Moi, je nourris mes sens de l’apprentissage !

Publié le 12 septembre 2023
Écrit par Sylvie Leblanc, n.d.

Moi, je nourris mes sens de l’apprentissage !
Expo Manger Santé 2 dates

Avec la rentrée, notre rythme de vie change. Pour une rentrée remplie de sens, dans tous les aspects du terme, il faut observer et poser quelques gestes constructifs afin d’améliorer la qualité de vie et d’optimiser le plaisir d’aller à l’école. J’aimerais m’adresser aux parents de mes cuistots, ici. Dans différentes cohortes, dont les enfants de 5 et 6 ans qui font leur entrée en première année, ou pour nos petits qui changent d’école ou de groupes d’amis, il est important d’avoir de bons outils. Parfois, tous nos sens sont requis pour apprivoiser cette nouvelle étape de façon positive afin d’aimer le milieu scolaire et d’y être à l’aise.

Quelquefois, comme parents, non pas par négligence, mais plutôt par habitude ou parce que le quotidien va trop vite, certains détails nous échappent en ce qui concerne les gens qui nous sont les plus chers et qui sont les plus près de nous. Il faut parfois un regard différent pour déceler ces « parfaites imperfections » de chaque être.

Avez-vous observé quelques-uns des facteurs importants en lien avec l’apprentissage chez vos enfants ?

Voici quelques questions qui peuvent améliorer leur qualité de vie en milieu scolaire :

  • Le sens de la vue : votre enfant plisse-t-il des yeux? A-t-il mal à la tête souvent ? Se frotte-t-il les yeux ? Se tient-il trop près des écrans ou des livres ?
  • Le sens de l’ouïe : votre enfant produit-il beaucoup de cérumen dans les oreilles? A-t-il souffert de nombreuses otites (tubes) ? Le volume sonore de ses appareils ou de son casque d’écoute est-il intense ? Vous fait-il répéter s’il n’est pas face à vous lors d’une discussion ?
  • Votre enfant passe-t-il une bonne nuit de sommeil? Est-il fatigué avant même sa journée en classe ?
  • Mange-t-il bien, à des heures régulières et avec une quantité suffisante de protéines et de bons aliments frais? A-t-il besoin d’une petite collation ?
  • A-t-il une respiration adéquate?
  • A-t-il des intolérances alimentaires, des allergies ou des sensibilités alimentaires, de l’eczéma ou un problème de santé?

Ce sont là quelques détails qui peuvent favoriser ou compromettre le plaisir d’être en classe et celui d’apprendre.

Ne pas oublier qu’en ce qui a trait à l’ouïe, la vision, ainsi que les autres sens, c’est le cerveau qui interprète les signaux envoyés aux différentes zones cérébrales. Un suivi chez un ostéopathe peut aussi être un atout à partir de la naissance.

Dans les mois qui ont précédé la préparation de cet article, j’ai eu des nouvelles du plus jeune d’une fratrie de quatre garçons, qui a maintenant plus de 25 ans et qui a terminé l’université avec succès. Petit, vers 5 ou 6 ans, cet enfant était considéré par tous comme étant très turbulent, et l’étiquette lui ayant été octroyée par l’entourage et même le corps professoral fut l’hyperactivité. Au moment où j’ai accueilli cet enfant, il criait et n’écoutait pas les consignes. Par curiosité, j’ai voulu interagir avec lui et lui ai proposé de jouer à un jeu, avec l’accord de ses parents. Lorsque j’ai voulu lui chuchoter des consignes, j’ai constaté alors qu’il n’entendait que très peu ! Considérant sa faible capacité d’écoute, j’ai alors demandé aux parents s’il avait été évalué par un ORL. D’après les professionnels consultés, à la suite de notre rencontre initiale, il entendait comme s’il avait été au fond d’une piscine ! Avec les conseils d’un professionnel en audition, son comportement ainsi que son estime de lui-même se sont considérablement améliorés. Comme quoi, de petites observations peuvent changer le destin d’un enfant !

