Optimiser son espérance de vie avec les huiles essentielles

Publié le 10 janvier 2017
Écrit par Stéphanie Plamondon, Ac., M. Sc.

Optimiser son espérance de vie avec les huiles essentielles
Coffret Deuil 2

Le début de la nouvelle année représente un moment propice à l’adoption de résolutions et de nouvelles habitudes de vie en vue de fortifier l’organisme et d’augmenter son espérance de vie.

 

Les statistiques à cet effet sont très claires ; le simple fait d’arrêter de fumer, par exemple, permettrait de gagner jusqu’à 10 années supplémentaires de longévité. Dans cet effort de prendre soin et de maximiser son capital santé, une saine alimentation, de l’exercice physique soutenu et une bonne gestion du stress et du sommeil sont incontournables.

Qu’en est-il de l’aromathérapie ? Les huiles essentielles peuvent-elles participer à la prévention des maladies et au prolongement de l’espérance de vie ? Il est en effet courant de recourir aux huiles essentielles afin de traiter des affections quotidiennes, mais qu’en est-il de leur usage dans un but préventif ? Il s’agit là d’une question qui intéresse de plus en plus certains chercheurs en biologie végétale, dont les recherches permettent de découvrir que les molécules aromatiques agissent beaucoup plus profondément qu’on aurait pu le croire auparavant ; au niveau du terrain, elles permettraient de moduler et de fortifier.

À titre d’exemple, le romarin que l’on retrouve dans nos cuisines serait lié à une augmentation appréciable de l’espérance de vie chez les populations qui en consomment régulièrement.

Ces résultats seraient dus à sa richesse en molécules antioxydantes, qui protègent l’organisme et particulièrement le cerveau des effets néfastes des radicaux libres. Fait intéressant à noter, ces principes actifs se retrouvent autant dans la plante de romarin entière que dans l’huile essentielle qui en découle.

 

PRÉVENTION RELIÉE AU SYSTÈME DIGESTIF

D’autres huiles essentielles stimuleraient de façon particulière les fonctions du système digestif, permettant une meilleure assimilation des nutriments, et ultimement à ce que les cellules soient mieux nourries. Parmi ces huiles, la menthe poivrée et le zeste de citron soutiennent de manière importante les différentes étapes de la digestion. L’huile de thé du Labrador, quant à elle, est maintenant reconnue pour ses puissants effets protecteurs et antitumoraux hépatiques.

Connaissant la grande importance du foie dans le processus quotidien d’épuration des toxines qui s’accumulent dans l’organisme, en prendre soin à l’aide d’huiles essentielles digestives, détoxifiantes et antitumorales s’inscrit avantageusement dans un mode de vie préventif.

 

PRÉVENTION RELIÉE AU SYSTÈME HORMONAL

Que ce soit le géranium, qui joue un rôle dans l’équilibre du glucose sanguin, la sauge sclarée dans l’harmonisation des hormones féminines ou la carotte dans celle de la thyroïde, les huiles essentielles participent étroitement à la santé du système endocrinien. Comme ce dernier remplit une multitude de fonctions importantes au sein du corps, son équilibre est essentiel dans la prévention des affections. Parmi ces fonctions endocriniennes, les surrénales occupent une place de première importance dans la résistance aux maladies, et tout affaiblissement de ces précieuses glandes peut mener à un épuisement chronique et au développement de conditions dégénératives. Les huiles essentielles de conifères exercent une profonde réviviscence des glandes surrénales, particulièrement après une longue maladie, un travail exténuant ou une période stressante. Des propriétés antitumorales ont même été identifiées dans certaines huiles, dont le sapin baumier, l’épinette noire et le pin sylvestre.

Un état d’inflammation chronique est maintenant reconnu comme étant l’une des causes les plus importantes dans le développement du cancer. Les huiles essentielles de conifères, en régulant la réponse inflammatoire et en stabilisant la sécrétion de cortisol, participent étroitement à prévenir la maladie et à contribuer au prolongement de l’espérance de vie.

 

PRÉVENTION RELIÉE AU SYSTÈME IMMUNITAIRE

Le système immunitaire est à la base du combat contre les agents pathogènes (bactéries, virus, parasites) et les cellules atypiques. Certaines molécules aromatiques sont reconnues pour stimuler les défenses naturelles du corps en augmentant non seulement le nombre, mais également la mobilité et l’efficacité des globules blancs. Lorsque le système immunitaire est ainsi tonifié, il devient plus habile dans la détection et l’élimination des pathogènes et des cellules anormales à l’origine de si nombreuses affections dégénératives.

Parmi ces molécules aromatiques, le 1.8 cinéole, qui se retrouve en grande quantité dans des huiles essentielles telles que l’eucalyptus radié ou le myrte vert, joue un rôle important dans la tonification du système immunitaire en stimulant l’activité phagocytaire des macrophages, et ce, simplement par inhalation !

