Retrouver le plaisir de bouger

Publié le 20 mai 2016
Écrit par Francine Dubuc, T.S., PCC, n.d.

Retrouver le plaisir de bouger
Homeocan Petit Prince FR

Quand la discipline rime avec amour de soi

Avec le mois de mai, signe du beau temps qui revient et des bourgeons qui s’éveillent, nous pouvons déjà sentir ces arômes de renouveau et d’énergie nouvelle. Il n’y a pas de meilleur moment pour vous inspirer à retrouver le plaisir de bouger et à vous faire le cadeau de la vitalité.

 

Quelles sont vos motivations ?

Les entraîneurs personnels sont le privilège de rencontrer des centaines de personnes et de repérer les différentes motivations qui les poussent à se remettre en forme. Toutes les motivations sont bonnes. Par contre, tant que vous ne parvenez pas à y prendre plaisir ou à y trouver de la satisfaction personnelle, il y a peu de chances que vous persistiez dans votre activité.

Énumérons quelques-unes des motivations les plus courantes à se remettre en forme:

  • Perdre du poids
  • Suivre les recommandations du médecin
  • Être en santé
  • Pouvoir jouer avec ses enfants
  • S’obliger (les «il faut que» )
  • Éviter des maladies, tels ACV, hypertension ou diabète
  • Se sentir plus jeune
  • Diminuer son stress
  • Se préparer à un voyage, à sa retraite
  • Entrer dans son bikini, sa robe de mariée

 

Ce qui est paradoxal, c’est que la sédentarité est davantage un comportement acquis dans notre société moderne qu’un état naturel. Nous n’avons qu’à regarder les petits enfants pour conclure que le mouvement est naturel à la vie.

 

Les bénéfices

De plus, bouger apporte plusieurs bénéfices : non seulement c’est un antidépresseur et un antistress naturels, mais cela entraîne une meilleure circulation sanguine et permet une meilleure gestion du poids, entre autres.

Nous sommes tous d’accord, bouger est important, sinon essentiel à une vie de qualité et pleine de vitalité. Alors, comment expliquons nous le fait que malgré qu’il soit évident que bouger est bon pour notre santé physique et mentale, il nous soit difficile comme société d’aller simplement jouer dehors ? Émettons l’hypothèse que tant que l’exercice sera perçu comme une obligation, voire une punition, ou encore que seuls ceux qui y performent y ont droit, vous resterez assis à regarder les  autres bouger…

 

L’amour du sport

Comment se développe l’amour du sport ? Certaines personnes ont des talents innés dans les sports, ce qui contribue à augmenter leur niveau de satisfaction et de sentiment de réussite. Par contre, les statistiques1 nous démontrent que ce n’est pas le cas pour la majorité de la population. Si vous jugez que vous n’êtes pas suffisamment bon dans une activité ou que vous vivez un sentiment d’échec ou encore avez la critique personnelle facile, il y a peu de chances que vous souhaitiez répéter l’expérience. Dommage !

Par exemple, une fillette apprend à jouer au tennis avec son père, lequel est constamment en train de critiquer son jeu. Cette attitude ne lui laisse pas le plaisir d’apprendre. Cette fillette termine le jeu en se sentant triste, avec le sentiment de ne pas être assez bonne et d’avoir déçu son père. Cette fillette, avec toute la pression qu’elle vivait, ne pouvait être ni dans le plaisir ni dans la performance. Une autre fillette se présente sur le terrain aussi avec son père. Par contre, ce dernier la félicite pour ses bons coups et ne  critique pas les coups moins réussis. Il encourage sa fille et ils passent du bon temps ensemble. L’ambiance est détendue, les deux ont du plaisir et la fillette peut mieux se concentrer et jouer. Elle établit alors une association positive avec le sport. Elle aura le goût de jouer à nouveau. Adulte, elle continuera à jouer et à améliorer sa technique dans le plaisir. Par contre, la première fillette va probablement abandonner le tennis dès que possible et peut-être même arrêter tous les sports. Elle aura plus de difficulté à associer le sport avec le plaisir. Devenue adulte, désirant se remettre en forme, elle se forcera possiblement à refaire une activité physique, mais elle sera facilement démotivée aussitôt qu’elle vivra un sentiment d’échec.

