Nutrition évolutive des chiens – PARTIE 2

Publié le 15 février 2019
Écrit par adaptation d’extraits de l’ouvrage d’Ian Billinghurst Pointing the Bone at Cancer

Nutrition évolutive des chiens – PARTIE 2
Herbasante FR

Les fondements de l’alimentation « CRUE »   pour les chiens cet article est une adaptation d’extraits de l’ouvrage d’Ian Billinghurst Pointing the Bone at Cancer.

Dans mon article précédent, j’ai tracé les grandes lignes de l’évolution de nos chiens sur le plan des habitudes alimentaires. J’y ai montré comment l’évolution du chien s’est faite au cours de cinq périodes ou ères consécutives, chacune ayant eu un impact plus ou moins grand sur l’alimentation que nous devrions offrir à nos chiens aujourd’hui. Je conclus que « compte tenu de l’évolution du génome nutritionnel canin, nous sommes maintenant en mesure de concevoir un programme nutritionnel sain pour nos chiens modernes ». J’ai montré que les chiens sont aujourd’hui nutritionnellement adaptés à se nourrir de la peau, des os, de la chair, du sang et des organes internes, et que c’est à ces aliments que notre chien moderne est largement adapté. J’ai aussi souligné que s’il y a une chose qu’ils n’ont jamais mangée pendant cette longue période d’adaptation nutritionnelle, ce sont des grains cuits et, en fait, à peu près pas de grains crus non plus.

Dans la présente partie, j’aborderai les principes de l’alimentation CRUE – basée sur l’évolution de nos chiens – telle que présentée dans la première partie de cet article.

 

L’alimentation CRUE est un régime véritablement complet et équilibré par opposition aux aliments industriels frelatés légalement vendus, mais biologiquement incomplets.

En fait, je préfère qualifier cette alimentation de « régime de nutrition évolutive » pour nos chiens. Cependant, je reconnais certainement que le mot « crue » a son utilité pour ce qui est de la brièveté et du mordant.

 

Alors, qu’est-ce que le régime de nutrition évolutive canine ?

Le concept important à comprendre est que ce programme n’est pas constitué d’un ensemble fixe d’aliments crus ; il est très variable. L’élaboration d’un régime de nutrition évolutive, pour quelque animal que ce soit, repose sur la compréhension des principes de base.

Lorsque nous avons compris les principes de base d’un tel programme, nous sommes en mesure de produire rapidement et facilement un régime alimentaire sain à partir de ce qui est offert localement, à l’état cru, comme aliments entiers et biologiquement appropriés à l’espèce en question, et à n’importe quel moment.

Il y a cinq mots clés qui constituent les principes de base que nous utilisons pour développer un régime nutritionnel sain pour les chiens.

Ce sont :

  • charognard
  • carnivore
  • omnivore
  • cru
  • évolution

 

Premier principe : Nos chiens ont évolué en mangeant de la nourriture CRUE.

Les ancêtres de nos chiens vivaient exclusivement de nourriture crue, puisqu’il n’y avait RIEN d’autre ! Leur génétique, leur biochimie, leur physiologie, leur métabolisme tout entier sont conçus pour la consommation d’aliments crus. Il ne pourrait être destiné à quoi que ce soit d’autre !

Et les chiens domestiques n’ont pas évolué autrement.

 

Deuxième principe : Nos chiens ont évolué de façon à être des carnivores.

Toutes les races ! Ils adorent, ils peuvent et il leur faut manger d’autres animaux. Les chiens mangent des organes, de la viande, des os, des muscles, tout. Chaque élément joue un rôle dans l’alimentation évolutive.

 

Troisième principe : Nos chiens ont évolué en mangeant des matières végétales.

De ce fait, nos chiens sont OMNIVORES. Ils ont consommé des matières végétales pendant une grande partie de leur évolution, au moins depuis un million d’années et fort certainement depuis beaucoup plus longtemps.

Cette capacité, cette disponibilité, ce besoin même se sont intensifiés au cours des 15 000 dernières années.

L’évolution de nos chiens en a fait des consommateurs de légumes sans amidon et de fruits mûrs.