La vision est un autre facteur, sans jeu de mots, à regarder de près. Avec toutes les consoles et tous les écrans à notre disposition maintenant, notre vision de près est plus que sollicitée. Des recherches menées depuis les années 2000 ont prouvé une augmentation phénoménale de la myopie reliée à un usage plus intensif des écrans. Il faut aussi, dans les débuts scolaires et régulièrement, évaluer la qualité de la vision. Vous trouverez plusieurs lignes d’encadrement et conseils sur le site pausetonécran.com.

« Je nourris mes yeux ! »

D’un point de vue nutritionnel, voyez les assiettes de votre famille en « colorama », car les pigments des végétaux sont des gages d’antioxydants favorables pour la santé des yeux. Ils contiennent notamment des caroténoïdes, dont de la lutéine, de la zéaxanthine, du lycopène, du bêta-carotène. Qu’ils soient orangés, jaunes ou verts, voici quelques aliments champions en caroténoïdes :

  • Bêta-carotène: melon, abricot, mangue, pêche, carotte, patate douce.
  • Lycopène : tomate, pastèque, goyave, pamplemousse rose, fraise.
  • Lutéine et zéaxanthine : brocoli, épinards, potiron, poivron, mangue, persil.

 

« J’oxygène mes cellules ! »

Avez-vous remarqué que, en période de stress, votre respiration change ? Cela n’est pas banal, car les échanges gazeux peuvent faire valser notre chimie intérieure, mais aussi notre capacité à produire de l’énergie pour résister au stress. À l’heure actuelle, beaucoup de recherches et d’informations pointent les mitochondries. Ce sont de petites usines d’énergie au sein même de nos cellules. Elles décomposent les molécules utilisées comme carburant et produisent l’énergie lors de la respiration cellulaire et des échanges qui s’en suivent. Il est donc impératif, pour avoir suffisamment d’énergie, d’apprendre à bien s’oxygéner. L’oxygénation cellulaire est importante, elle n’est pas seulement un outil essentiel lors d’une performance physique, mais c’est aussi maintenant connu que la mémoire, l’acuité et la concentration peuvent être perturbées dans un contexte de mauvaise oxygénation. Bien entendu, la qualité de l’air des milieux d’apprentissage est un dossier qui pourrait faire l’objet d’une chronique en soi…

Quelques questions s’imposent en ce qui a trait à une respiration optimale, qui permettra une oxygénation et une production d’énergie métabolique au sein des mitochondries et de l’organisme en général :

  • Votre enfant a-t-il des allergies respiratoires (rhinites) ?
  • Souffre-t-il d’asthme?
  • A-t-il tendance à faire de l’hyperventilation?

Notez qu’une des causes fréquentes associées à l’hyperventilation est le stress ou l’anxiété. Une autre cause fréquente est une mauvaise habitude respiratoire, qu’elle soit développée à la suite d’un problème pulmonaire ou d’un trauma. Selon le Dr Jean-Loup Dervaux, chercheur et médecin spécialisé en ORL, le SHV (syndrome d’hyperventilation chronique) est d’ailleurs très souvent lié à l’asthme et peut-être aussi associé à la spasmophilie. Afin de rééduquer le syndrome d’hyperventilation chronique, lors d’épisodes, on peut aider un individu en le faisant respirer dans un sac en papier, ce qui permet de « réabsorber » le CO2 expulsé et de rééquilibrer les taux sanguins.

