Mise à jour sur l’homéopathie

Publié le 14 juin 2021
Écrit par Ingrid Schutt, homéopathe

Mise à jour sur l’homéopathie
Vogel Prostate

Inutile de chercher les molécules d’un remède homéopathique au microscope. Vous n’y verrez que du sucre et de l’eau. C’est l’avancement de la science, particulièrement de la physique quantique, qui nous permet aujourd’hui de comprendre l’efficacité de l’homéopathie. 

La résonance magnétique nucléaire1, les encres solvatochromiques2, la spectroscopie Raman3, et la PCR (polymerase chain reaction)4-5 nous démontrent qu’une substance hautement diluée et secouée selon les normes homéopathiques (dynamisation) contient des traces électromagnétiques biologiquement actives. Cette médecine qui est reconnue par l’OMS comme la deuxième médecine en importance dans le monde, qui rétablit la santé mentale, physique et globale depuis plus de 200 ans est aujourd’hui pratiquée par plus de 300 milles médecins et utilisée par des millions de Nord-américains. Que dit la science qui se penche sur l’homéopathie?  

Un nouveau consensus scientifique international

Depuis plusieurs années, le Dr Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008, mène ses études avec la PCR4. Quelques gouttes de sang contenant l’ADN de borrelia, qui cause la maladie de Lyme, sont diluées et secouées successivement dans l’eau, par le procédé homéopathique. Les molécules de la substance initiale disparaissent. Certes. Toutefois, au-delà de la molécule du nombre d’Avogadro, on réalise aujourd’hui qu’il subsiste un message électromagnétique qui imite la substance initiale de l’ADN de borrelia. 

Cette observation est une percée scientifique majeure. C’est ce message électromagnétique qui réside dans le remède homéopathique. C’est ce qui expliquerait l’impact potentiellement curatif qu’il provoque lorsqu’il y a compatibilité et cohérence avec l’état de la personne. Plutôt que d’utiliser des doses matérielles et pondérales, l’homéopathie soigne avec subtilité en agissant directement, semble-t-il, sur l’énergie du corps en rétablissant l’état de santé, l’équilibre et l’homéostasie. Le remède agit sans effet secondaire, sans toxicité et sans créer de dépendance. Les doses électromagnétiques ont un effet profond et une capacité de rétablir la santé de façon permanente. Des milliers de substances de souche végétale, minérale ou animale ont fait l’objet de pathogénésies, c’est-à-dire qu’elles ont été expérimentées sur un sujet sain. Elles sont codifiées dans les pharmacopées homéopathiques. Chacun a sa capacité thérapeutique. Le travail de l’homéopathe est d’identifier le remède le mieux adapté à la cause profonde et à l’état global et unique du patient. 

Notre corps et la lumière 

Notre corps, une apparente masse solide, est constitué d’ondes, d’atomes en mouvement, d’énergie, de photons, de lumière. Environ 70 % de cette masse est constituée d’eau. De l’eau dite « organisée », sans laquelle nous n’existerions pas.

Marc Henry est professeur de chimie, de science des matériaux et de physique quantique à l’université de Strasbourg. Un des scientifiques de haut niveau qui s’intéresse intensément à la compréhension du fonctionnement de l’homéopathie. Il nous explique, dans le documentaire intitulé La science de l’homéopathie4, que l’eau est un mélange subtil de molécules, de photons (lumière) et de certaines fréquences de vide. 

L’eau se retrouve ou bien en basse densité, avec ses molécules éloignées par du vide issu de la force quantique ou alors en haute densité, avec les molécules rapprochées. L’eau oscille entre ces deux états de haute et de basse densité. Et dans ces variations, des informations peuvent être codées.  

Selon Luc Montagnier, cette résonance veut dire que les ondes du remède homéopathique transmettent de l’information à nos cellules et apportent ainsi un effet bénéfique. Samuel Hahnemann, l’inventeur de l’homéopathie, a toujours parlé d’une énergie, d’une lumière qui était à l’origine du remède homéopathique. Son intuition et son observation auront mis 200 ans pour être confirmées par la science. « Le médicament homéopathique ne soigne pas avec la matière, il soigne avec la lumière », nous dit Marc Henry, dans son ouvrage L’eau et la physique quantique. Vers une Révolution de la Médecine (Dangles 2016). 

