Les véhicules electriques ont le vent dans les voiles au Québec

Publié le 15 octobre 2019
Écrit par Gabriel Parent-Leblanc. B. Sc., M. Env.

Les véhicules electriques ont le vent dans les voiles au Québec
Natura FR

En mai dernier, le gouvernement fédéral a lancé un programme qui offre une subvention à l’achat pouvant aller jusqu’à 5000 $ aux acheteurs de voitures électriques. Cette subvention s’ajoute à celle déjà offerte par le gouvernement du Québec.

 

Depuis, les ventes de voitures électriques ont carrément explosé. Imaginez la bonne affaire ! Pour les véhicules qui se classent le plus favorablement, vous aurez le droit à une subvention de 5000 $ et 8000 $ du gouvernement fédéral et provincial, respectivement.

 

13 000 $ de rabais qui s’appliquent directement sur le prix d’achat, avouons-le, ce n’est pas rien ! Et on ne parle pas des crédits d’impôt ou des remboursements postaux qui peuvent s’ajouter…

Ce n’est donc pas une coïncidence si depuis le lancement de ce programme supplémentaire plus de 14 000 canadiens ont acheté ou loué une voiture électrique, tout ça en date du 1er août 2019, soit en approximativement trois mois (la presse canadienne, 2019).

 

Pourquoi un tel engouement ?

La voiture électrique offre tellement d’avantages au Québec que de telles données ne sont pas surprenantes. Considérons les avantages suivants, en rapport avec un véhicule classique à essence (breton, 2019) :

  • Votre facture de « carburant » diminuera de 60 % à 90 %.
  • Vos coûts d’entretien (huile, filtres, etc.) Seront de 30 % à 50 % plus bas.
  • Vos freins dureront de 5 à 10 fois plus longtemps.
  • Vos coûts d’assurance auto baisseront grâce aux rabais pour véhicules électriques.
  • Vous émettrez beaucoup moins de polluants atmosphériques (sur son cycle de vie complet) qu’avec une voiture à essence.
  • Vous contribuerez collectivement à l’amélioration de la santé cardiaque et pulmonaire et à la diminution des cancers des Québécois.

Bien entendu, le gros point faible de la voiture électrique demeure son autonomie. C’est immanquable. Chaque fois que je parle de voitures électriques avec quelqu’un, la discussion tourne autour du fait que la voiture électrique, « c’est pas ben, ben pratique quand on veut faire une longue distance ».

 

Mais saviez-vous que « 89 % des canadiens parcourent moins de 60 kilomètres aller-retour » pour se rendre de la maison au travail (breton, 2014) ? C’est donc dire que la majorité des canadiens effectuent moins de 30 kilomètres pour se rendre au boulot…, endroit où ils restent en moyenne plus de huit heures et où ils peuvent recharger leur véhicule !

De plus, loin de nous est le temps où toutes les voitures électriques sur le marché avaient une autonomie de plus ou moins 100 kilomètres… plusieurs modèles disponibles en 2019 arrivent à parcourir 200, 300, 400 et même 500 kilomètres avec une seule recharge !

 

Les rabais en bref

Il existe plusieurs programmes qui s’appliquent à différentes catégories de véhicules. Le tout peut facilement semer la confusion, si bien que je vais essayer de vous les résumer :

Programme fédéral

Incitatifs pour l’achat de véhicules zéro émission

  • Rabais de 2500 $ à 5000 $ à l’achat ou à la location d’un véhicule électrique neuf. (Transport Canada, 2019)
  • 5000 $ de rabais applicable aux véhicules électriques à batterie, à pile à hydrogène et hybrides électriques rechargeables pouvant franchir de longues distances.
  • 2500 $ de rabais applicable aux véhicules hybrides électriques rechargeables de plus faible portée (le véhicule se retrouve dans cette catégorie si sa batterie à une capacité moindre de 15 kWh (autonomie d’environ 50 kilomètres).
  • Les véhicules doivent avoir un prix de détail suggéré de moins de 45 000 $ pour un véhicule pour six passagers ou moins, et 55 000 $ dans le cas d’un véhicule pour sept passagers ou plus.
  • La liste complète de tous les véhicules admissibles et de leur rabais peut être consultée au https://www.tc.gc.ca/fr/ser-vices/routier/technologies-novatrices/listevehiculesadmissiblesprogramme-ivze.html

Programme provincial

– Roulez vert

  • Rabais de 500 $ à 8000 $ à l’achat ou à la location d’un véhicule électrique neuf.
  • Rabais de 1500 $ à 4000 $ à l’achat d’un véhicule électrique usagé.
  • De 3000 à 8000 $ de rabais pour les véhicules entièrement électriques neufs.

> Le montant du rabais dépend du prix de détail suggéré par le fabricant (PDSF), soit 8000 $ pour une voiture valant moins de 75 000 $ et 3000 $ pour une voiture valant de 75 000 à 125 000 $.