Mais, à la base, il s’agit tout simplement de réapprendre à respirer très lentement en prenant des respirations plus profondes. Demander à votre enfant de mettre ses deux mains sur son bedon, afin de mieux prendre conscience de sa respiration. Avec les mains sur le ventre, on sent ce dernier se gonfler lors de l’inspiration et se dégonfler lors de l’expiration. Plusieurs ont une inspiration qui se limite aux épaules et au thorax supérieur, ce qui mène à une inspiration minimale et qui limite les échanges gazeux. Observez bien votre respiration ainsi que celle de vos enfants. Inspirez sur 4 ou 5 temps, retenez pendant 1 ou 2 temps et expirez pendant 5 ou 6 temps. Il existe plusieurs écoles de pensées liées à la respiration et aux temps pour relaxer ou stimuler l’énergie. Oui, la respiration est essentielle, et d’ailleurs si simple et accessible gratuitement à tous. Alors, réapprenez à respirer, relaxer avec vos enfants dans ce monde un peu trop intense.

Plusieurs professeurs et écoles d’enseignement plus progressistes enseignent maintenant des techniques de respiration issues de techniques millénaires, telles que les respirations yogiques « prana ». Le terme sanskrit prana désigne à la fois le souffle, l’énergie que celui-ci contient et sa manifestation organique.

 

« Je nourris bien mes cellules ! »

D’un point de vue nutritionnel, le Dr Dervaux préconise certains minéraux sous la forme d’oligo-éléments tels le magnésium (entre autres le cacao ; les légumineuses ; les céréales complètes ; les fruits secs biologiques sans sulfites, particulièrement l’abricot et la banane séchée ; tous les oléagineux ; les produits de la mer) et le potassium (entre autres les légumes verts ; les fruits secs sans sulfites ; les tomates d’été ; les fraises ; les bananes et les pommes de terre : tous biologiques). Ne pas oublier la betterave, car cette dernière est maintenant reconnue pour favoriser l’oxygénation cellulaire, sur le plan des performances tant physiques que cognitives.

Bien entendu, l’apport d’une multivitamine ou de suppléments alimentaires sous la forme d’oligo-éléments est un atout afin de s’assurer d’une santé optimale.

Évitez les surcharges en gaz carbonique, donc moins de boissons pétillantes où il y a un ajout de gaz carbonique (bulles), car ils perturbent l’assimilation de certains oligo-éléments importants dans les échanges gazeux.

L’apport de bons gras est aussi essentiel, pour favoriser la santé et l’activité des mitochondries. Le Dr Joseph Mercola préconise un programme complet, qu’il appelle le MMT (soit le Mitochondrial Metabolic Therapy). Ce mode de vie est très bien détaillé dans l’ouvrage Fat for Fuel, qui propose de nombreuses recommandations sur l’hygiène de vie, dont l’apport de probiotiques. Un autre phénomène nuisible selon le Dr Mercola est l’action défavorable de fertilisants de synthèse, l’action accablante des additifs alimentaires. Alors, consommons le plus d’aliments biologiques possible, pour notre santé et celle de la terre.

Être en éveil fait partie de la découverte, en ce qui concerne les petits plaisirs de la vie, mais aussi le développement de chaque être. Pour ce faire, il faut optimiser tous nos sens, particulièrement ceux de l’ouïe et de la vue. Alors, soyons à l’affût de tout ce qui pourrait favoriser positivement l’apprentissage.

 

Bonne rentrée à tous, prenez un bon bol d’air et nourrissez vos sens !

 

RÉFÉRENCES :

«Cohérence cardiaque 3.6.5, le guide de la respiration anti-stress» Dr. David O’Hare, Tierry Soucar Éditions,  106 pages

«Et si c’était de l’hyperventilation?», Dr Jean-loup Dervaux Leduc Éditions, 203 pages

«Fat for fuel» Dr Joseph Mercola, Hay house inc. Publishing, 339 pages,

«L’équilibre nerveux de mon enfant», Céline Arsenault, Le Dauphin Blanc, 210 pages

«Le cerveau de votre enfant est-il affamé?», Dr Micheal R. Lyon m.d., Dr G. Christine Laurell Ph.D., Mind Publishing, 307 pages

https://pausetonecran.com/