À la lumière de ces faits scientifiques, certains persistent à croire et à faire croire que l’homéopathie n’est qu’eau et sucre ; que les guérisons tiennent du hasard, de l’effet placebo et qu’elles sont anecdotiques. Selon Marc Henry, prétendre que l’homéopathie est placebo ne relève pas de la science, mais du marketing. Cet effet placebo est, de longue date, l’argument de prédilection des détracteurs de l’homéopathie. Marc Henry nous dit ce petit bijou : l’homéopathie ne heurte pas la rationalité, elle heurte la matérialité, ce n’est pas la même chose.

Le gouvernement suisse 

En 2006, le gouvernement suisse mène une importante étude7 sur l’homéopathie. Elle démontre une efficacité, une efficience économique importante, un impact positif sur la qualité de vie et l’état de santé ainsi qu’une diminution de la récurrence des maladies. Cette étude précise que le traitement homéopathique est efficace dans le contexte d’une consultation chez l’homéopathe professionnel. À la demande de la population, le gouvernement intègre officiellement l’homéopathie dans son système de santé9 Il est resté prudent face au Rapport australien et a maintenu le remboursement de l’homéopathie. 

Face à la désinformation, il est aussi important de faire la lumière sur la place qu’a occupée l’homéopathie dans l’univers des soins de santé au Québec et ailleurs dans le monde.   

L’hôpital homéopathique de Montréal

L’hôpital homéopathique de Montréal voit le jour en 1894. Dès la première année, et encore en 1934, il avait le plus bas taux de mortalité au pays. Il a été dirigé par Harold Randall Griffith (1894-1985). Cet homéopathe-chirurgien montréalais est le père mondial de l’anesthésie moderne dont il a révolutionné la technique. En 1951, l’hôpital a changé de nom pour devenir le Reine Elizabeth Hospital, rue Marlowe8. Curieusement, aujourd’hui, cette médecine demeure méconnue au Québec.

Le père de la médecine moderne 

Willian Osler, le père de la médecine moderne et un des professeurs fondateurs de l’hôpital John Hopkins, est devenu un admirateur de Samuel Hahnemann, fondateur de l’homéopathie. Dans un contexte social où l’homéopathie faisait l’objet de critiques acerbes de la part des médecins, il a affirmé : « Aucun individu n’a fait autant pour la médecine que Samuel Hahnemann… » « … La grave erreur était la nôtre : se quereller avec nos frères à propos des infinitésimaux (doses homéopathiques) était une chose très imprudente et stupide à faire. Et nos frères homéopathes poursuivent très sérieusement l’étude scientifique de la maladie9-10. » Aujourd’hui, la plus importante bibliothèque homéopathique au Canada est la Osler Library, à l’Université McGill.

L’homéopathie, plus de 200 ans d’histoire 

        • Elle est reconnue par l’OMS comme la deuxième médecine en importance dans le monde*.
        • Plus de 200 millions de personnes sur tous les continents y ont recours comme médecine de première ligne. 
        • Près de 95 % des pharmaciens en France la recommandent aux femmes enceintes pour son efficacité et son innocuité11.
        • L’Ontario lui a octroyé un ordre professionnel en 2017.
        • L’Inde finance l’étude scientifique en homéopathie tant cette médecine est essentielle à la population. 
        • De nombreuses études scientifiques ont démontré l’efficacité renversante de l’homéopathie12-13-14.
        • L’homéopathie a réussi à enrayer haut la main les épidémies les plus violentes et dévastatrices des 200 dernières années, telles que le typhus, le choléra, la fièvre jaune, la grippe espagnole, la rougeole, la rubéole. Les taux de mortalité chez ses patients étaient souvent sous les 10 %, alors qu’ils étaient au-delà des 30 %, voire 60 % chez les patients traités en médecine conventionnelle. En 2007, le Brésil lance une campagne de prévention de la méningite et de la dengue en distribuant des remèdes homéopathiques… En 2007 également, une épidémie de leptospirose qui menace 2,3 millions de personnes à Cuba est enrayée en moins de 3 semaines15-16. En 2010, sur quatre de mes missions personnelles dans les rues d’Haïti, j’ai pu constater l’efficacité des remèdes pour les cas de diphtérie et plus tard de choléra. 

