Plantes digestives pour journées festives

Publié le 20 novembre 2017
Écrit par Anny SCHNEIDER, Auteure et herboriste-thérapeute accréditée

Plantes digestives pour journées festives
GUT-FX fr

« Convier quelqu’un à sa table, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous votre toit »

 

Ah ! Combien nous, Occidentaux de l’hémisphère Nord, sommes gâtés côté abondance et choix alimentaires, particulièrement durant la période de nos fêtes les plus importantes, où nous commettons presque tous quelques abus. Dieu merci, la nature et la culture comprises, nous avons quelques ressources traditionnelles sûres et éprouvées grâce aux plantes aromatiques et médicinales, nombreuses pour faciliter la digestion et l’assimilation de ces mélanges de plats copieux et souvent trop raffinés. En entrée saine, un mélange d’huile d’olive (ou une autre huile plus fine comme Grenoble, noisette…) et de vinaigre balsamique vieilli pendant au moins trois ans, simplement servi dans une jolie assiette avec du bon pain frais, aide à capitonner tout le système digestif pour les mélanges qui suivront. Les apéritifs amers traditionnels européens, que ce soit le Martini, la Suze, le Cynar, la Chartreuse ou l’amer Picon, s’offrent en boisson de bienvenue et contiennent tous des plantes amères.

Que ce soit l’absinthe, l’artichaut, la gentiane ou la tanaisie, on les retrouve dans ces formules traditionnelles, délayées avec de la bière (!), de l’eau ou de la glace.

On pourrait d’ailleurs confectionner nos propres apéros santé sans alcool avec certaines de ces plantes toniques amères en décoction adoucies au jus de fruits, voire de légumes. Ces apéros seraient joliment garnis de feuilles de menthe et d’une branche de céleri.

Nos propres plantes sauvages amères, soit l’acore, l’armoise, la tanaisie, savoyane, ou cultivées, telles que l’artichaut, les chardons, la livèche ou le marrube, parcimonieusement dosées, pourraient convenir à cet effet.

Après les salades bio, variées et colorées pour l’occasion, toujours plus indiquées en début de repas pour l’apport enzymatique et fibreux, avec des entrées de fruits de mer ou de poissons, on choisit ces aromates appropriés.

L’aneth, le fenouil, la sauge ou le romarin se marient bien avec ce type d’aliments, de plus en plus luxueux vu l’état vulnérable de nos mers….

Avec la plupart des viandes, surtout mélangées comme dans la tourtière, on choisit des épices et plantes antiputrides comme le clou de girofle, le piment de Jamaïque et des classiques comme les herbes de Provence : marjolaine, origan ou thym.

Dans les desserts, les tartes aux pommes par exemple, la cannelle est toujours appropriée, sinon les biscuits aux graines d’anis ou encore les pains d’épices très piquants, y compris avec cayenne et curcuma, vont soulager le travail du foie et faciliter l’assimilation de tous ces mélanges si riches souvent indigestes.

Des décoctions vraiment digestives seront évidemment plus efficaces que tous les cafés ou thés de la planète la plupart trop acides ou astringents.

Je suggère ce mélange délicieux de plantes fraîches ou séchées.

 

DÉCOCTION AROMATIQUE ET CARMINATIVE DES AGAPES

Quantité suffisante pour 1 litre d’eau (4 grandes tasses) bouillie pendant 3 minutes avec les plantes infusées de 5 à 7 minutes puis filtrées, servi dans de jolies tasses avec ou sans miel local ou sirop d’érable et petits biscuits aux épices !

  • 2 étoiles d’anis ou badiane
  • 2 noix de cardamome verte
  • 1 bâton de cannelle
  • 6 feuilles de sauge
  • 3 feuilles de menthe verte

À boire à petites gorgées dans la soirée, en échangeant de belles histoires et de bons vœux avec nos bien-aimés !

Bien sûr, comme c’est jour de fête, si on n’est pas rébarbatif à l’alcool, ce qui est de plus en plus répandu, on pourra offrir ou déguster une liqueur aromatique commerciale comme la Goldschläger à la cannelle, la Chartreuse à la tanaisie, la crème de menthe ou l’alcool de menthe Ricqlès ou encore la célèbre Eau de Mélisse des Carmes Boyer, sinon un dé du non moins réputé Élixir du Suédois et sa cinquantaine d’ingrédients plus ou moins secrets !

Un autre classique bien connu des gastronomes, la liqueur au brou de noix de Grenoble (ah ! la recette de feu mon papa !), ou encore une petite shot d’eau-de-vie de kirsch, mirabelle ou poire Williams, à déguster à toutes petites goulées dans de minuscules verres appropriés. Au Québec, désormais, on fabrique aussi un gin (au genièvre), de la vodka, (à l’orge et aux herbes boréales secrètes), du calvados de pomme ou encore de l’alcool d’érable, à goûter raisonnablement, évidemment entre 30 et 60 degrés d’alcool en moyenne !

Nos alcoolatures et teintures mères d’herboristes qualifiées, fabriquées avec conscience et bonnes pratiques de cueillette et de transformation, remplissent, elles aussi, très bien leur office de digestif, simplement à la dizaine de gouttes diluées dans de l’eau, du jus ou, bien sûr, dans de bonnes tisanes aux effets complémentaires.

 

Note : Quand la décoction de gingembre ou la friction du front et de l’abdomen avec de l’huile essentielle de menthe poivrée ne suffisent pas, pour ceux qui commettent vraiment de gros abus, garder à portée de main du charbon activé. C’est une panacée efficace pour diminuer la nausée et la diarrhée, voire les intoxications alimentaires et allergies sévères. Elle a des effets beaucoup plus rapides en poudre, même si elle est plus facile à trouver en capsules.

 

Sur ce, je vous souhaite un bon temps des fêtes rempli de joie et d’amour, et surtout d’entretenir et de préserver votre bonne santé, première condition pour préserver votre liberté de choix et de mouvement !