Les petits cuistots : À la découverte des huiles du Québec !

Publié le 25 juin 2023
Écrit par Sylvie Leblanc, n.d.

Les petits cuistots : À la découverte des huiles du Québec !
Expo Manger Santé 2 dates

Enfin l’été, mes cuistots ! Est-ce que vous faites de petites escapades avec vos parents durant les vacances ? Avez-vous le réflexe, en visitant la Belle Province, le Québec, de déguster les spécialités des régions lors de vos petits voyages ? Vous arrive-t-il aussi d’avoir des coups de cœur pour des produits et d’en ramener à la maison ?

En fait, surtout l’été, avec cette abondance de beaux légumes frais, quoi de mieux que d’utiliser les huiles d’ici pour transporter les parfums et habiller les belles récoltes du terroir !

Car les gras, les bons gras, sont des vecteurs de saveurs. Les huiles issues de cultures oléagineuses produites au Québec possèdent des valeurs importantes pour notre santé. C’est ce que l’on appelle, mes cuistots, les acides gras essentiels… Vous savez, les fameux oméga ! On dit de ces acides gras qu’ils sont essentiels, car notre corps ne les produit pas tous. Il faut donc en consommer régulièrement.

Pour joindre l’utile à l’agréable, sachez, mes cuistots, que les huiles permettent, en habillant d’une mince couche les aliments, de partager les parfums, mais aussi les valeurs santé liposolubles des aromates, ou épices, avec lesquels elles ont été en contact.

De très nombreuses familles sont devenues adeptes de l’huile d’olive grâce au régime méditerranéen. Mais vous avouerez, mes cuistots, qu’il n’y a pas beaucoup d’oliviers qui poussent ici !

Je vous propose un petit voyage dans nos productions locales d’huiles.

 

Alors, partons sur la route des bonnes huiles québécoises.

Lorsque vous consommez de bonnes huiles végétales de première pression à froid et, par surcroît, biologiques, considérez la date de péremption à l’achat, pour en assurer la fraîcheur. Il est important, pour en conserver toutes les vertus, de les consommer crues. Les huiles doivent être protégées de l’air et de la lumière (à cause de l’oxydation), ainsi que de la chaleur. Une fois les huiles ouvertes, mis à part l’huile d’olive, il est souhaitable de les conserver au réfrigérateur. Le point de fumée, c’est le degré au-delà duquel une huile ou un gras se dégrade et perd ses propriétés.

Il est si facile de les incorporer dans l’alimentation de tous les jours (salades, salades tièdes, salades râpées, pâtes, riz, trempettes, yogourt, crème Budwig, etc.). Les huiles qui résistent à une chaleur douce, comme la cameline, peuvent servir à faire confire des légumes d’été tels les petites tomates ou les poivrons. Une fois confits et mis en pots dans l’huile de cuisson, ces trésors peuvent être congelés dans leur huile, puis décongelés et dégustés en hiver.

 

Vinaigrette souvenir de la Gaspésie

Cette vinaigrette peut autant servir de liaison savoureuse pour une salade-repas que de marinade pour vos viandes, pour un petit barbecue en famille.

Ingrédients

  • ½ tasse, ou 125 ml, d’huile de chanvre gaspésienne ou de cameline biologique (selon vos goûts)
  • ¼ tasse, ou de 60 à 70 ml, de vinaigre de cidre de pomme biologique du pays, non filtré et non pasteurisé
  • (Dans le magazine de juillet-août 2022, je vous ai présenté la méthode pour en faire, mes cuistots !)
  • 2 c. à soupe, ou 30 ml, de sirop d’érable d’ici
  • 1 c. à thé ou plus, ou 5 ml, de fleur d’ail fermentée (Le Petit Mas), produit magnifique d’ici, qui ne laisse pas de mauvaise haleine et qui parfume merveilleusement bien vos mets !
  • ½ c. à thé, ou 2,5 ml, d’herbes salées du Bas-du-Fleuve

 

Préparation

Dans un pot Mason de 250 ml, mettre tous les ingrédients, déjà mesurés. Refermer le pot et bien brasser. Servir sur votre salade composée de beaux légumes d’été. Vous pouvez aussi en utiliser une partie pour faire une marinade, avec du tofu ou du poulet biologique.

 

Tomates confites aux huiles d’olive et de canola

Ingrédients

  • 10 à 12 tomates, ou 24 tomates cerises biologiques (selon vos goûts), ou minipoivrons, épépinés
  • Un mélange d’huiles d’olive et de canola biologique du Québec (suffisamment pour se rendre au niveau des légumes)
  • Sel de mer
  • Fructose
  • Origan ou basilic biologiques, séchés

 

Préparation

Préchauffer le four à 225 °F. Laver et assécher les tomates. Les couper en quatre et les épépiner. Sur une lèchefrite, mettre une bonne couche du mélange d’huiles d’olive et de canola (ou de cameline) de qualité, et y disposer les morceaux de tomates, la peau vers le fond de la lèchefrite. Saupoudrer la fleur de sel de mer ainsi qu’un peu de fructose et des fines herbes, selon vos goûts. Mettre au four pendant environ 30 minutes à 225 °F pour commencer, puis baisser le feu à 200 °F pendant environ 2 heures, selon le degré d’hydratation des tomates. Mettre les tomates chaudes en pot, avec le mélange d’huiles d’olive et de canola. Se conserve au réfrigérateur pendant plusieurs mois, ou au congélateur pendant presque un an. Se sert sur du pain, avec un peu de parmesan, du fromage de chèvre ou de brebis, dans les sandwichs. Avec des pâtes chaudes et des olives, c’est une expérience gustative ! Servi comme une bruschetta sur un croûton, le mélange est un pur délice, sinon tout simplement avec les tartinades, comme une entrée ou par gourmandise !

 

Comme il est bien rare de cuisiner sans avoir de corps gras, aussi bien choisir de bonnes huiles de chez nous qui sont aussi bonnes au goût !

J’espère que vous aurez la chance, mes cuistots, lors de vos petites escapades, de déguster les produits de nos artisans producteurs et d’encourager leur savoir-faire tout en appréciant les bienfaits et les parfums de nos produits d’ici. Passez un très bel été, amusez-vous bien et découvrez les saveurs d’ici !