Une autre étude, cette fois menée au Japon, a permis de découvrir que de marcher ou de faire du camping en forêt augmente de façon significative l’activité ainsi que le nombre de cellules NK en plus de stimuler la production de protéines anti-carcinogènes intracellulaires dans les lymphocytes. Fait très intéressant, ces résultats se maintiendraient durant plus de sept jours après le retour à la maison. En plus du grand air et de l’état de relaxation qu’une telle activité procure, l’alpha-pinène dégagé par les arbres forestiers jouerait un rôle incontestable dans ces résultats.

 

D’AUTRES USAGES PRÉVENTIFS

 

Voici quelques résultats de recherches scientifiques supplémentaires qui commencent tout juste à mettre en évidence l’efficacité des huiles essentielles dans la prévention des maladies :

Les huiles essentielles riches en carvacrol (origan à fleurs compactes, sarriette des montagnes, thym à thymol) préviennent certains cancers en inhibant la multiplication cellulaire par apoptose, notamment de cellules hépatomes humains HepG2, impliquées dans le cancer du foie ;

Le thymol, retrouvé dans le Thymus vulgaris thymoliferum, induirait l’apoptose des cellules cancéreuses impliquées dans la formation de cancers des os et inhiberait la prolifération de cellules MCF-7, impliquées dans le cancer du sein ;

Les aldéhydes terpéniques contenus dans l’eucalyptus citronné joueraient un rôle important dans le maintien d’une tension artérielle saine en freinant l’entrée du calcium dans les cellules cardiaques ;

Les coumarines retrouvées dans les essences d’agrumes protégeraient et fortifieraient les vaisseaux sanguins en agissant comme la vitamine P (oxérutine), un flavonoïde qui possède des propriétés antithrombotiques et vasoprotectrices.

Les recherches concernant les propriétés préventives des huiles essentielles foisonnent présentement et annoncent des résultats très prometteurs. Afin de bénéficier de leurs bienfaits, il peut être intéressant de les intégrer à des cures saisonnières, permettant ainsi de tonifier et d’optimiser le fonctionnement tout entier de l’organisme.

 

CURE D’HIVER

  • 5 gouttes d’HE d’épinette noire (Picea mariana)
  • 5 gouttes d’HE de pin blanc (Pinus glauca)
  • 5 gouttes d’HE de sapin baumier (Abies balsamea)

Mélanger les huiles essentielles et appliquer quelques gouttes sur les avant-bras, le thorax et la région des surrénales trois fois par jour, pendant trois semaines.

Cette cure tonifie en particulier les systèmes pulmonaire, immunitaire et endocrinien, en plus de régulariser la production de cortisol et de diminuer l’inflammation chronique.

 

CURE DE PRINTEMPS

  • 1 goutte d’HE de carotte (Daucus carota)
  • 1 goutte d’HE de céleri (Apium graveolens)
  • 1 goutte d’HE de thé du Labrador (Ledum groenlandicum)

Diluer les huiles essentielles dans ¼ c. à thé d’huile d’olive et prendre à l’interne après les repas trois fois par jour, pendant trois semaines. Cette cure tonifie le système digestif, et plus particulièrement les activités détoxifiantes du foie.

 

CURE D’ÉTÉ

  • 1 goutte d’HE de bois de santal (Santalum album)
  • 1 goutte d’HE de palmarosa (Cymbopogon martinii)
  • 1 goutte d’HE de ylang ylang (Canaga odorata)

Mélanger les huiles essentielles et masser sur la région du cœur trois fois par jour, pendant trois semaines. Cette cure tonifie le système cardiovasculaire, renforce le cœur ainsi que la qualité de l’oxygénation du sang.

 

CURE D’AUTOMNE

L’automne représente un moment idéal pour tonifier le système respiratoire afin de permettre une oxygénation plus profonde du sang et de l’organisme. Plus les organes sont oxygénés, plus ils fonctionnent de façon optimale. Voici une formule à diffuser.

  • 5 gouttes d’HE d’eucalyptus radié (Eucalyptus radiata)
  • 5 gouttes d’HE de myrte vert (Myrtus communis cineolifeum)
  • 5 gouttes d’HE de romarinà cinéole (Rosmarinus offinalis cineoliferum)

Placer les huiles essentielles dans un nébulisateur et diffuser 20 minutes 3 fois par jour, tous les jours, pendant 3 semaines.

Cette cure tonifie en particulier les systèmes pulmonaire et immunitaire. En les ajoutant à une hygiène de vie basée sur une alimentation saine, de l’exercice physique régulier, une bonne gestion du stress et du sommeil, les huiles essentielles permettent le fonctionnement optimal de l’organisme et contribuent ainsi à augmenter l’espérance de vie. Elles harmonisent le fonctionnement des organes et rechargent en profondeur l’énergie vitale.

Enfin, mais non le moindre, les huiles essentielles permettent de maintenir une relation avec la nature de laquelle nous sommes de plus en plus coupés et éloignés. Si ce n’est que pour cette raison, elles devraient faire partie intégrante de notre quotidien.

 

RÉFÉRENCES

Disponibles à la demande du lecteur