L’huile essentielle d’origan à fleurs compacte : une arme redoutable contre les infections

Publié le 1 novembre 2021
Écrit par Stéphanie Plamondon, Ac., M. Sc. et Sarah Milon, aromathérapeute certifiée

L’huile essentielle d’origan à fleurs compacte : une arme redoutable contre les infections
GUT-FX fr

L’huile essentielle d’origan à fleurs compactes est reconnue comme étant l’une des huiles les plus costaudes, efficaces et essentielles dans la pharmacie naturelle en raison de ses propriétés anti-infectieuses exceptionnelles. Pleins feux sur cette huile essentielle et sa composante active, le carvacrol, qui intéresse de plus en plus les recherches médicales.

 

Botanique

L’origan à fleurs compactes fait partie de la famille botanique des lamiacées, dans laquelle se trouvent plusieurs autres herbes aromatiques culinaires telles que le romarin, le thym, le basilic, la sauge, la marjolaine et les menthes. Il provient du pourtour de la Méditerranée et croît à l’état sauvage dans un sol calcaire et bien ensoleillé, notamment en France, en Italie, en Espagne et au Maroc.

 

L’origan est utilisé dans la cuisine depuis la nuit des temps tant son goût piquant, relevé et chaud est apprécié. Il est souvent ajouté aux bouquets d’herbes de Provence, qui contiennent également du thym, du romarin, de la sauge, de la marjolaine et du basilic, auxquels il se marie de façon délicieuse. Toutes ses parties sont appréciées, que ce soient ses fleurs, tiges ou feuilles, autant en cuisine qu’en phytothérapie. En aromathérapie, ce sont ses sommités fleuries qui sont distillées, permettant de produire une des huiles essentielles les plus puissantes et anti-infectieuses qui soient. À noter que bien qu’elle partage le même genre botanique, la marjolaine à coquilles (Origanum majorana) ne possède pas les mêmes propriétés anti-infectieuses que l’origan à fleurs compactes (Origanum compactum) en raison de sa composition moléculaire différente.

 

Composantes aromatiques

L’huile essentielle d’origan à fleurs compactes est riche en molécules appartenant aux familles phytobiochimiques de monoterpénols (5-10 %), de monoterpènes (25 %) et surtout, de phénols (60-70 %). C’est précisément à partir du carvacrol, une molécule phénolée, que l’origan à fleurs compactes tire ses grandes propriétés anti-infectieuses. Le carvacrol est effectivement reconnu pour être l’une des molécules les plus anti-infectieuses qui soient, au point de susciter de nombreuses recherches scientifiques sur ses possibles applications médicales. Ce serait à cet effet jusqu’à 92 % des micro-organismes qui sont sensibles aux molécules phénolées, notamment au carvacrol contenu dans l’huile d’origan à fleurs compactes[1].

 

Propriétés thérapeutiques

L’huile essentielle d’origan à fleurs compactes neutralise les micro-organismes, empêche le développement et la survie des pathogènes et stimule le système immunitaire. Ses propriétés anti-infectieuses couvrent de nombreuses affections, qu’elles soient d’origine respiratoire, intestinale, urogénitale, sanguine ou lymphatique.

 

Ce qui rend l’huile essentielle d’origan d’autant plus intéressante est qu’il importe peu de connaître le pathogène concerné dans le développement d’une infection, car son champ d’action est large. On lui reconnaît en effet des propriétés autant antibactériennes, fongicides, antivirales qu’antiparasitaires, qui s’avèrent précieuses, utiles et efficaces dans le traitement d’infections aussi variées que la pneumonie, la pharyngite, la grippe, la colite et la cystite.

 

Il est à noter que d’autres huiles essentielles contiennent des taux appréciables de carvacrol, notamment celles de la monarde écarlate (Monarda didyma) et de la sarriette des montagnes (Satureja montana).

 

 

Usages et précautions

L’huile essentielle d’origan doit être utilisée avec précaution afin de n’en retirer que les bienfaits et d’éviter des effets fâcheux. Son usage est réservé à toute personne de 12 ans et plus, et les femmes enceintes et allaitantes s’en abstiendront.

 

En raison de la nature dermocaustique du carvacrol, les huiles essentielles qui en sont riches s’utilisent essentiellement en interne, par voie buccale (diluées dans de l’huile végétale ou en gélules) ou par voie anale (en suppositoires), à raison de quelques gouttes par jour. Il est absolument contre-indiqué de les utiliser dans le bain ou le diffuseur. On retiendra qu’elles peuvent également être hypertensives et irritantes pour le foie à long terme. Pour ces raisons, les traitements qui incluent l’huile essentielle d’origan à fleurs compactes sont habituellement de courte durée (7 à 10 jours maximum).

