Quand rire rime avec bien-être

Publié le 15 octobre 2018
Écrit par Laëtitia Laurendeau

Quand rire rime avec bien-être
GUT-FX fr

La recherche du bien-être et une quête qui peut parfois paraître compliquée. Et la gestion des émotions y joue pour beaucoup.

 

Il est reconnu que se libérer de ses émotions permet d’apprendre à mieux les gérer. Mais comment ? Quelle approche utiliser pour se sentir mieux ? Quel est le moment le plus opportun pour favoriser son bien-être ? Pour certains, le rire est si rare qu’il est devenu un luxe… Les principales peurs de l’être humain sont la mort et celle du ridicule. Et nous savons tous, pour l’avoir expérimenté un jour, que le ridicule ne tue pas. Alors, explorons aujourd’hui une technique qui ne laissera personne indifférent : l’utilisation du rire pour favoriser le bien-être.

 

Le rire, son origine, son histoire et son impact sur les relations sociales

L’humour et le rire favorisent depuis toujours les rapports sociaux. Qui n’a jamais sorti une bonne blague pour détendre une atmosphère tendue ? Un simple sourire dans une querelle peut parfois même faire éclater un rire, relâcher la tension et favoriser la réconciliation.

Le rire est maintenant utilisé en salle de classe pour décharger les élèves de leur stress et de leur excès d’énergie afin qu’ils soient plus concentrés sur la matière. Le rire en classe pourrait d’ailleurs aider à lutter contre l’intimidation1.

Bien plus qu’une action pour établir un lien social, l’humour serait l’un de nos plus grands mécanismes de défense. L’humour permet en effet de prendre une distance par rapport aux choses, et diffère de l’évitement ou de la mise à l’écart. Ce niveau de fonctionnement assurerait une adaptation optimale aux facteurs de stress2 .

Le spectre d’action de la thérapie par le rire, aussi appelée « rigologie », est plus large que la personne qui le pratique. Pourquoi ? Parce que son bien-être se répercute sur son entourage, qui bénéficie indirectement ou directement de ses bienfaits.

 

L’histoire de l’utilisation du rire axée sur la santé et le bien-être

Le yoga du rire ou thérapie par le rire agit de la même façon que le yoga traditionnel : il agit sur le système parasympathique, ce qui entraîne naturellement une sensation de calme, de relaxation et de bien-être.

«Je me suis dit: « Si je dois arrêter de rire au motif que j’ai un cancer, je suis déjà mort. » Et j’ai compris qu’il ne fallait jamais au grand jamais lâcher la faculté précieuse entre toutes de rire de tout cœur. Même quand on est atteint d’une maladie mortelle, il reste de nombreuses occasions de rigoler, et je recommande chaudement de les saisir toutes au vol. » Dans son ouvrage intitulé On peut se dire au revoir plusieurs fois, le neuropsychiatre David Servan-Schreiber souligne l’importance de prendre soin de soi. Il insiste sur l’importance de prendre soin de sa santé psychologique, en cultivant « sa vie intérieure » par le rire ou par toute autre activité qui nous procure du plaisir à vivre. Faire quelque chose qui nous fait vibrer, qui nous fait naturellement sourire, ou quand vivre rime avec plaisir. Ces vibrations sont facilement ressenties lorsqu’on se met à rire. Et on se met à vibrer tant du point de vue énergétique que physique.

D’un point de vue physique, telles des vagues, les mouvements spasmodiques du diaphragme provoqués par le rire massent les organes internes. Ce massage, par ce mouvement de va-et-vient, permet de mieux éliminer le dioxyde de carbone de l’organisme et donc les toxines. La respiration se voit alors améliorée, et les tensions émotionnelles et physiques sont relâchées. On observe donc une meilleure respiration et une meilleure oxygénation grâce au rire, mais ce n’est pas tout. Le système sanguin en bénéficie également en voyant la tension artérielle se réduire.

D’un point de vue énergétique, le rire favorise la sécrétion de nos propres antidouleurs appelés « endorphines ». Celles-ci décontractent les muscles et favorisent un état de bien-être. Cet état de bien-être est aussi provoqué par une baisse de cortisol et d’adrénaline, ce qui aide le système sympathique surchargé à mieux se relaxer. Le rire permet enfin de recharger nos batteries, et donc d’augmenter notre énergie. Il permet une meilleure gestion du stress et de l’anxiété. Et cette meilleure gestion du stress renforce le système immunitaire, d’où une santé améliorée. En résumé, tout est relié.

