Solutions et plantes anti-dépendances

Publié le 20 avril 2018
Écrit par Anny SCHNEIDER, Auteure et herboriste-thérapeute accréditée

Solutions et plantes anti-dépendances
Natura FR

Que la source de ton plaisir ne devienne pas la cause de ton malheur. – Carlo Goldini, Terenzio (1754)

 

À l’aube de la légalisation du cannabis, une plante euphorisante censée soulager bien des maux, nous devons nous pencher sur les réels enjeux des dépendances. Qui aurait cru, même pas nous, enfants du « flower power », qu’un jour le «pot» serait en vente légale dans des magasins gouvernementaux ?

Même si le chanvre indien est beaucoup moins dangereux que l’alcool ou que la plupart des calmants, voire les analgésiques et les anti-inflammatoires de synthèse, la torpeur qu’il engendre nuit certainement à la société.

Ceci est mon opinion, et je la partage en connaissance de cause.

 

LES RANÇONS DES PLAISIRS INTENSES

Les obsessions et compulsions, quelles qu’elles soient : alcool, argent, jeu, dépendance affective, sexe, drogues, sont mortifères, elles abrègent et empoisonnent énormément de vies partout sur la planète et coûtent très cher à la collectivité !

Les neurobiologistes affirment que tous les dépendants — alcooliques, fumeurs, joueurs compulsifs, toxicomanes ou obsédés sexuels, même les ergomanes (workaholic) — sont accrochés aux effets de la dopamine, un neurotransmetteur sécrété à haute dose dans le cerveau lors de l’assouvissement d’un plaisir.

Interviennent aussi ces autres facteurs biochimiques générateurs d’ivresse, comme l’adrénaline et la noradrénaline, l’ocytocine et la sérotonine qui, à haute dose, peuvent nous porter à rechercher, encore et encore, les mêmes plaisirs répétés et augmentés chaque fois, toutes dépendances confondues.

L’amour excessif et obsessionnel de l’argent, du danger, de l’ivresse, du jeu, et du sexe sont tous des altérateurs de conscience qui peuvent décupler le plaisir pour un temps, mais en échange, considérablement abréger notre durée de vie.

Je suis loin de vouloir juger qui que ce soit, car j’ai moi-même copieusement exploré plusieurs pics et pentes abrupts tel que relaté dans ma récente biographie : La lionne sortie de la pénombre (éditions Un monde différent, février 2018).

J’aimerais simplement vous rappeler quel ques outils de guérison qui, comme bien d’autres, m’ont aidé à surmonter mes obsessions destructives.

Voici quelques conditions de base pour parvenir à changer et à redevenir soi-même.

Je ressens de la gratitude pour les personnes, les plantes, les suppléments et mon âme, qui m’ont aidées à sortir de ces ornières mortifères !

 

QUELQUES PISTES DE LIBÉRATION DE L’ÊTRE EXCEPTIONNEL QUE NOUS SOMMES

  1. Avoir le désir profond de changer et de redevenir enfin libre et responsable, ne plus être esclave d’aucune substance, personne ou dépendance.
  2. Combattre l’instinct de mort par le profond désir de vivre à son plein potentiel. Demander souvent à l’être supérieur de son choix son aide bienveillante.
  3. Fréquenter les bonnes personnes, qui nous aiment et qui veulent vraiment notre bien : amoureux ou amoureuse, famille proche, vrais amis, thérapeute empathique et expérimenté.
  1. Aller régulièrement seul ou bien accompagné dans la nature sauvage, plus particulièrement près de l’eau courante, un grand lac ou dans la forêt et s’imprégner de leurs messages et beautés. Explorer ses paysages intérieurs. Méditer ou prier au moins 10 minutes par jour, si possible à la même heure. Écouter, demander, remercier !
  1. Se mettre en contact avec des enfants le plus souvent possible, sinon des aînés, les rares êtres qui apprécient la vie à son maximum à chaque instant.
  1. Suivre des thérapies individuelles ou en groupe (AA, GA, NA, OA, SA, Maison Jean Lapointe, Maisons Péladeau, etc.) pour se libérer de ses illusions et de son passé pesant.
  1. Faire de l’exercice chaque jour ou travailler physiquement au moins 30 minutes chaque jour, au grand air, si possible.
  1. Prendre du repos et dormir au moins sept heures par nuit (règle des 3 × 8 : 8 heures de travail, 8 heures de loisir, 8 heures de repos).
  1. Pratiquer l’entraide et la compassion en aidant de plus souffrants que nous, une bénédiction pour l’individu, la famille et la communauté entière.
  1. Exprimer sa créativité. Pratiquer un passe-temps artistique, cultiver et approfondir un talent sont un baume pour l’âme, pour soi et pour les autres (chanter, écrire, danser, coudre, dessiner, sculpter, etc.).