 

Maintenant que les outils de la science moderne nous offrent un début de compréhension du fonctionnement de son efficacité, la population peut mieux entrevoir les vastes possibilités de cette approche. 

« Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence. » – Arthur Schopenhauer  

Pour obtenir des sources fiables sur l’homéopathie, contactez-moi ou encore le SPHQ.org

Trois pages Facebook à suivre, HomeoPopuli, votre Mouvement Citoyen pour l’homéopathie au Québec, Ingrid Homeopathe et Syndicat professionnel des homéopathes du Québec.

Ingrid Schutt, homéopathe uniciste depuis 1998, membre du Syndicat Professionnel des Homéopathes du Québec. SPHQ.org

HOMEOPATHE.ca

Références : 

HENRY, Marc. Livret  L’homéopathie sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=KoQ_Qr6Z17Y&t=12s

Syndicat Professionnel des Homéopathes du Québec http://sphq.org/

* BODEKER, G., et autres. WHO Global Atlas of Traditional, Complementary and Alternative Medicine, 2005.

1 VAN WASSENHOVEN, M, et autres. « Nuclear Magnetic Resonance characterization of traditional homeopathically-manufactured copper (Cuprum Metallicum) and a plant (Gelsemium Sempervirens) medecines and controls », Homeopathy, 2017. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29157472

2 CARTWRIGHT, SJ. « Solvatochromic dyes detect the presence of homeopathic potencies », Homeopathy, 2016.

3 SARKAR, T, et autres. « Vibrational and Raman spectroscopy provides further evidence of free OH groups and hydrogen bond strength underlying difference in two more drugs at ultrahigh dilutions », International Journal of High Dilution Research, 2015.

4 La science de l’homéopathie Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=z5_SPltPuJg
5 OLIOSO, D., et autres. Arnica montana effects on gene expression in a human macrophage cell line. Evaluation by quantitative Real-Time PCR, 2016. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27211321
6 Rapport australien : https://www.hri-research.org/resources/homeopathy-the-debate/the-australian-report-on-homeopathy/

7 BORNHÖFT, G., et autres. « Effectiveness, safety and cost-effectiveness of homeopathy in general practice – summarized health technology assessment. », Forsch Komplementmed, 2006.

8 FOURNIER, Denis. Homéopathie et Homéopathes. Une ligne du temps des homéopathes et de l’homéopathie.

9 FROWDE, Henry. Counsels and Ideals from the Writings of William Osler, 1905. 

10 DAVIDSON, Jonathan. A Century of Homeopaths: Their Influence on Medicine and Health, Ed. Springer, 2014, page 7.

11 DAMASE, Michel, et autres. Drug counselling in pregnancy: an opinion survey of French community pharmacists.

12 http://sphq.org/quest-ce-que-lhomeopathie/recherches-etudes-scientifiques-communications/

13 L’homéopathie : Entre Faits et Fiction https://www.youtube.com/watch?v=pNxu1eRPJW8 

14 Homeopathy Research Institute https://www.hri-research.org/ 

15 GODDARD, Jayney. Homeopathy in epidemics and pandemics https://www.the-cma.org.uk/cma_images/Jayney’s%20Presentation.pdf  

16 LEARY, B. « The homoepathic management of cholera in the nineteenty century with special reference to the epidemic in London, 1854. », Med Ges Gesch, 1997. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11623647

17 BRACHO, G., et autres. « Large-scale application of highly-diluted bacteria for Leptospirosis epidemic control », Homeopathy, 2010. http://csoh.ca/News_2010-08_Leptospirosis_OriginalPaper.pdf

18 BRACHO, G. Homeopathy versus vaccines for Leptospirosis epidemics. https://www.youtube.com/watch?v=HsJSPgcmh4s&t=3s