  • 500 $, 4000 $ ou 8000 $ de rabais pour les véhicules hybrides rechargeables neufs, en fonction de la capacité de leur batterie (↑capacité → ↑ rabais).

> Le PDSF doit être plus bas que 75 000 $.

  • Les rabais pour les voitures électriques d’occasion sont une nouveauté au programme, étant en place depuis le 18 avril 2019. D’un maximum de 4000 $, « le rabais accordé pour un véhicule d’occasion est calculé de façon à être égal à 50 % du rabais qui serait offert dans le cadre du programme Roulez vert, pour le même modèle de véhicule s’il était acheté neuf. » (Transition énergétique Québec, s.d.d.).

> Le véhicule doit être immatriculé pour la première fois au Québec lors de la transaction.

> Seuls les véhicules entièrement électriques (non hybrides) sont admis. Ils doivent être âgés de trois ou quatre ans et être munis d’une garantie pour véhicule neuf d’origine honorée au Québec.

> Le concessionnaire automobile vous vendant la voiture doit évaluer la capacité résiduelle de la batterie par rapport à la capacité initiale.

 

  • Jusqu’à 600 $ de remise sur l’installation d’une borne de recharge, divisé en deux catégories :

> 350 $ pour l’achat d’une borne admissible ;

> 250 $ pour son installation par un électricien.

 

  • La liste complète de tous les véhicules admissibles et de leur rabais peut être consultée aux pages suivantes :

> Véhicules neufs : https://vehiculeselectriques.gouv.qc.ca/rabais/veneuf/vehicules-neufs-admissibles.asp

 

> Véhicules d’occasion : https://vehiculeselectriques.gouv.qc.ca/rabais/ve-occasion/vehicules-admissibles-rabais-vehiculeoccasion.asp

 

> Bornes admissibles https://vehiculeselectriques.gouv.qc.ca/rabais/domicile/bornes-admissibles-remboursement-borne-rechargedomicile.asp

 

La voiture électrique, populaire au Québec !

Saviez-vous qu’en date du 30 juin 2019, près de 47 % de tous les véhicules électriques circulant au Canada étaient au Québec ?

Détails : 52 556 véhicules électriques au Québec (26 300 entièrement électriques et 26 256 hybrides rechargeables) / 112 020 véhicules électriques au Canada.

 

Source : Duchaine, 2019.

 

Jamais sans mon pétrole

Si la société dans laquelle nous vivons s’est structurée autour de la disponibilité du pétrole à bon marché, celle-ci sera profondément transformée par la hausse de son prix et la fin de son abondance. Pour un Québec libéré du pétrole en 2030, Équiterre

Nous vivons dans un monde dépendant du pétrole. La consommation mondiale actuelle est de 85 millions de barils de pétrole par jour (mbl/j) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit une augmentation jusqu’à 106 mbl/j d’ici 2030. Parallèlement à cela, environ 75 % des pays producteurs de pétrole connaissent une baisse de production. Les analystes du milieu affirment que le pic de production du pétrole conventionnel aurait été atteint en 2005 et que la production décroîtrait depuis. Il est donc aisé de constater que nous nous dirigeons tout droit vers un mur. Même au Québec, 37,7 % de l’énergie que nous consommons provient du pétrole, à peine moins que le 39,9 % qui provient de l’électricité majoritairement fournie par l’hydroélectricité. En 2007, alors que le prix du baril de pétrole était de 74 $ (pic à 147 $ en 2008 et ~60 $ en 2019), le Québec a dépensé environ 13 milliards de dollars pour son approvisionnement. Comme nous importons pratiquement tout cet or noir, 10,6 milliards de capital ont été exportés, et ce, seulement pour 2007 (Équiterre, 2009).

Pourrons-nous nous permettre une dépense aussi monstrueuse, tant au niveau monétaire qu’environnemental ? Comme le secteur du transport consomme plus de 70 % du pétrole au Québec, la venue des voitures électriques tombe vraiment sous le sens.

Les nouveaux programmes offerts par le gouvernement du Canada s’additionnant à ceux déjà offerts par le Québec nous donnent une offre particulièrement alléchante en ce moment. Le coût à l’achat d’un véhicule électrique demeure légèrement prohibitif, mais lorsqu’on prend en considération les économies réalisées à chaque plein d’énergie, ça peut valoir la peine, d’un point de vue monétaire.

D’un point de vue environnemental, la voiture électrique est assurément un pas dans la bonne direction considérant qu’elle émet 65 % moins de GES (gaz à effet de serre), comparativement à une voiture conventionnelle, après avoir parcouru 150 000 km sur les routes du Québec (Schepper, 2019). Célébrons donc le fait que de plus en plus de gens font le plein à la maison et au boulot grâce à l’hydroélectricité, plutôt que de contribuer activement au réchauffement climatique en arrêtant à la station-service toutes les semaines !

 

RÉFÉRENCES

À la demande du lecteur