Retour à la source de notre vitalité

Publié le 20 novembre 2018
Écrit par Francine Dubuc, T.S., PCC, n.d.

Retour à la source de notre vitalité
Omega Alpha FR (immunité)

Le chemin de la transformation, c’est de retrouver notre essence, notre vraie nature. Ce n’est pas de vouloir changer, guérir, « fixer » ou manipuler quoi ce soit.

 

C’est de dépasser les limitations de nos propres conclusions à notre sujet. Descartes a écrit : « Je pense donc je suis ». Pourtant, nous ne sommes pas nos pensées, alors qui sommes-nous ? Selon les pratiquants assidus de la méditation, nous sommes la présence qui observe nos pensées, qui peuvent autant générer des émotions de joie que d’anxiété en nous. Ce bouillon d’émotions et de pensées, qui sont trop souvent réprimées, est ressenti dans tout notre corps, et ce dernier peut s’épuiser à vivre des peurs qui n’arriveront jamais ou encore des regrets et colères d’un passé bien lointain.

Cette grande vitalité avec laquelle nous arrivons tout-petits se dissipe au fil des années, au fur et à mesure que notre bagage émotionnel s’alourdit. Est-ce la fatalité de l’expérience humaine qu’il en soit ainsi ? Certainement pas. Nous croyons que plusieurs facteurs contribuent à cette perte progressive d’énergie vitale.

Voici une liste de facteurs pouvant, selon nous, contribuer au déclin de notre vitalité :

  • Le paradigme partagé d’un monde hostile et compétitif, où nous devons nous battre pour survivre et faire notre place ;
  • Les croyances collectives au sujet du vieillissement ;
  • Une culture où être stressé est valorisé ;
  • Un mode de vie toxique ;
  • La qualité de nos relations avec nous-mêmes et les autres ;
  • Une alimentation hautement transformée et peu nutritive ;
  • L’inactivité physique ;
  • Des pensées et attitudes négatives ;
  • De la colère et des peines réprimées ;
  • Un environnement toxique.

 

Le plus grand stress…

… est de croire qu’il faut se battre pour tailler SA place dans le monde. C’est comme de continuer à se battre pour un bout de bois, alors que nous avons la forêt. C’est de continuer à vivre avec la perception d’un monde hostile et compétitif, dans lequel le plus fort, le plus grand ou le plus riche survivra. Ce climat dans lequel nos ancêtres ont réussi à survivre nous aide-t-il encore à faire face aux défis d’aujourd’hui ?

 

Une hypothèse bienveillante

Nous posons l’hypothèse que les facteurs les plus déterminants dans le maintien de notre vitalité sont l’amour, la valeur et l’estime que nous nous portons. Pourquoi ? Parce que s’aimer sincèrement dans tout notre être nous aide à faire des choix pour notre bien-être, notre réalisation et notre contribution unique.

Lorsque nous nous aimons, nos choix reflètent la qualité de cette relation avec soi. Nous nous connaissons mieux et apprécions qui nous sommes. Nous n’avons pas besoin de prouver quoi que ce soit et d’avoir à lutter pour nous faire une place dans la vie, nous avons notre place ! Nous exprimons toute notre authenticité, sans le besoin de masques. Nous n’avons pas besoin de nous adapter pour nous sentir aimés et reconnus et pour répondre à notre besoin de sécurité et d’appartenance. Nous adoptons le mode de vie qui prend le mieux soin de nous et réalisons notre plein potentiel.

À l’opposé, quand nous nous critiquons ou nous jugeons sévèrement, nous baignons nos cellules d’émotions négatives. Nous adoptons des comportements pour ignorer notre mal-être. Malgré nous, l’épuisement ou la maladie qui peuvent en résulter nous obligent à arrêter suffisamment longtemps pour nous interroger sur nos modes de fonctionnements inconscients. Ça pourrait aussi bien être un des chemins d’éveil de conscience. C’est alors que nous pourrons choisir de nous reconnecter à notre essence et à notre raison d’être. Nous retournons à la source de notre vitalité.