 

Études sur le carvacrol

Depuis que l’Organisation mondiale de la santé a sonné l’alarme au sujet du développement de bactéries résistantes aux antibiotiques, les recherches médicales s’intéressent de plus en plus aux effets anti-infectieux de l’huile essentielle d’origan à fleurs compactes et ont permis de mettre à jour ses mécanismes d’action. Ainsi, le carvacrol contenu dans son huile aurait comme effet de neutraliser les pathogènes en endommageant leur enveloppe et en déjouant leurs mécanismes d’adaptation et de survie. Dans le cas des bactéries, c’est en provoquant la lyse (dissolution) de leur enveloppe et en freinant leurs mécanismes de reproduction que l’huile essentielle d’origan à fleurs compactes, avec sa grande concentration en carvacrol, exhibe ses grandes propriétés antibactériennes[2]. Dans le cas des virus enveloppés, elle agirait de façon similaire, la rendant précieuse dans le soulagement des symptômes et la gestion d’infections virales telles que la grippe, l’hépatite C et d’autres affections sérieuses.

 

Efficacité sur le nouveau coronavirus

Au début de l’année 2021, le gouvernement du Venezuela a annoncé qu’il comptait promouvoir l’utilisation d’un médicament contenant du carvacrol, le Carvativir, pour lutter contre la COVID-19, mais la communauté internationale a décrié cette stratégie, la qualifiant de non fondée. Pourtant, depuis l’avènement de la pandémie de COVID-19 causée par le SARS‐CoV‐2, plusieurs études ont été menées sur le potentiel qu’ont certaines composantes aromatiques de se lier à la protéine de spicule (appelée la protéine S) du coronavirus afin d’en mesurer les propriétés inhibitrices. Ces études ont permis de démontrer que le carvacrol contenu dans l’huile essentielle d’origan à fleurs compactes s’avère très efficace dans sa capacité à neutraliser la protéine virale S et que cette huile essentielle exhibe de grandes propriétés antivirales qui méritent d’être étudiées davantage. Selon les conclusions d’une de ces recherches, menées en Inde[3], les huiles essentielles riches en certaines composantes, telles que le carvacrol, possèdent des propriétés virucides puissantes qui ont la capacité démontrée de freiner le développement et la réplication du virus responsable de la COVID-19. Considérant ces conclusions, il me semble important de reconnaître les propriétés antivirales de l’huile essentielle d’Origanum compactum et de l’inclure dans l’arsenal de soins contre cette affection qui a causé, au moment d’écrire ces lignes, près de cinq millions de décès dans le monde.

 

 

  • Formule anti-infectieuse à large spectre d’action  

90 gouttes d’essence de citron (z) (Citrus limonum)

90 gouttes d’huile essentielle de marjolaine à coquilles (Origanum majorana)

90 gouttes d’huile essentielle de niaouli (Melaleuca quinquenervia cineolifera)

90 gouttes d’huile essentielle d’origan à fleurs compactes (Origanum compactum)

90 gouttes d’huile essentielle de thym à thujanol (Thymus vulgaris thujanoliferum)

 

Verser les gouttes dans une bouteille d’huiles essentielles à codigouttes de 15 ml. Secouer doucement la bouteille. Dans une demi-cuillère à thé d’huile d’olive, verser deux gouttes du mélange et avaler. Au besoin, prendre une gorgée d’eau. Répéter deux autres fois dans la journée.

Précautions : ne pas dépasser le dosage sans un suivi avec un aromathérapeute certifié ; éviter chez les femmes enceintes ou qui allaitent et les enfants en bas de 12 ans. Ne pas consommer pendant plus de sept jours. Si les symptômes sont inquiétants ou ne s’améliorent pas, consulter un médecin.

 

Les huiles essentielles ont souvent mauvaise presse dans les médias, sous prétexte qu’aucune étude ne prouverait leur efficacité. Il est pourtant facile de constater sur certains sites de recherches sérieux, tels que Pubmed, que de nombreuses études sont menées sur certaines huiles essentielles et composantes aromatiques, et que leurs conclusions sont dans la grande majorité des cas favorables à ce qu’elles soient approfondies, tant les propriétés thérapeutiques importantes des huiles étudiées y sont démontrées. Il est ainsi faux d’affirmer qu’aucune étude ne prouve l’efficacité anti-infectieuse des huiles essentielles riches en carvacrol, dont la plus importante demeure celle d’origan à fleurs compactes. Les recherches abondent sur le sujet et pour le bien de tous, elles méritent d’être reconnues et poursuivies. En attendant, toute pharmacie familiale devrait inclure cette l’huile essentielle d’origan à fleurs compactes, dont les grandes propriétés anti-infectieuses ne sont plus à prouver.

 

 

RÉFÉRENCES

[1] L’aromathérapie exactement p.  170

[2] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33452275/

[3] Computational evaluation of major components from plant essential oils as potent inhibitors of SARS-CoV-2 spike protein (nih.gov)