Quel âge avez-vous réellement ?

Publié le 31 mars 2024
Écrit par Eric Simard, docteur en biologie et chercheur

Quel âge avez-vous réellement ?
Now pour mai 2024

Je vais vous annoncer une grande nouvelle. Et si je vous disais que vous n’avez probablement pas l’âge que vous prétendez avoir ? Beaucoup de gens seront contents… et d’autres moins. C’est que d’un point de vue biologique, l’âge réel d’une personne varie par rapport à son âge chronologique, avec jusqu’à 30 ans d’écart parfois. Ainsi, nous trouvons dans les populations de par le monde, des gens de 95 ans avec de bonnes habitudes de vie ayant la capacité de personnes de 65 ans qui n’ont pas de bonnes habitudes. Ces 30 ans d’écart pourraient même être encore plus grands parce que nous n’avons pas étudié finement le profil de gens qui optimiseraient leurs habitudes de vie en fonction d’une meilleure longévité. Ainsi, il est peu probable que votre âge biologique corresponde précisément à votre âge chronologique (celui que vous fêtez chaque année).

 

Les études scientifiques sur la longévité cellulaire et les processus biologiques du vieillissement ont mis en lumière un grand nombre de paramètres qui peuvent être mesurés pour caractériser l’état physiologique d’une personne et nous permettre de la comparer avec la moyenne de la population. Il est ainsi possible d’établir une multitude de profils de référence, en fonction de l’âge des personnes, qui peuvent permettre de vous comparer. Les outils les plus précis sont actuellement ce que l’on appelle les « horloges épigénétiques » utilisant la méthylation de l’ADN. L’épigénétique est la régulation de la lecture de nos gènes en fonction de notre programmation génétique, du cadre de lecture laissé par nos parents et de nos habitudes de vie.

Par exemple, les gens les plus actifs physiquement activeront plus fortement les gènes reliés à la défense antioxydante pour leur permettre de compenser l’augmentation causée par l’activité physique. Cette modification de la fréquence de lecture se fait par méthylation et déméthylation (un processus réversible) ; l’ajout d’un groupement « méthyl » (CH3-) qui est reconnu par l’équipement de lecture de notre ADN. Il est donc possible de modifier la fréquence de lecture, d’arrêter complètement l’expression d’un gène, ou même, de démarrer la lecture de tout un groupe de gènes relié à une activité particulière comme la défense contre le cancer ou encore, les processus de réparation cellulaire.

 

Tout au long de notre vie, certains gènes seront activés et d’autres seront désactivés afin de nous permettre de croître, de nous développer et de nous reproduire. De la même façon, selon notre manière de vivre, ces gènes méthylés ou non peuvent indiquer à quel point notre organisme fonctionne comme un organisme plus jeune ou plus vieux que notre âge réel. Vous vous dites peut-être : à quoi cela peut bien servir de le savoir ? Eh bien, très certainement à vous motiver et à mesurer l’impact de l’amélioration de vos habitudes de vie ou de l’usage des gérosuppresseurs sur votre santé et vos chances de longévité.

Imaginez que vous avez actuellement un âge chronologique de 55 ans et que l’évaluation vous donne un âge biologique de 68 ans. Vous pourriez chercher à vous prendre en main, vous faire accompagner dans l’amélioration de vos habitudes de vie, et vous refaire tester 6 mois plus tard pour réaliser que vous avez maintenant 62 ans. Ces évaluations auront certainement des effets de motivation importants, puisqu’ils permettront de mettre en évidence des impacts qui ne sont pas reliés à des symptômes de maladies, mais à l’optimisation de la santé. Ils permettront aussi de suivre votre vitesse de vieillissement ; de vous dire si vous vieillissez plus rapidement que la moyenne des gens de votre âge, ou encore, que votre vitesse de vieillissement a augmenté ou diminué.

Maintenant vous vous dites « c’est bien beau l’âge biologique, mais de là à ralentir le vieillissement !’ » Il faut savoir que le premier article scientifique, provenant de 30 chercheurs du domaine, ayant énoncé qu’il sera bientôt possible de ralentir le vieillissement humain, a été publié en janvier 2015 (Longo et autres, 2015). Je vous parle ici bel et bien de ralentir le vieillissement primaire, le vieillissement de vos cellules, et non pas d’agir sur les conséquences du vieillissement comme l’augmentation de l’oxydation ou de l’inflammation. Le fait d’agir directement sur les processus du vieillissement primaire aura des impacts beaucoup plus importants pour la santé que de simplement agir sur les conséquences du vieillissement.

 

Un chercheur américain du domaine de la longévité, Dr Jay Olshansky de l’Université d’Illinois à Chicago, croit même qu’il pourrait s’agir du plus important impact en santé de l’histoire de l’humanité. De la même façon, Matt Kaeberlein, éminent chercheur américain, professeur à l’école de médecine de l’Université de Washington, a évalué en 2019 que le ralentissement du vieillissement aura un impact plus important sur la longévité en santé que le fait d’être capable de traiter tous les cancers, ou encore, de traiter toutes les maladies du cœur, ou même, de traiter les deux ensemble. Le ralentissement du vieillissement réduira l’incidence de l’ensemble des maladies associées.