 

Un autre chemin d’éveil…une invitation à mettre fin à la guerre en soi

Pour un instant, prenons conscience de toutes les exigences que nous pouvons nous imposer, pour notre acceptation, notre amour ou la validation des autres. Un amour conditionnel, qui nous expose, comme mentionné précédemment, à plus ou moins long terme, à un épuisement ou à un mur… de ne jamais nous sentir véritablement aimés pour qui nous sommes. Devant ce mur, nous laissons tomber notre armure et commençons à accueillir tout ce que nous sommes.

Nous pouvons choisir de laisser nos propres jugements dès maintenant et de nous reconnecter à nous-mêmes avec amour et bienveillance; cesser de vouloir répondre à toutes nos conditions pour nous aimer, nous reconnaître et avoir notre place. En d’autres mots, nous aimer tels que nous sommes pour mieux prendre soin de nous. Commencez maintenant à faire la paix avec vos « démons intérieurs » et reconnectez-vous à votre lumière, qui a toujours été là, en toute intégrité.

 

Libérer les émotions et se réconcilier avec soi et les blessures du passé

Cette étape où nous choisissons de nous réconcilier avec nous-mêmes est la fin de cette guerre intérieure. Nous émergeons de notre noirceur et rayonnons de toute notre essence. Après avoir accueilli nos souffrances et nos peines, nous réintégrons toutes nos énergies. Nous cessons de nous sentir inadéquats ou brisés, pas bons ou imparfaits. À la grande lumière, nous nous libérons de la honte qui nous habitait. Nous identifions tout ce que le chemin nous a permis d’apprendre, les forces et talents que nous avons développés. Comme la graine de tournesol semée dans l’ombre de la terre, c’est dans la noirceur que nous avons su développer nos fortes racines.

Malgré les nombreux obstacles rencontrés au fil du temps et des saisons, la fleur se tourne vers le soleil dans toute sa splendeur le jour venu. Son épanouissement est complet, comme pour l’être humain qui réalise tout son potentiel.

 

L’authenticité, source d’une énergie nouvelle

Le sentiment d’avoir NOTRE place et d’offrir NOTRE contribution unique nous permet de nous libérer de tous nos mécanismes de protection, de nos masques et de nos cuirasses pour nous sentir enfin libres d’être nous-mêmes. Être authentique, c’est être vibrant de vie !

 

Le corps physique possède une grande aptitude à se régénérer

Toutes les cellules du corps ressentent cette nouvelle énergie d’amour et se régénèrent. Nos habitudes de vie se transforment. Ce ne sont plus des efforts à faire, c’est une nouvelle façon d’être. Nous sommes libérés de nos comportements toxiques, que nous avions adoptés pour ignorer notre mal-être. Notre corps devient une demeure où il fait bon vivre et nous en prenons bien soin. Nous faisons rayonner notre beauté intérieure et l’harmonie en nous.

 

Actions de coaching

Voici les exercices que votre coach vous propose.

  • Observez vos pensées, identifiez les paroles de votre critique intérieur et remettez-les en question. Est-ce vrai ? Transformez-les en message de bons parents.
  • Lorsque vous vivez de nouveau les émotions associées à une blessure d’abandon, de rejet ou de trahison, accueillez les comme un bon parent qui valide les émotions avec son amour et sa présence. Si ces émotions deviennent intenses, vous pouvez aller chercher le soutien d’un ami ou d’une amie ou consulter un professionnel.
  • Écrivez dans votre journal personnel vos émotions et vos aspirations.
  • Respiration du coeur : prenez trois respirations plus profondes et plus lentes qu’à l’habitude (cinq secondes) afin de vous recentrer. Respirez un sentiment d’amour et de bienveillance pour vous.

À votre vitalité,

 

RÉFÉRENCES

Disponibles à la demande du lecteur.