 

Quelques faits intéressants

*Rire de bon cœur et se forcer à rire entraînent les mêmes bénéfices. Vous en doutez ? Dans les deux cas, ce sont les mêmes signaux nerveux qui sont envoyés à notre cerveau quand on sourit. Une étude menée par les psychologues de l’Université de Cardiff, dont le Dr Lewis, a mis en lumière que les personnes qui ont reçu du botox au front étaient plus sujettes à la déprime. En effet, en bloquant les muscles du visage, le botox bloque aussi les signaux nerveux envoyés à notre cerveau quand on sourit. L’hémisphère droit du cerveau relié aux émotions ne reçoit donc plus l’information positive, ce qui finit par nous rendre dépressifs. Donc, dans tous les cas, rire fait du bien, même quand on se force à rire.

  • L’hémisphère gauche est le siège de la raison, de la logique et de l’analyse, tandis que le cerveau droit régit la créativité, les émotions, l’imagination et le rire. C’est l’équilibre entre les deux qui facilite la prise de bonnes décisions et favorise un sentiment de bien-être. Et le rire, au même titre que la méditation ou l’hypnose, contribue à synchroniser les hémisphères du cerveau.
  • Les études montrent que le rire a la même action bénéfique sur toutes les personnes, et ce, toutes cultures et personnalités confondues3.
  • Le Dr William Fry a démontré qu’une minute de rire équivaut à 10 minutes de rameur, ce qui est comparable à un excellent exercice aérobique.
  • Le rire accentue l’éclat de notre regard en stimulant nos glandes lacrymales. Ceci nous rend plus attrayants et chaleureux, et facilite la création de liens sociaux.

 

Entretien avec Sylvie Dagenais-Douville, auteure, conférencière et fondatrice de l’Institut du rire selon la méthode internationale du Docteur Madan Kataria

« La majorité des gens y adhèrent facilement. Une attitude de non-jugement pour ceux qui désirent expérimenter la thérapie par le rire est le principal défi. Le lâcher-prise est parfois difficile pour les esprits plus cartésiens, mais ce n’est pas impossible. Utiliser son côté rationnel pour aller vers le mieux-être serait une voie à développer. On laisserait ainsi l’hémisphère gauche du cerveau pour tendre plus vers l’hémisphère droit et développer son côté imaginatif et sa créativité. »

Sylvie a développé sa pratique en Ontario avant de revenir récemment au Québec. C’est en gérontologie et en oncologie que Sylvie exerce comme animatrice et formatrice avec ses programmes Rire sans raison et Yoga du rire. Ce dernier est considéré comme un outil précieux auprès de survivants du cancer au centre Maplesoft d’Ottawa, et ce, autant pour les personnes atteintes du cancer que pour leurs familles et leurs proches qui les accompagnent et agissent comme aidants. Aujourd’hui, cette passionnée du rire multiplie les projets dans plusieurs hôpitaux montréalais, notamment à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, où elle organise des ateliers-conférences pour les patients et leurs aidants, et aussi pour les membres du personnel de l’hôpital Douglas.

 

Les principaux buts de la thérapie par le rire sont :

  • Développer une joie intérieure,
  • Amener la résilience,
  • Accompagner sur le plan psychosocial,
  • Aider à relier le corps à l’esprit,
  • Mieux gérer les émotions qui influent sur la santé.

 

Pour Sylvie, la thérapie par le rire est une passion qui s’accentue chaque fois qu’elle « allume la lumière à l’intérieur ». Raviver dans les cœurs, le cœur d’enfant que nous avons tous, c’est ce qui la conforte dans sa pratique. Sa vision à terme ? « Que la thérapie par le rire soit une partie intégrante du plan de guérison, de la même façon qu’on recommande de marcher, de bien dormir ou de boire de l’eau. » Vous pouvez contacter Sylvie par son site au www.institutdurire.com.

 

Conclusion

Nous disposons de techniques et de solutions simples qui ont malheureusement tendance à être oubliées. Ces techniques et ces solutions, comme beaucoup de ce que nous cherchons, se trouvent en nous. S’ouvrir et découvrir permet aussi de s’aider à guérir. Et bien des fois, cela peut aussi passer par le rire. Pour optimiser votre circulation d’énergie et profiter de son action bénéfique sur le système en général, seriez-vous prêt ou prête à intégrer le rire dans votre quotidien ?

 

RÉFÉRENCES

  1. www.lapresse.ca/vivre/societe/201411/10/01-4817477-classe-de-rire.php
  2. Pour combattre le stress à l’école : http://ici.radiocanada.ca/emissions/l_heure_de_pointe_toronto/2013- 2014/chronique.asp?idChronique=353568
  3. DSM-IV, Annexe B : Glossaire des mécanismes de défense p936 et http://fr.wikipedia.org/wiki/Mecanisme_de_defense
  4. www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2719285/

Autres : Recherche du docteur Michael Miller de l’université du Maryland sur les bienfaits du rire sur le cœur et le système cardiovasculaire, www.laughteryoga.org/french