire et antiprurigineuse. Elle se prend comme l’estragon, c’est-à-dire 3 gouttes à l’interne, diluées dans ¼ c. à thé d’huile végétale (olive, tournesol, etc.), et ce, 3 fois par jour, après les repas. Elle peut également être appliquée localement sur une urticaire ou une démangeaison. Attention ! Sa belle couleur bleue tachera les vêtements. Pour éviter ce désagrément, diluer la tanaisie dans un peu d’huile de jojoba.

 

L’ortie (Urtica dioica)

L’ortie est une grande tonique générale qui apaise les symptômes de l’allergie (inflammation, éternuements, larmoiement), qui se consomme autant pour traiter les symptômes que pour équilibrer le système immunitaire. En effet, elle calme les démangeaisons durant les crises, mais également, prise en dehors des périodes critiques, elle prévient et atténue les prochaines crises. Elle se consomme soit en infusion, à raison d’une cuillère à thé par tasse d’eau chaude infusée durant 5 à 8 minutes ou en teinture-mère (15 gouttes diluées dans l’eau, 3 fois par jour). Il existe aussi sur le marché du jus d’ortie frais.

 

La molène (Verbacum thapsus)

La molène joue un rôle important dans les crises d’allergie, particulièrement lorsque celles-ci affectent les bronches. Elle libère les poumons, apaise les spasmes, la toux et les symptômes d’asthme. Elle se consomme comme l’ortie, soit en infusion, à raison d’une cuillère à thé par tasse d’eau infusée durant 5 à 8 minutes ou en teinture-mère (15 gouttes diluées dans l’eau), 3 fois par jour.

 

Le plantain (Plantago major)

Utilisé autant à l’interne qu’à l’externe, le plantain réduit les symptômes qui affectent les bronches, la gorge et les muqueuses.

Il est anticatarrhal et apaise les démangeaisons cutanées. Il se consomme en infusion et en teinture-mère. Il peut également être transformé en pommade et en macération, applicables sur la peau quand il y a présence de prurit intense.

 

CONTRIBUTION DE LA MÉDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE (MTC)

Selon la médecine traditionnelle chinoise (MTC), la rhinite allergique est due à des invasions répétées d’allergènes dans les poumons, contribuant à affaiblir la fonction respiratoire. La MTC stipule cependant que pour qu’une personne devienne allergique au pollen et à la poussière, il doit préexister une faiblesse du système immunitaire. Pour la MTC, il existe donc deux facettes à la rhinite allergique.

La crise d’allergie : c’est-à-dire les manifestations habituelles de l’allergie (éternuements, larmoiement, etc.).

Les moments entre les crises : c’est-à-dire la qualité du terrain et du système immunitaire.

La contribution de la médecine chinoise à la compréhension des allergies se situe justement ici, dans la prise en compte du terrain de la personne. En effet, lors du traitement de l’allergie en MTC, l’état général de l’individu est pris en considération, et non ses symptômes seulement. Ainsi, si c’est le printemps et qu’il y a présence d’éternuements, de rougeurs des yeux et de congestion, c’est la crise qui est traitée. Si c’est à tout autre moment de l’année et qu’il n’y a pas de présence de symptômes, c’est le terrain et le système immunitaire qui sont équilibrés. Le traitement est ainsi plus holistique et plus efficace que lorsque seuls les symptômes sont adressés.

 

TRAITEMENT DU TERRAIN

HUILES ESSENTIELLES QUI ÉQUILIBRENT ET TONIFIENT LE SYSTÈME IMMUNITAIRE

Huile essentielle de Picea  mariana

L’huile essentielle d’épinette noire renforce le système immunitaire par sa riche composition en monoterpènes. Elle est une tonique générale et est utile en cas d’immunodépression. Elle agit de façon tout aussi intéressante sur les poumons, qu’elle contribue à fortifier.

Elle augmente les défenses naturelles du corps. Il s’agit de l’appliquer sur la région des reins, à raison de3à5 gouttes sur chaque surrénale, 3 fois par jour. Il est recommandé de faire ce protocole pendant 3 semaines, à chaque changement de saison.

 

Huiles essentielles riches en monoterpénols

Les huiles essentielles qui contiennent de bonnes quantités de monoterpénols ont la capacité de moduler le système immunitaire, c’est-à-dire de l’équilibrer et de diminuer son hypersensibilité. Des huiles essentielles telles que le tea tree (Melaleuca alternifolia), le thym saturoïdes (Thymus satureioides) et le palmarosa (Cymbopogon martinii) sont des exemples d’huiles qui contiennent des quantités intéressantes de monoterpénols. Utilisées en dehors des crises, elles servent à fortifier le terrain en modulant le système immunitaire. Il s’agit de prendre 3 gouttes à l’interne d’une de ces huiles essentielles ou d’un mélange d’huiles riches en monoterpénols, et ce, diluées dans ¼ c. à thé d’HV, 3 fois par jour, après les repas. Il est recommandé de faire ce protocole durant 3 semaines, à chaque changement de saison, afin d’harmoniser le système immunitaire en douceur.

 

PROTOCOLES

TRAITEMENT DURANT LES CRISES

Traitement à l’interne

  • 3 gouttes d’HE d’estragon (Artemisia dracunculus)
  • 2 gouttes d’HE de tanaisie annuelle (Tanacetum annuum)
  • ¼ c. à thé d’huile végétale (olive, tournesol, etc.)

Prendre le mélange 2 à 3 fois par jour, après les repas, jusqu’à la diminution des symptômes.

 

Traitement à l’externe

  • 1 goutte d’HE de menthe poivrée (Mentha piperita)

Masser la goutte d’huile essentielle sur le point d’acupuncture 20GI, situé sur le bord externe de l’aile du nez, 3 fois par jour, surtout lorsque le nez est fortement congestionné.

 

Plantes médicinales (teinture-mère)

  • 8 gouttes d’ortie (Urtica dioica)
  • 4 gouttes de molène (Verbacum thapsus)
  • 3 gouttes de plantain (Plantago major)

Prendre le mélange 3 fois par jour dans un peu d’eau, entre les repas, jusqu’à la diminution des symptômes.

 

TRAITEMENT DU TERRAIN ENTRE LES CRISES

Traitement interne

  • 3 gouttes d’HE de thym saturoïdes (Thymus satureioides)
  • 1 goutte d’HE de palmarosa (Cymbopogon martinii)
  • 1 goutte d’HE de tea tree (Melaleuca  alternifolia)
  • ¼ c. à thé d’huile végétale (olive, tournesol, etc.)

Prendre le mélange 3 fois par jour, après les repas pendant 3 semaines. Reprendre le protocole à chaque changement de saison.

 

Traitement externe

  • 3 gouttes d’HE d’épinette noire (Picea mariana)

Masser la région surrénalienne 3 fois par jour.

De toutes les pathologies chroniques, l’allergie est l’une des plus difficiles à traiter. Avec la combinaison des huiles essentielles, des plantes médicinales et de la médecine traditionnelle chinoise, il est possible d’en diminuer grandement les symptômes.

Bon printemps à tous !