Pour vous donner une idée des bénéfices potentiels de ralentir le vieillissement, une étude publiée dans la prestigieuse revue scientifique Nature Aging (Waziry et autres, 2023) a conclu à partir des données d’une étude clinique humaine de grande qualité que le ralentissement du vieillissement observé sur une période de 2 ans, de seulement 2 %, correspond à une diminution des risques de mortalité de 10 à 15 %. Il s’agit d’un avantage de l’amplitude des bénéfices d’une cessation tabagique.

Outre les saines habitudes de vie, des molécules naturelles, que nous sommes en train de découvrir par nos travaux de recherche ici au Québec, permettront aussi de ralentir le vieillissement primaire. C’est ce que l’on appelle des « gérosuppresseurs ». Nous en avons découvert en autre dans les graines de céleri, le ginkgo biloba, la valériane, la passiflore et le palmier nain. Les recherches continuent pour bien caractériser leurs mécanismes et leurs bénéfices. En attendant, les polyphénols d’olives et le resvératrol sont certainement les deux extraits de plante gérosuppresseurs les mieux documentés scientifiquement.

 

La grande nouvelle n’est pas que vous n’avez pas l’âge que vous pensiez, mais que nous développons actuellement un nouvel outil, en même temps que nous caractérisons les effets métaboliques des gérosuppresseurs, ici au Québec, afin d’évaluer plus facilement votre âge biologique et vous permettre d’y avoir accès à moindre coût.

Vous n’aurez bientôt plus besoin de mentir sur votre âge, il vous suffira de donner fièrement votre âge biologique.

 

 

RÉFÉRENCES : 

Castillo-Quan et al, 2015. Genetics and pharmacology of longevity: the road to therapeutics for healthy aging. 2015;90:1-101.

Cao et al, 2022. The Effect of Resveratrol on Blood Lipid Profile: A Dose-Response Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Nutrients. 2022 Sep 11;14(18):3755.

Chang et al, 2019. Measuring population ageing: an analysis of the Global Burden of Disease Study 2017. Lancet Public Health. 2019 Mar;4(3):e159-e167.

Deelen et al, 2016. Employing biomarkers of healthy ageing for leveraging genetic studies into human longevity. Exp Gerontol. 2016 Sep;82:166-74.

de Pablos et al, 2019. Hydroxytyrosol protects from aging process via AMPK and autophagy; a review of its effects on cancer, metabolic syndrome, osteoporosis, immunemediated and neurodegenerative diseases. Pharmacological Research 143 (2019) 58–72.

Franzago et al, 2022. The epigenetic aging, obesity, and lifestyle. Front Cell Dev Biol. 2022 Sep 13;10:985274.

Fytili et al, 2022. Effect of Long-Term Hydroxytyrosol Administration on Body Weight, Fat Mass and Urine Metabolomics: A Randomized Double-Blind Prospective Human Study. Nutrients. 2022 Apr 6;14(7):1525.

Galiniak et al, 2019. Health benefits of resveratrol administration. Acta Biochim Pol. 2019 Feb 28;66(1):13-21.

Ismail K, Nussbaum L, Sebastiani P, Andersen S, Perls T, Barzilai N, Milman S. 2016. Compression of Morbidity Is Observed Across Cohorts with Exceptional Longevity. J Am Geriatr Soc. 2016 Aug;64(8):1583-91.

Kaeberlein, 2019. It is Time to Embrace 21st-Century Medicine, Public Policy & Aging Report, Volume 29, Issue 4, 2019, Pages 111–115, https://doi.org/10.1093/ppar/prz022

Kondoh et Kameda, 2023. Metabolites in aging and aging-relevant diseases: Frailty, sarcopenia and cognitive decline. Geriatr Gerontol Int. 2023 Oct 13.

Korsholm et al, 2017. Comprehensive Metabolomic Analysis in Blood, Urine, Fat, and Muscle in Men with Metabolic Syndrome: A Randomized, Placebo-Controlled Clinical Trial on the Effects of Resveratrol after Four Months’ Treatment. Int J Mol Sci. 2017 Mar 4;18(3):554.

Longo et al, 2015. Interventions to Slow Aging in Humans: Are We Ready? Aging Cell. 2015 Aug;14(4):497-510.

López-Otín et al, 2013. The hallmarks of aging. Cell. Jun 6;153(6):1194-217.

Mamoshina et al, 2018. Population Specific Biomarkers of Human Aging: A Big Data Study Using South Korean, Canadian, and Eastern European Patient Populations. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2018 Oct 8;73(11):1482-1490.

Roberts et al, 2023. The Effect of a Hydroxytyrosol-Rich, Olive-Derived Phytocomplex on Aerobic Exercise and Acute Recovery. Nutrients. 2023 Jan 13;15(2):421.

Seals et al, 2016. Physiological geroscience: targeting function to increase healthspan and achieve optimal longevity. J Physiol. 2016 Apr 15;594(8):2001-24.

Singh et al, 2019. Health benefits of resveratrol: Evidence from clinical studies. Med Res Rev. 2019 Sep;39(5):1851-1891.

Waziry et al, 2023. Effect of long-term caloric restriction on DNA methylation measures of biological aging in healthy adults from the CALERIE trial. Nat Aging. 2023 Mar;3(3):248-257.

Yi et al, 2023. The efficacy and safety of β-nicotinamide mononucleotide (NMN) supplementation in healthy middle-aged adults: a randomized, multicenter, double-blind, placebo-controlled, parallel-group, dose-dependent clinical trial. Geroscience. 2023 Feb;45(1):29-43.