Se protéger contre les virus

Publié le 15 mai 2020
Écrit par Kate Rhéaume, n.d.

Se protéger contre les virus
Vogel #1 FR

Le microbe n’est rien le terrain est tout – Louis Pasteur, durant les derniers jours de sa vie.

 

Lorsqu’un nouveau virus apparaît, contre lequel personne n’est immunisé, le corps se protège de la même façon que pour la plupart des virus, au moyen de son immunité naturelle ou innée. La compréhension de la nature de ce système de défense nous permet d’en tirer des renseignements pratiques face à la peur d’une pandémie.

Le système immunitaire est un réseau de cellules et d’organes distribués dans l’organisme, qui a évolué de façon à protéger le corps contre les attaques d’envahisseurs étrangers, tels que les virus, les bactéries, les champignons et les parasites. Il existe deux sortes de défenses, l’immunité acquise et l’immunité innée. L’immunité acquise nous protège contre la réinfection par des agents pathogènes auxquels nous avons été exposés par le passé. L’exemple classique est celui de la varicelle : le corps développe des anticorps contre ce virus, de sorte que, normalement, une personne ne devrait plus être atteinte par cette maladie au cours de sa vie.

Il y a tellement de virus du rhume et de la grippe différents – sans compter les malheureusement célèbres qui font leur apparition de temps à autre – qu’il serait hautement indésirable d’attendre d’acquérir une résistance qui prend souvent plusieurs jours lors de la première infection. C’est là qu’intervient l’immunité innée. Il s’agit d’un groupe de globules blancs spécialisés qui reconnaissent et attaquent les agents pathogènes envahissants à la première exposition. Ils constituent notre première ligne de défense contre les nombreux micro-organismes auxquels nous faisons face quotidiennement.

Grâce à ce système, nous avons été exposés à beaucoup plus de virus que nous ne le pensons sans en avoir été trop affectés.

Le plus intéressant, c’est qu’il y a des mesures à prendre pour aider l’immunité innée à être plus efficace. Avant tout, il faut dormir suffisamment, faire de l’exercice régulièrement et réduire son stress.

Dame Nature fournit des alliés naturels particuliers à notre immunité innée. Par exemple, les champignons sont depuis longtemps appréciés pour leurs composés uniques de soutien immunitaire. L’un de ces groupes de composés, celui des bêta-glucanes, a montré lors d’essais cliniques qu’il réduisait l’incidence des infections des voies respiratoires supérieures chez les personnes stressées.

L’échinacée est un autre stimulant immunitaire éprouvé qui sera à la hauteur de sa réputation, si l’on sait ce qu’il faut rechercher. Des études scientifiques révèlent que ce phytoremède augmente le nombre et l’activité des cellules immunitaires innées, comme les phagocytes et les cellules tueuses naturelles. Il aide également ces cellules à produire des composés antiviraux spécifiques. Pour procurer ces avantages, l’échinacée doit avoir été extraite à l’état frais, car elle perd de son efficacité lorsqu’elle est séchée. De plus, l’échinacée ne contient pas un, mais trois ingrédients actifs clés qui sont le plus utiles lorsqu’ils sont présents dans un rapport précis.

Pris quotidiennement, les probiotiques réduisent la fréquence et la gravité des infections des voies respiratoires supérieures, selon des études menées chez les enfants, les adultes et les personnes âgées, publiées séparément. Des recherches canadiennes récentes ont mis en évidence le potentiel de la quercétine pour contrer le coronavirus, en particulier.

La vitamine C est un autre nutriment qui renforce l’immunité de plusieurs façons. La recherche a révélé qu’elle augmente la production d’interféron, un composé qui lutte contre les virus. Elle est essentielle à l’intégrité du tissu conjonctif de tout l’organisme. Les virus doivent pénétrer ce tissu dans le nez, la gorge ou les yeux, pour accéder au système sanguin. En ce sens, la vitamine C joue un rôle dans le maintien de la barrière physique qui nous protège des infections aéroportées. Parmi les autres nutriments essentiels pour maintenir une immunité optimale, on peut citer la vitamine D et le zinc.

Nous ne sommes pas des cibles faciles pour les virus, y compris celui qui cause la COVID-19. Le lavage des mains est un excellent moyen de défense contre les microbes qui peuvent traîner sur les surfaces, mais nous pouvons faire beau- coup plus en prévention. Un large éventail de nutriments et de substances phytochimiques contribuent à optimiser le nombre de cellules de l’immunité innée ainsi que leur activité.