 

Outils concrets pour le corps physique

 

PLANTES ANTITOXIQUES ET RÉPARATRICES

Végétaux alliés pour restaurer et calmer les nerfs :

Avoine fleurie, scutellaire et verveine hastée sont des trophorestaurateurs qui aident à réparer les nerfs et à se sevrer plus facilement

Plantes puissantes pour atténuer les effets de sevrage des drogues dures (cocaïne, opiacés, stimulants et neuroleptiques chimiques) :

Agripaume, bétoine, cataire, lobélie ou valériane sont toutes des antispasmodiques pour diminuer les douleurs et apaiser le cerveau, le cœur et les nerfs. Les consommer en tisane ou en teinture mère dans le vinaigre, idéalement trois fois par jour, avant les repas, en dose thérapeutique, idéalement sous supervision.

Adaptogènes et toniques pour réguler les hormones du stress :

Astragale, ashwagandha, ginseng américain, reishi. Matin et midi, surtout en cas de grande fatigue ou de faiblesse.

Nettoyer le foie avec des hépatoréparateurs :

Artichaut, boldo, centaurée jacée, chardon-marie, citron, menthe, pissenlit, romarin ou verge d’or. À jeun, au matin et au coucher. Purifier son sang avec l’ortie, le framboisier et le trèfle rouge : en tisane chaude ou froide, en journée.

 Pour assainir les poumons et réconforter l’âme :

Choisir ces conifères : l’épinette blanche ou noire, le pin ou le sapin en fumigation, en décoction ou en tisane, dans le bain, avec les aiguilles ou l’huile essentielle diluée ou diffusée adéquatement, sont tous d’excellents moyens pour calmer les nerfs et soigner les muqueuses respiratoires, dont les poumons.

 

 À noter :

L’application délicate en massage local ou la diffusion de ces huiles essentielles sur les chakras ou les zones glandulaires — mélèze, pruche, nard, néroli ou encens — aident à dissoudre plus facilement les miasmes et formes-pensées des dépendances et des obsessions mortifères.

 

Les élixirs floraux suivants ont aussi fait leurs preuves pour éclairer l’être égaré dans des chemins sombres et tortueux : étoile de Bethléem, dentelle blanche, lys jaune, mélèze, pensée blanche ou noire, rose ou zinnia.

(Vous trouverez ces produits dans les meilleures herboristeries ou chez les thérapeutes producteurs.)

 

MANGER TRÈS SAINEMENT

Consommer des aliments frais, des crudités, des grains entiers bio, des huiles et des noix fraîches, des lactofermentations, des petits fruits, aussi des poissons et des viandes bio, à l’occasion.

  • Éviter le sucre, le café et les fritures.
  • Boire beaucoup d’eau pure et de tisanes, bien sûr !
  • Faire une cure de charbon activé pour purifier plus rapidement le sang, et même le cerveau, des alcaloïdes, nicotine comprise.

 

PRENDRE DES SUPPLÉMENTS BONS POUR LES NERFS ET LE MORAL

Les vitamines du complexe B, le calcium, le magnésium et le zinc sont les plus importants pour le système neurosensoriel.

Voici des antidépresseurs naturels qui augmentent la sérotonine et ramènent le calme intérieur : 5-HTP, GABA, inositol, L-théanine (acides aminés concentrés, prendre une sorte à la fois, sur recommandation d’un thérapeute compétent).

Note importante :

Il est impossible et bien sûr déconseillé de prendre tout ceci en même temps ! Il faut soit être guidé par un thérapeute d’expérience, soit faire votre propre recherche sur chaque plante et supplément décrit. Grâce au Web, c’est désormais possible. La plupart de ces plantes et suppléments sont relativement accessibles et de bonne qualité partout au Québec, dans les herboristeries et les bons magasins naturels.

 

Mais à quand des herboristes-thérapeutes ou naturopathes diplômés dans les centres de désintoxication, voire les cliniques ou les hôpitaux ? Il faut en rêver, et ça se produira !

 

ÉPILOGUE

Finalement, faites tout votre possible pour mieux vivre, essayez de redevenir celui ou celle que vous êtes vraiment, et que vous étiez quand vous êtes né : un être de toute beauté et bonté !

Pour conclure, voici cette belle citation d’Agatha Christie, auteure de romans policiers, tirée de son autobiographie :

« J’ai parfois été extrêmement, désespérément et profondément misérable. Mais à travers tout cela, je sais avec certitude que le simple fait d’être en vie est une chose magnifique. »

 

RÉFÉRENCES

Sur demande.