 

Retrouver le plaisir de bouger par amour de soi

Tout entraîneur se doit d’être à l’écoute de son client, afin de s’assurer de le pousser suffisamment hors de sa zone de confort pour obtenir des résultats, tout en veillant à ce que celui-ci demeure dans une zone de plaisir et de succès.

Vous vous demandez comment faire pour vous motiver sans entraîneur ? La première étape sera d’abord de déterminer et d’explorer différentes activités qui vous permettront de trouver ce qui vous plaît.

Reconsidérons le mot « discipline ». Ce n’est pas une sentence à mort ou une punition à perpétuité. La discipline, c’est non seulement se choisir, mais aussi arrêter d’écouter toutes ses excuses, recommencer à bouger pour prendre soin de soi et avoir du plaisir. La plupart des athlètes ont appris à avoir du plaisir dans l’effort à se dépasser. Cela s’apprend dans la mesure où l’on apprend à reconnaître les efforts fournis et à élever son niveau de satisfaction personnelle.

Retrouver le plaisir de bouger pourra vous demander d’être moins sévère envers vous-même et de ne pas abandonner simplement parce que vous avez manqué une séance d’entraînement. C’est aussi reconnaître ce que vous avez accompli au lieu de regarder ce que vous n’avez pas fait. Reprenons l’exemple ci-dessus : vous êtes allé au centre de conditionnement deux fois cette semaine au lieu des trois prévues. Eh bien, bravo ! C’est déjà deux fois de plus qu’avant de vous inscrire ! Soyez fier de ce que vous accomplissez pour vous. Apprenez à vous fixer des objectifs par amour de soi et non par obligation ou autopunition. Placez-vous dans une zone de réussite en vous fixant des objectifs réalistes.

Il y a des personnes qui ont été tellement exigeantes envers elles-mêmes dans le passé que maintenant, elles n’arrivent plus à se motiver que par obligation ou par exigence. C’est par amour pour soi qu’elles pourront maintenant accomplir leurs objectifs en douceur, sinon leur corps et leur esprit se rebelleront. En fait, c’est ce qui sabotera leurs meilleurs efforts chaque fois qu’elles s’obligeront à faire une activité physique.

Il est important que la discipline soit vécue avec un sentiment de liberté et de choix pour qu’elle vous mobilise. Alors que faire ? Dansez, jardinez, jouez avec les enfants, apprenez l’escalade, inscrivez-vous à une ligue de badminton, etc. Les possibilités sont infinies !

Vous sentez-vous trop fatigué ? Commencez alors par vous reposer, ressourcez-vous en respirant l’air frais de la nature, faites des promenades pour vous détendre, faites-vous masser ou encore suivez un cours de yoga régénératif. Retrouvez le plaisir d’être dans votre corps et laissez le mouvement venir de l’intérieur. Reconnectez-vous à vous-même. Prenez du temps pour vous.

Dans une société comme la nôtre, où la productivité est valorisée, ajouter « faire du sport » dans votre agenda peut sembler comme une tâche à accomplir parmi tant d’autres qui figurent sur votre liste déjà bien remplie. Dans cet état d’esprit, cela pourrait devenir épuisant. Par contre, si vous commencez à réserver du temps dans votre horaire pour vous, progressivement vous aurez plus d’énergie pour bouger. Vous ne le ferez plus parce qu’il le faut, mais parce que vous avez choisi de vous donner du temps!

Bouger augmente notre taux d’oxygène et notre niveau d’énergie, stimule notre système lymphatique, favorise la digestion, crée des endorphines qui améliorent notre humeur et favorise un sommeil récupérateur. Pourquoi souhaiteriez-vous continuer à vous priver de tant de bien faits?

 

Le meilleur temps pour commencer est maintenant

Il est temps, avec cet air de renouveau que nous apporte le mois de mai, de faire le grand ménage de vos perceptions négatives par rapport à l’exercice et de vous offrir l’occasion de redécouvrir le plaisir de bouger. Qui sait ? Peut-être tomberez-vous en amour avec le plaisir de bouger pour vous! Vous aimez-vous assez pour faire le premier pas de la danse vers une vie active et pleine de vitalité ? Pensez à vous remercier pour ce gentil coup de pied que vous vous donnerez pour commencer à prendre soin de vous !

 

  1. Seulement 15% des adultes (17% des hommes et 14% des femmes) font les 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse recommandées chaque semaine.

Source : http://www.fmcoeur.qc.ca

 

RÉFÉRENCES

Disponibles à la demande du lecteur.