  • Le chien sauvage/féral mange le contenu intestinal de ses proies.
  • Le chien moderne mange des fruits.
  • Le chien moderne fourrage dans les vergers et les tas de compost.

Pour être utiles aux chiens, les légumes doivent être crus et broyés.

Ils doivent ressembler au contenu intestinal juteux des herbivores.

 

Quatrièmement, le point le plus important : L’évolution de nos chiens en a fait de grands charognards.

Au cours de leur évolution, ils ont mangé :

  • des ordures, de la vomissure, de la nourriture pourrie, de la chair pourrie ;
  • de la nourriture chargée de bactéries, des os enfouis (crus) ;
  • d’autres charognes et, bien sûr, des excréments !

Le plus important, je le répète, c’est que les chiens, en tant que charognards, ont évolué en mangeant beaucoup d’os crus auxquels restaient attachés du cartilage et des morceaux de chair. Ceux-ci constituent une part essentielle de la nutrition évolutive du chien, particulièrement du point de vue de l’apport en minéraux sous une forme biologiquement appropriée, en particulier du calcium, et tout particulièrement pour l’élaboration d’un régime évolutif pour les jeunes chiens en croissance !

En tant que charognards, les chiens sont également coprophages. Ils se nourrissent d’excréments, et les excréments fournissent un éventail d’éléments nutritifs essentiels.

 

Les nutriments fournis par les excréments, principalement sous forme de bactéries, comprennent :

  • des protéines et des acides gras essentiels de haute qualité ;
  • des bactéries probiotiques ;
  • beaucoup de vitamines, y compris le complexe B et la vitamine K.

Les excréments d’herbivores fournissent, en plus des matières végétales, des FIBRES qui sont, comme nous l’avons indiqué, un élément important du programme de nutrition évolutive canine.

 Maintenant, à ce point, je dois insister sur le fait que ce n’est PAS parce que nos chiens aiment manger des excréments et que les excréments représentent une riche source de nutriments importants pour les chiens que je recommande d’inclure des excréments dans le programme de nutrition évolutive canine.

C’est cependant un argument de poids pour certains types d’aliments ou de suppléments à ajouter !

Par exemple :

  • des œufs pour les protéines ;
  • du varech et de la luzerne pour les minéraux ;
  • du yogourt ou du kéfir pour les probiotiques ;
  • des poissons d’eau froide et leur huile pour les AGE oméga-3 ;
  • des suppléments vitaminiques.

Je tiens maintenant à souligner une fois de plus que ce régime alimentaire, principalement à base d’aliments crus, était le régime de la plupart des chiens jusqu’à ce que les aliments transformés à base de céréales, de faux aliments, deviennent la principale nourriture de nos chiens au cours de la décennie qui a suivi la Seconde Guerre mondiale (Post 1945).

Partant de ce qui précède, nous pouvons maintenant élaborer le régime de nutrition évolutive de base du chien, un régime qui sera bon pour toutes les étapes de sa vie, y compris la gestation, la croissance, la lactation et pour la santé des chiens âgés.

 

Ce régime ou cette recette de nutrition évolutive se résume à une très simple formule :

  • 60 % d’os charnus crus ;
  • 20 % de fruits et de légumes (principalement) à faible indice glycémique, crus broyés ;
  • 10 % d’abats crus ;
  • 10 % de suppléments pouvant ressembler aux excréments et aux autres matières consommées en milieu sauvage. Ces suppléments peuvent être du varech, du yogourt, des œufs crus et entiers, des huiles saines et des suppléments de vitamines.

Il est tout particulièrement IMPORTANT de noter que les principales sources d’énergie seront les protéines et les matières grasses. Les glucides solubles seront en quantité minimale. Les grains cuits et les autres féculents ou aliments glucidiques sont absents de cette alimentation.

 

Y a-t-il eu une adaptation nutritionnelle à l’époque des aliments transformés pour animaux de compagnie, avec l’homme ?

L’environnement culinaire le plus récent dans lequel nos chiens se sont trouvés peut être décrit comme l’environnement de l’alimentation transformée scientifiquement ou artificiellement, d’aliments à base de grains cuits, d’aliments pour animaux de ferme. Cette ère a commencé de façon modeste il y a environ 150 ans pour le chien, mais ne s’est réellement imposée qu’il y a 70 ou 80 ans aux États-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni (pendant la grande dépression des années 1930) et il y a environ 30 à 40 ans en Australie, soit à partir des années 1960 ou 1970.

Le même environnement a fait son apparition plus récemment au Japon (dans les années 1970 et 1980) et encore plus récemment dans des endroits comme l’Allemagne de l’Est, la Russie, la Chine et les pays du Sud-Est asiatique.

 

Voici quelques exemples des problèmes qui sont apparus et sont devenus très importants dans le monde canin depuis l’introduction des aliments transformés pour animaux de compagnie :

  • allergies graves
  • cancer
  • pancréatite
  • maladies auto-immunes
  • maladie parodontale
  • maladies intestinales inflammatoires
  • arthrite
  • insuffisance rénale

 

Une dépendance totale, malheureusement.

En cette ère moderne de nourriture pour animaux de compagnie, les chiens n’ont d’autre choix que de manger ce que nous leur servons. Cette situation ne poserait pas de problème si la nourriture que nous leur offrons était biologiquement appropriée et correspondait à un régime de nutrition évolutif. Malheureusement, c’est loin d’être le cas !

 

Après avoir lu ce qui précède, il y a deux questions que vous devriez vous poser :

1.Dans quelle mesure les faux aliments industriels sont-ils appropriés aux besoins nutritionnels de nos chiens ?

2.Quelles raisons pouvez-vous invoquer (si ce n’est leur commodité et peut-être leur coût) pour continuer à les nourrir avec de faux aliments d’origine industrielle ?

Sur le plan de la pertinence, compte tenu de l’histoire nutritionnelle du chien moderne, il est clair que l’alimentation industrielle moderne n’a aucun rapport avec les besoins nutritionnels des chiens aujourd’hui.

En réponse à la deuxième question, si nous voulons maximiser la santé et la longévité, tout en minimisant la douleur et la souffrance de nos chiens et en limitant le coût de leur présence dans notre vie du point de vue des factures vétérinaires, nous aurions très peu de raisons de commencer ou de continuer à nourrir avec de faux aliments industriels les chiens dont nous avons la garde.

 

Quelques conclusions

Le chien moderne a subi des changements nutritionnels extrêmes ces derniers temps. Nos chiens ont été forcés d’abandonner leur régime alimentaire évolutif pour s’adapter à un paradigme nutritionnel artificiel.

Pendant cette période incroyablement courte (du point de vue de l’évolution) le chien a connu les changements nutritionnels les plus radicaux de toute son histoire. Ironiquement, la plupart de ces changements (malavisés) ont été adoptés suivant les conseils de vétérinaires et de nutritionnistes vétérinaires. Malgré la source apparemment réputée de ces conseils, les résultats pour la santé qui ont suivi ont été on ne peut plus catastrophiques du point de vue des maladies dégénératives.

D’un point de vue darwinien ou évolutif, la maladie (dysfonctionnement corporel) résulte de l’incapacité d’un organisme à s’adapter à un environnement modifié. Dans le cas qui nous occupe, il s’agit d’un environnement nutritionnel qui a été modifié rapidement et radicalement. Sachant que les aliments modernes sont à la fois biologiquement incomplets et biologiquement dangereux, la solution à cet ensemble de problèmes apparemment complexe et difficile apparaît d’une simplicité aberrante.

 

Tout ce qu’il nous faut, c’est la volonté et les ressources pour y parvenir.

Comment allez-VOUS réagir à cette situation ?

La santé et le bonheur à long terme de votre chien ou de vos chiens seront déterminés par votre réponse !

 

Trois livres simples, mais très pertinents donnent plus de détails sur ce sujet d’une importance vitale :

  • Give Your Dog a Bone
  • Grow Your Pups with Bones
  • The BARF Diet

Ces trois ouvrages (en anglais seulement) sont accessibles à l’adresse suivante : www.drianbillinghurst.com.